Les Marines détruisent le Laboratoire d'Armes Biologiques de Boston !

Publié le 18 Octobre 2022

Les Marines détruisent le Laboratoire d'Armes Biologiques de Boston !
 
Les Marines détruisent le Laboratoire d'Armes Biologiques de Boston, suite à l'annonce de la mise au point d'un Virus Covid mortel à 80% ! 

Les forces spéciales américaines et les spécialistes en chimie, biologie, radiologie et nucléaire de l'armée ont effectué mardi un raid et détruit un laboratoire de recherche sur le Covid-19 de l'Université de Boston où des scientifiques et des étudiants diplômés avaient créé une super-souche hybride qui tuait 80 % des souris infectées. 

L'équipe de l'université de Boston, qui avait participé à des recherches sur les "gains de fonction", avait combiné Omicron et le virus original de Wuhan - qui, individuellement, n'étaient pas plus graves qu'un cas courant de grippe - en un agent pathogène qui pouvait théoriquement anéantir l'humanité. 


L'armée américaine, une source du bureau du Général David H. Berger a déclaré à Michael Baxter, a pris des mesures décisives immédiatement après avoir confirmé l'existence de l'agent pathogène renforcé et entendu le personnel de la BU se vanter de leur accomplissement "miraculeux". 
"Ce qui arrive aux souris n'arrivera peut-être pas aux humains, mais nous ne laissions rien au hasard. 

Les vaccins tuent suffisamment de gens, et nous ne voulons pas d'un véritable Capitaine Trips sur les bras", a déclaré notre source, faisant référence à l'agent pathogène fictif du roman The Stand de Stephen King qui tue 99,4% de la population. 


Le Général Berger, ajoute-t-il, a réuni une équipe pour éradiquer la menace. 
À 2 heures du matin, l'équipe a franchi la barrière de sécurité du campus et les Forces Spéciales ont ouvert une brèche dans les portes du bâtiment des laboratoires nationaux des maladies infectieuses émergentes de l'université, un monolithe de sept étages fait de béton et de verre. 

 

Les Forces Spéciales ont monté la garde pendant que des spécialistes CBRN en tenue de protection, équipés des plans et schémas de la structure, entraient et fouillaient systématiquement chaque laboratoire à chaque étage jusqu'à ce qu'ils atteignent ce qui aurait dû être un laboratoire biologique vacant au 5e étage. 

Selon les rapports des services de renseignement, le bâtiment fermait à 21 heures tous les soirs et le personnel devait avoir quitté les lieux au plus tard à 21h30. 
Mais l'équipe a trouvé trois personnes vêtues d'un équipement de biosécurité, travaillant dans une lumière tamisée et transférant des tubes à essai entre des armoires de stockage réfrigérées dans le laboratoire.

 

L'un des occupants, apparemment le scientifique principal, a dit à l'équipe : "Qui êtes-vous ? Vous n'êtes pas censés être ici", et lorsqu'on lui a dit qu'il était en état d'arrestation par l'autorité militaire américaine, il a ajouté : "Non, ce n'est pas correct. 
Le NIH sait ce que nous faisons. 

Nous avons une subvention de recherche." 


Bien que les "scientifiques" portaient des équipements de protection, le laboratoire lui-même était dépourvu des mesures de protection que l'on trouve généralement dans les environnements de Haute Sécurité Biologique : il n'y avait pas de sas pressurisés équipés de portes étanches, pas de douches chimiques, pas de combinaisons pneumatiques alimentées en pression positive, pas de compresseurs redondants et pas de chambres de décontamination. 

Un récipient de 80 litres posé sur une table contenait cependant 14 rats morts, ainsi qu'un seul survivant. 


"Considérez-vous comme arrêtés", leur a dit le responsable CBRN. 
Les "scientifiques" ont été escortés hors du bâtiment sous la menace d'une arme pendant que les autres agents CBRN transféraient les virus de souche modifiée des congélateurs du laboratoire aux glacières mobiles qu'ils avaient apportées. 

Après avoir reçu le feu vert, les forces spéciales sont entrées dans le laboratoire et ont démoli chaque pièce d'équipement. 

Les échantillons prélevés dans le laboratoire, selon notre source, seront analysés puis envoyés dans une "chambre flash" pour être détruits. 
Michael Baxter fournira des informations supplémentaires sur cette opération dès que nous les recevrons.

Par Michael Baxter le 18 octobre 2022 : 

https://realrawnews.com/2022/10/military-destroys-covid-research-lab/

Rédigé par Chevalier

Publié dans #Information

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article