USA : Le Système d'Alerte d'Urgence est prêt à être déployé !

Publié le 22 Septembre 2022

 
 
Le Système d'Alerte d'Urgence est prêt à être déployé en cas de besoin et d'Actions Illégales lancées par l'État Profond !  

 
Si les Démocrates de 
l'État Profond trichent pour remporter la victoire lors des midterms de novembre, le président Donald J. Trump implorera l'armée américaine de déclencher le Système d'Alerte d'Urgence (EAS), ont déclaré des sources de White Hat à Michael Baxter


L'EAS, anciennement appelé système de radiodiffusion d'urgence, a été créé en 1963 pour alerter les Américains en temps de guerre et a été élargi dans les années suivantes pour être utilisé en cas d'urgence en temps de paix aux niveaux étatique et local. 

Jusqu'à récemment, la force de police la plus méprisable de la nation, l'Agence fédérale de gestion des urgences, avait le contrôle de l'EAS - jusqu'à ce que le Groupe des Chapeaux Blancs de l'armée américaine s'en empare lors d'un assaut éhonté sur le bastion Mount Weather de la FEMA en mars dernier. 
 
Lorsqu'il est activé, l'EAS, en bref, supplante les diffusions locales et par câble et transmet une tonalité audio et un message texte aux téléphones cellulaires. 

Il est quelque peu similaire, mais plus puissant, au système d'alerte Amber et au système de notification des phénomènes météorologiques violents du National Weather Service. 


Au cours des derniers mois, le président Trump et les Chapeaux Blancs n'étaient pas d'accord sur le moment exact où l'EAS devait être activé. 

Par exemple : Lorsque le FBI a fait une descente à Mar-a-Lago et l'a occupée, M. Trump a demandé au Général David H. Berger, du Corps des Marines, d'activer l'EAS, en disant que la nation était assiégée. 
 
Mais le Général Berger, après avoir consulté son équipe, a fait valoir qu'un incident isolé, bien qu'illégal et inconstitutionnel, ne devait pas constituer une crise nationale. 
Si le FBI avait fait une descente dans les autres propriétés de M. Trump, ou si ce dernier avait été détenu illégalement, il aurait envisagé d'engager l'EAS. 

Trump avait fini par se rallier à l'évaluation du Général Berger, affirmant que le déclenchement prématuré de l'EAS pourrait se retourner contre lui et faire le jeu de l'État Profond. 


Néanmoins, Trump a déclaré que l'armée doit utiliser le SAE si l'État Profond vole les midterms, car les résultats affecteront l'élection présidentielle de 2024. 
Le Général Berger n'avait aucun problème avec cela. 
Si l'État Profond balaie les Élections très disputées du Sénat, des États et des régions, une chaîne d'événements se produira : une fois les vainqueurs annoncés, l'U.S. Army Cyber Command et l'U.S.M.C. Forces Cyberspace Command mèneront une enquête indépendante.

 

Ils évalueront non seulement le Sénat et la Chambre des représentants, mais analyseront également les résultats des gouverneurs et des maires. Même les certifications des juges de comté pourraient faire l'objet d'un examen approfondi. 
La force de commandement cybernétique conjointe cherchera également à savoir si les immigrants illégaux des villes sanctuaires ont voté. 
Puis, si le vol d'élection est prouvé, les Chapeaux Blancs mettront en route l'EAS. 

Une image du drapeau américain flottant à l'envers apparaîtra sur les téléphones portables et les télévisions du pays. 

 

Les patriotes devraient y voir un signe de détresse nationale. 

Des sources ont déclaré à Michael Baxter que cela ne doit pas être interprété comme un appel aux armes immédiat, car l'armée ne veut pas que les citoyens soient pris entre deux feux lorsqu'elle prendra d'assaut les bâtiments Fédéraux et d'État et traînera les fonctionnaires traîtres dans les rues, enchaînés. 


"Ce ne sera pas le moment d'un soulèvement civil", a déclaré à Michael Baxter une source du bureau du Général David H. Berger. 

"Nous voulons que tous les patriotes accrochent leur drapeau à l'envers, qu'ils fassent passer le mot, qu'ils ne se fassent pas tuer. 
Nous avons des gens qui se sont entraînés pour ce jour depuis très, très longtemps. 

Si les choses tournent mal et que nous avons besoin de l'aide des patriotes, nous enverrons un message de suivi l'indiquant explicitement. 

 

Sinon, nous ne voulons pas voir le Far West dans les rues de l'Amérique". 
En outre, les Chapeaux Blancs souhaitent que les patriotes cessent de poster des selfies d'eux-mêmes et de leurs armes à feu sur les médias sociaux. 
"Les gens qui font ça invitent l'ATF à frapper à leur porte. 

C'est problématique. 

 

Oui, nous avons tous les droits du Premier et du Deuxième amendement, mais ce n'est pas le moment d'inviter les problèmes. 
Si nous avons un jour besoin d'aide, et j'insiste sur le mot "si", nous ne l'aurons pas si les gens se sont fait confisquer leurs armes à feu", a déclaré notre source.

Par Michael Baxter le 18 septembre 2022 :
https://realrawnews.com/2022/09/eas-on-standby-for-midterms/

Rédigé par Chevalier

Publié dans #Système d'Alerte d'Urgence, #EAS

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article