Guérir de soi-même

Publié le 5 Octobre 2022

Guérir de soi-même
Guérir de soi-même
 
Nous avons fini par devenir tous malade ! Malade de tant de couches de croyances rapportées qui nous amenuisent toujours plus, qui nous amoindrissent sans cesse pour en définitive finir ratatiner dans ce peu d’espace de vie qu’il nous reste. Dans toute cette étroitesse, nous nous croyons toujours plus insignifiant jusqu’au point de nous croire si impuissant car tellement vidé de tout ce que nous sommes vraiment. En effet, le système peu à peu nous a vidé de toute notre substance, de toute notre joie, de toute notre essence car il a su enlever peu à peu la structure même de notre foi. Sans elle, on s’est laissé couper du bonheur simple de pouvoir croire à notre propre vie.
 
Alors plus il nous vidait de notre propre énergie, de notre propre équilibre et de notre propre harmonie, plus il nous les remplaçait par des croyances parasitantes, chronophages et paradoxales afin de générer en nous du déséquilibre et corrélativement toujours plus de peur, de doute car dans cette absence de confiance, là dans cette pénombre, dans cette sombre geôle, la folie grandissait, prête à émerger d’un coup afin de nous ensevelir dans toute notre hécatombe. Nous avons créé peu à peu et sans même le savoir notre propre tombe, juste parce que l’on faisait confiance au système, au monde, aux autres. Pour certain nous avons cru avoir besoin de suivre le bon dieu ou même la noble république ou aussi la sainte science afin d’œuvrer dans l’optique d’un bonheur à venir ou même pour l’enfantement d’un meilleur monde et pourtant…
 
Pourtant, tout, tout cela restait un incroyable leurre, une chimère inconcevable car elle se montrait toujours dans ses meilleures parures d’où hélas, elle cachait inexorablement dans toutes ses entrailles, son dessein occulte et machiavélique : celui de détruire le règne humain, de l’asservir totalement à travers les humains eux-mêmes, trop naïf et égoïste pour se rendre compte de tout ce qui se tramait en dessous de leur propre niveau de conscience.
 
Ce monde est mort et nous vivons tous à travers tous ses cadavres qui y meurent sans cesse ! La maladie est devenue en notre réalité : la norme comme leur bien suprême et comprenait ici, tout le subterfuge, toute l’inversion de ce qui se montre. C’est l’apothéose flamboyante de leur idéal, de leur rêve caché, celui de nous voir tous malade, bancal, dépendant et ainsi impuissant face à toute leur manigance.
 
Nous ne sommes pas le jouet du destin ni même de prétendus dieux descendus en ce bas monde, NON nous sommes les jouets de démons et de monstres dont ne pouvons pour l’instant, ni les voir ni même les comprendre car ils restent tapis dans toute la noirceur de nos corps subtils. Ils se nourrissent de l’illusion de nos désirs, de la fantasmagorie de nos envies, de l’apparence de nos malaises, de toutes nos émotions irréelles, explosives même parfois et se repaissent ainsi goulument de notre mal-être comme de nos haines. Ils sont les maitres en ce monde car en définitive, ils ont su devenir nos propres souverains et nous rendre ainsi esclave de leur pâle vision, de leur folle compréhension et ainsi de leur volonté nauséabonde.
 
Ils ont un besoin viscéral de notre souffrance car elle en est l’essence même de toute leur réalité. Nous sommes tous enfermés dans un enfer qui ne se montre pas pour ce qu’il est mais si on arrive à voir au-delà de leur propre illusion engendrée dans l’espace de notre tête, nous pourrons voir les flammes de cet enfer nous bruler continuellement dans tout ce monde énergétique qui nous baigne.
 
Alors pourquoi vouloir guérir de soi-même ? C’est là, où l’histoire est en définitive la plus folle car elle en est si inconcevable pour la plupart car ils ont réussi à implanter en nous, plus que la maladie, plus que la souffrance, non, ils ont réussi à implanter en notre être, tout ce qu’ils sont, tout ce qu’ils croient, tout ce qu’ils désirs, tout ce qu’ils veulent et donc tout ce qu’ils sont. C’est comme cela qu’ils existent finalement juste à travers ce combat incessant en nous-même car il nous est inconcevable même inconsciemment de finir comme eux. Alors ils veulent nous confondre, nous fondre dans leur vision délirante et malsaine afin qu’ils puissent vivre et grandir à travers nous mais nous ne nous laissons jamais faire et c’est en cela que persiste cette joute mentale incessante.
 
Voilà le tableau d’ensemble et pouvoir le montrer tel qu’il existe dans tout ce que l’on ignore est pénible à découvrir pourtant il faut bien comprendre que seule la révélation de tout ce qui nous asservit, nous permettra de grandir et surtout de sortir de cet état d’esclavage inconscient. Mes mots ont rarement été aussi cru mais pourtant je sens l’urgence de pouvoir enfin montrer tout ce que l’on nous cache car c’est seulement dans cette prise de conscience que l’on pourra aller plus loin, ou du moins se rapprocher au plus proche de ce que l’on est réellement.
 
Montrer les choses telles qu’elles sont, c’est donné l’opportunité de comprendre les tenants et aboutissants afin de savoir où se situer pour pouvoir ensuite décider de ce que l’on veut vraiment.  Il existe un monde sombre à l’extérieur comme il existe un univers totalement sombre aussi dans nos dimensions intérieures et elles s’articulent l’une de l’autre. Ne pas les comprendre c’est se coupé la possibilité de percevoir notre totalité et surtout d’entrevoir tout ce qui se passe réellement en nous.
 
En définitive, sans cette compréhension de ce jeu d’ombre et de lumière, nous ne pourrions pas découvrir notre authentique lumière et c’est là le plus important à garder en mémoire car sans notre lumière, il ne peut y avoir d’ombre. Sans lumière pas d’ombre !
 
Tout ce qui existe de sombre à l’extérieur de ce monde est toujours la projection de nos propres ombres et tant que l’on se battra à l’extérieur de ce faux monde d’ombres, nous continuerons d’alimenter nos propres ombres intérieures, nos propres démons qui se font sans cesse un malin plaisir de toujours utiliser cette chambre intérieure aux mille reflets afin de projeter à l’extérieur et sur les autres toutes nos problématiques que l’on ne peut voir encore en soi.
 
Guérir de soi-même et en soi-même est le seul moyen efficace qui permettra à tout cet enfer extérieur de s’évanouir doucement car il est seulement et toujours la projection de nos propres ombres. Ils proviennent de la projection de toutes nos formes et croyances qui s’interposent entre le monde extérieur et notre propre lumière. Peu importe les ombres extérieures comme celles qui sont tapis à l’intérieure, elles nous apprennent en définitive à nous connaitre réellement car tout le pouvoir que nous leur donnons momentanément à travers notre lutte, est le moyen ultime de nous permettre de comprendre à travers ce qu’ils nous montrent, notre véritable valeur et ainsi notre véritable pouvoir.
 
Nous sommes des êtres de lumière et peu importe l’enfer dans lequel nous nous trouvons nous sommes ceux qui donnons la vie à tous les mondes, aux réalités paradisiaques comme infernales et donc nous sommes ainsi les créateurs des mondes que nous arpentons. Nous avons juste oublié que nous étions des créateurs et non pas des créatures comme ils essayent de nous le faire croire car ils s’expriment seulement à hauteur de leur propre illusion, à travers une vision sombre car ils restent inexorablement séparer de leur propre lumière. C’est en cela qu’ils ont besoin de nous ou du moins de notre lumière comme substitution à l’absence de leur propre source.
 
Comme nous sommes toujours lumière, ce rayonnement va nous permettre de comprendre à travers ce jeu d’ombre et de lumière qui nous sommes authentiquement. Cela va nous obliger à nous concentrer seulement sur notre propre source à travers ce combat incessant que nos ombres viennent raviver à travers toutes ces fausses informations, toutes ces fausses images qui nous traversent et se projettent sur l’écran mental de notre être.
 
A force de nous battre en nous-même contre nous-même, même si un temps certaines ombres viennent nous visiter dans nos demeures glacées, peu importe, le jour où nous nous rebrancherons à notre source et donc où nous retrouverons cette lumière en nous, nous pourrons réchauffer chaque parcelle de notre être afin de pouvoir nous réenchanter entièrement. Dans le vide et le silence accueilli pleinement, alors tout s’éclaircira d’un coup dans notre propre royaume intérieur qui par résonance illuminera alors le monde extérieur d’une nouvelle clarté.
 
La confrontation extérieure engendre l’alimentation de tout ce qui est sombre en soi et par résonance continu de donner du poids et de la valeur au monde extérieur. La voie réelle de tout changement sera à jamais à l’intérieur et de plus c’est le seul endroit qui peut nous permettre de nous battre contre nos propres ombres qui sont les seuls à nous tenir sous leurs jougs car toutes les entités sombres ne peuvent en définitive utilisaient seulement ces failles déjà existantes en nous pour pouvoir continuer de nous asservir.
 
L’asservissement devient possible quand on sert tout ce que l’on ignore. C’est seulement à travers la prise de conscience de se service à tout ce que l’on ignore que l’on crée inconsidérément à travers toute notre ignorance, toute cette réalité d’où l’on ne peut que se réveiller difficilement. Dans cette conception illusoire de notre vie, nous sommes au service non de notre vie mais d’entités mortes qui vivent à travers des réalités tout autant cadavériques que celle dont nous sommes en train pourtant de construire ses premiers soubassements.
 
L’ignorance nous empêchera sans cesse de choisir, tout au contraire, elle restera l’essence même de ce nouvel ordre à venir car elle engendrera toujours plus de désordre afin d’attiser notre besoin viscéral et réactif de projeter sur autrui toute notre incompréhension. C’est ultimement pour cela qu’ils créent des guerres et du chaos car cela devient l’étendard flamboyant sur lequel toutes nos projections inconscientes vont pouvoir sans cesse se fracasser et se perdre tout en faisant ainsi tourner tous ces moulins à vent, toutes ces usines mentales qui engrangent et engendrent tout ce monde de fou.
 
Mais pourtant, le fou s’ignore tout en ignorant le monde dans lequel il vit… mais le véritable fou est celui qui sera assez fou pour ne plus alimenter tous ses moulins à vent intérieur et ainsi il pourra se détacher peu à peu du mouvement des pensées par toutes ses réactions attisées. Sans toutes ses réactions, sans toutes ses pensées, il pourra sentir en lui ces ombres et il cherchera où se trouvent tous ces recoins sombres et ainsi où elles peuvent encore se cacher. Il ira alors, là où personne ne va mais comme il est un de ces fous d’amour, il sait que pour se trouver, il doit parfois se perdre un temps dans l’illusion pour pouvoir la laisser émerger et l’entrevoir pour ce qu’elle est.
 
Une fois vu, le jeu est compris et ainsi intégré, l’ombre alors s’efface face à la totalité qui s’entrouvre et toutes les parties illusoires se montrent pour ce qu’elles sont et alors toutes ses formes qui s’intercalaient disparaissent tout en faisant s’évanouir les ombres quelles projetaient. Dans cet état de paix et d’harmonie alors tout ce qu’il a besoin maintenant pour grandir en conscience, pour murir en présence et émerger en toute vaillance est d’accueillir ce qui se présente afin de l’intégrer mais surtout pour s’intégrer lui-même dans cette unité et devenir toujours plus totalement ce qu’il est.
 
Seul le fou peut permettre de laisser éclore ce chevalier des temps modernes ! Seul lui peut partir en croisade pour la reconquête de toutes ses terres sacrées car elles sont toujours en lui ! Voila la véritable Guerre Sainte enseignait dans les écoles de l’authentique lumière et elles sont en définitive, l’ultime affrontement des temps modernes ou la Guerre Sacrée qui seule permettra de pouvoir s’affranchir de ces propres ombres comme du monde sombre qu’il projette sans cesse.
 
"
Lea

Rédigé par Chevalier

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article