Le jugement de la Cour internationale de justice de common law


Cette traduction est faite au mieux de nos capacités,  le document original remplace le document traduit.
 
Le jugement de la Cour internationale de justice de common law 

Publié le 21 Janvier 2022

Le jugement de la Cour internationale de justice de common law 

International  Conseil de la justice de  common law 

Global Breakinq News: 15 janvier 2022 

 

Big Pharma, Chine et Vatican condamnés pour génocide et complot  criminel par la Cour internationale - Les vaccins COVID interdits  comme arrestation de dirigeants et saisie d’avoirs ordonnés 

Bruxelles et Vancouver : 

La Cour internationale qui a forcé le pape Benoît XVI à quitter laprison en 2013 a porté  un coup à la corporatocratie COVID en condamnant de hauts responsables de Pfizer,  glaxoSmithKline, chine et le Vatican des crimes contre l’humanité. 

Le verdict de la Cour condamne soixante-quinze personnes à la prison à vie, saisit les biens  deleurs héritiers et dissout leurs sociétés, et interdit légalement la fabrication, la vente ou  l’utilisation ultérieure de leurs vaccins contre la COVID en tant que « produits d’un génocide  médical et d’un meurtre de masse ». 

Après un procès de quatre mois convoqué en vertu du droit international, les juges de la Cour  internationale de justice de common law (CILCJ) ont rendu aujourd’hui leur verdict et leur  sentence historiques, ainsi que des mandats d’arrêt et d’expropriation contre les accusés. 

Parmi les personnes condamnées figurent Albert Bourla et Emma Walmsley, PDG de Pfizer  et 

GlaxoSmithKline Pharmaceuticals, Xi Jinping, Président de la Chine, « Pape » François (Jorge Bergoglio), la « reine » Elizabeth (Windsor) et Justin Trudeau, premier ministre du Canada. 

Une copie autorisée du verdict et de la sentence de la Cour est jointe. 

Selon le Bureau des affaires publiques de la Cour, 

« Cette affaire implique un crime monstrueux et intergénérationnel et sa dissimulation tout  aussi massive. Les plus hauts responsables de l’Église, de state et des entreprises ont pendant  des années personnellement sanctionné et profité de la torture, du trafic et du meurtre  systématiques d’enfants dans des expériences de test de drogue mortelles pour produire le  « vaccin » COVID, dans le cadre d’une conspiration criminelle visant à réduire l’humanité à  l’esclavage. Cette conspiration assassine des innocents, fait le trafic d’armes, de drogues,  d’enfants et d’organes humains, et réduit au silence ou détruit ceux qui menacent de l’exposer.

« Notre Cour a mis fin légalement à ce complot en criminalisant les personnes et les  sociétés responsables, et en interdisant la vente et l’utilisation ultérieures des « vaccins »  COVID, qui sont le produit d’un génocide médical et du meurtre de masse d’enfants. » 

Le verdict et la peine de la Cour ratissent largement les responsables en retraçant les racines  durégime COVID au génocide planifié des peuples autochtones au Canada par le Le Vatican et la Couronne d’Angleterre, y compris dans les meurtriers « pensionnats indiens  ». 

La Cour établit que les opposants publics à ce génocide, en particulier Kevin Annett, ont  été continuellement la cible de destruction par les accusés condamnés, qui sont  responsables du meurtre de quinze militants et de plusieurs tentatives récentesde mort d’An  nett. 

« Nos mandats permettent non seulement à nos shérifs et à nos policiers suppléants, mais  aussi à des personnes du monde entier d’appliquer le verdict de la Cour en arrêtant les  criminels condamnés, en saisissant leurs avoirs et en mettant fin à la vente et à l’utilisation  des « vaccins » contre la COVID dérivés du génocide», a déclaré laCour. 

« Les tueurs d’enfants ne peuvent plus échapper à la justice en utilisant les privilèges de  l’exécutif ou de l’entreprise, ou en se cachant derrière le camouflage de crises de santé  publique artificielles. » 

Un plan d’action pour la participation directe des citoyens à l’exécution de ce verdict et de  cette peine historiques sera discuté demain, le 16 janvier, à www.bbsradio.com/herewestand (à 15 heures pacifique, 23 heures GMT), et affiché à www.murderbvdecree.com sous « Mises à jour ITCCS » et www.republicofkanata.ca sous « Dernières nouvelles ». 

A laCour: itccsoffice@protonmail.com (àl’attention de G. Dufort, Bureau des affaires  publiques) 

Publié le samedi 15 janvier 2022 à 00h01 (GMT) 

par la Cour internationale de justice de common law, Division de première instance pénale 

Sous les auspices du Tribunal international des crimes de l’Église et de l’État (ITCCS) (établi en vertu du Droit des Nations le 15 juin 2010) 

International 

Cour de justice de  

common law 

Le jugement de la Cour internationale de justice de common law 

Concernant les crimes contre l’humanité commis par l’Église, l’État et les  entreprises 

Un résumé du dossier no 09152021-AOOI (15 janvier 2022) 

1. La corporatocratie mondiale covid qui a démantelé la démocratieet l’état de droit est  née d’une tradition et comme la dernière phase du génocide délibéré et des crimes  contre l’humanité par les gouvernements, les entreprises et les églises. Ces crimes  reflètent une conspiration criminelle en cours par ces puissances pour éradiquer  etasservir l’humanité, selon un plan directeur de l’eugénisme mondial. 

2. La Cour a été convoquée en vertu du droit international le 15 septembre 2021 à  Vancouver, au Canada, pour porter des accusations criminelles et des jugements contre  les personnes et les sociétés nommées sur les deux chefs d’accusation : planification,  commission et dissimulation de crimes contre l’humanité, et commettre ou autoriser  personnellement des crimes odieux contre certaines personnes ciblées et nommées, y  compris le meurtre. 

3. Les accusés et les sociétés nommés dans l’acte d’accusation comprennent les PDG de  Pfizer et de GlaxoSmithKline Pharmaceuticals, PetroChina Ltd., Weyerhaeuser Ltd.,  les chefs d’État et les hauts fonctionnaires des gouvernements du Canada et de la  Chine, la Couronne d’Angleterreet, et le Vatican, les hauts fonctionnaires de l’Église  catholique romaine, anglicane, unitarienne et unie du Canada, la Gendarmerie royale  du Canada, l’Assemblée des Premières Nations et le Sommet des Premières Nations,  et des citoyens privés, totalisant soixante-quinzepersonnes vivantes et les propriétés  privées de onze accusés décédés. 

4. Les accusés ont été accusés par l’Accusation d’avoir ordonné ou participé  personnellement à quinze crimes spécifiques, en plus de l’infraction générale de 

planification, de commission et de dissimulation de Génocideet de Crimes contre  l’humanité. Ces crimes spécifiques incluaient, sans toutefois s’y limiter, les suivants : 

a) L’enlèvement institutionnalisé, le viol, la torture, la traite, l’expérimentation  médicale, le dépistage de drogues, la famine et le meurtre d’enfants autochtones  etautres, dans les pensionnats indiens et les hôpitaux au Canada, et dans les  hôpitaux catholiques actuels, les familles d’accueil et les garderies, avec la  connaissance et la sanction des papes Jean-Paul Il, Benoît VXI, François Ier et la  reine d’Angleterre. 

b) La torture et lemeurtre d’hommes, de femmes et d’enfants par le biais de tests de  dépistage de drogues expérimentaux et involontaires, de stérilisation sexuelle,  d’expériences de seuil de douleur et de contrôle mental, de travail forcé, de trafic,  de torture et de meurtre rituels sectaires, et d’autres formes degénocide médical,  physique etbiologique. 

c) La destruction systématique des restes enterrés d’enfants indiens des pensionnats  indiens et d’autres enfants, ainsi que des preuves relatives à leur torture, à leurs  souffrances et à leur mort, sur ordre des chefs desdites églises etgouvernements. 

d) Le meurtre intentionnel de quinze militants nommés à travers le Canada qui  dénonçaient ces crimes et d’autres, et le ciblage continu de l’opposant public le  plus en vue des accusés, Kevin Annett, pour destruction et assassinat. 

e) L’imposition d’une tyrannie politique et économique illégale sur les Canadiens et  toute l’humanité sous le couvert d’une crise de santé publique frauduleuse liée à la  COVID. 

f) L’empoisonnement et le meurtre délibérés de Canadiens et de toute l’humanité par  l’imposition illégale et obligatoire de« vaccins » expérimentaux contre la COVID  obtenus par le biais d’un génocide médical et d’un meurtre de masse. 

g) Le blanchiment d’argent et le trafic d’armes, de drogues, d’êtres humains, de fœtus  et d’organes humains, en partenariat avec et pour le profit mutuel et le bénéfice  mutuel d’eux-mêmes et du crime organisé, des entreprises, des banques, des églises  et des gouvernements, en Amérique du Nord, en Europe, enAsie du Sud-Est et en  Chine. 

h) Le harcèlement, le silence et le meurtre de témoins de ces crimes, et l’obstruction  active à la justice et aux enquêtes criminelles.

i) Perturber les travaux de la Cour, harceler les officiers de la Cour, planifier et tenter  leur assassinat. 

5. Après quatre mois d’arbitrage régis par une procédure régulière, et en l’absence de  réponse des défendeurs, la Cour a déclaré tous les accusés coupables pro confesso des  deux chefs d’accusation et de tous les chefs d’accusation, etles acondamnés à la  réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, à la perte de leurs  biens et de ceux de leurs sociétés respectives, et à la dissolution de ces dernières en tant  qu’organisations criminelles transnationales. 

6. Dans le cadre de cette condamnation légale, et en réponse au génocide médical avéré  et aumeurtre de masse perpétrés par les accusés et en particulier Pfizer et  GlaxoSmithKline Pharmaceuticals dans le développement des « vaccins » COVID, la  Cour a interdit à tous les gouvernements, églises, entreprises, agences de santé publique  et personnel médical d’acheter,de promouvoir ou d’utiliser les « vaccins » COVID et  d’autres produits de génocide et de criminalité, sous peine d’être accusé d’accessoires  à un crime. 

7. Pour faire respecter son verdict et sa peine légaux, la Cour a émis un mandat d’arrêt  universel et unmandat d’expropriation contre les accusés, qui autorisent les shérifs de  la Cour, les policiers suppléants et les citoyens à arrêter et à détenir les accusés, à  démanteler leurs sociétés et à saisir leurs biens et produits, y compris les « vaccins »  COVID, dans le cadre desfléaux de lacriminalité et du génocide. 

8. Dans le cadre de cette exécution du verdict et de la peine légitimes de la Cour, les biens  des accusés sont saisis à titre de réparations financières pour le génocide et pour les  dommages infligés par eux à des générations d’enfants, ainsi qu’aux victimes des  accusés et à leurs familles, y compris Kevin Annett et ses enfants. 

9. Les accusés condamnés et leurs sociétés sont des entités criminelles dissoutes qui, en  vertu de la loi, ont perdu le droit de gouverner, d’exploiter ou de faire du commerce.  Toute personne ou tout groupe qui aide, encourage ou associe ces personnes ou sociétés  ou leurs activités ou produits est un complice de crimes contre l’humanité et peut être  arrêté et inculpé en vertu du jugement et des mandats de la Cour. 

10.Le jugement et les mandats de la Cour ont toute la force et l’effet de la Loi et prévalent  sur tous les règlements, autorités et organismes. Ils peuvent et doivent être utilisés pour  arrêter la propagation d’actions et de procédures génocidaires et criminelles, y compris  l’achat et l’administration désormais interdits de « vaccins » contre la COVID et les  mesures connexes.

Publié par la Cour internationale de common law de Justice, 15 janvier 2022 

(G. Dufort, Greffier de la Cour) - itccsoffice@protonmail.com ,  

www.murderbvdecree.com 

Interne 

 

 

Conseil de la justice  

de common law 

ARRÊT DE LA COUR 

Concernant les crimes contre l’humanité commis par l’Église, l’État et  les entreprises 

L’INDXCTMENT, LE VERDICT ET LA PEINE 

Dans l’affaire du dossier no 09152021-AOOI 

Délivré par la Chambre de première instance pénale de la Common Law  internationale 

Cour de justice convoquée dans la juridiction de la République  souveraine de Kanata entre le 15 septembre 2021 et le 15 janvier 2022 

Ce jugement est rendu avec l’autorité etles auspices du Tribunal international des crimes de l’Église et  de l’État (ITCCS), créé le 15 juin 2010 en vertu du droit des nations. 

Le dossier complet de la Cour, y compris la preuve et les spécifications de ce procès et de son Verdict et Sentence, seront mis à la disposition du public. 

La Cour peut être contactée par l’intermédiaire de son greffier à itccsoffice@protonmail.com

Voir www.murderbydecree.com , www.republicofkanata.ca 

DANS L’AFFAIRE DU PEUPLE (ci-après dénommé « l’Accusation ») c. LES  PERSONNES SUIVANTES (ci-après dénommées « les Défendeurs ») : 

Elizabeth Windsor, Mary Simon, Richard Wagner, Justin Trudeau, Stephen Harper,  Jean Chrétien, Paul Martin, Beverley McLachlin, Larry Campbell, Murray Sinclair,  John Horgan, David Eby,Theresa Tam, Bonnie Henry, la succession d’Allan  McEachern, de la COURONNE OF 

L’ANGLETERRE et les GOUVERNEMENTS DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE ET DU  CANADA; et Brenda Lucki, 

Peter Montague, Gerry Peters, Paul Willms, de la GENDARMERIE ROYALE DU  CANADA 

Joseph Ratzinger, Jorge Bergoglio, Domenico Giani, Gerald Lacroix, Luigi Ventura, Pedro Lopez Quintana, Ivan Jurkovic, Remi de Roo, Michael Miller, les États de Karol Wojtyla, Raymond Roussin,et Adolfo Pachon,del’ÉGLISE CATHOLIQUE ROMAINE 

Justin Welby, Fred Hiltz, Bob Bennett, Michael Ingham,de l’ÉGLISE ANGLICANE 

Richard Bott, Michael Blair, Marion Best, Virginia Coleman, John Cashore, Jon Jessiman,  JimSinclair, Gary Paterson, Brian Thorpe, Paul Mills, Paul Webb, Walter Farquharson, Phil Spencer, Foster Freed, Cameron Reid, Bob Stiven,les domaines d’Art Anderson, Bill  Howie, Fred Bishop, James Goodbrandet George Darby sr., de l’ÉGLISE UNIE DU  CANADA 

Roseanne Archibald, Phil Fontaine, Ed John, Ron Hamilton, Charlie Thomas, Patrick  Brazeau, 

Robert Joseph, de l’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS et du SOMMET DES  PREMIÈRES NATIONS 

Anne Heller, John Buehrens,Steven Epperson, de l’ÉGLISE UNITARIENNE  UNIVERSALISTE 

Devin Stockfish, La succession de John Creighton, de WEYERHAEUSER LTD.

Albert Bouria, Cole Pinnow,of PFIZERPHARMACEUTICALS LTD., Emma Waimsley,  Faris El Refaie, de GLAXO SMITH KLINE PHARMACEUTICALS LTD. 

Xi Jinping, Xu Caihou,Wang Haijiang,du GOUVERNEMENT DE CHINE, et Zhou  Jiping,wang Dongjin,de PETROCHINA LTD. 

Harry Ogden, Dena Churchill, Terry Whyte, John Mayba,Wendy Barker, Jim et Eva  Manly, Anne McNamee, et les successions de James et Madeleine McNamee,  PARTICULIERS 

L’ACTE D’ACCUSATION CONTRE LES ACCUSÉS 

Le 15 septembre 2021, lors de leur première audience de mise en accusation, les défendeurs ont été accusés par la Poursuite a) d’avoir constitué un complot criminel  délibéré en vue de planifier, de commettre et de dissimuler un génocide et des crimes  contre l’humanité, au Canada et ailleurs, en leur qualité d’initiateurs et de participants à  ce complot, et tels qu’ils sont s’engager personnellement et collectivement dans des  crimes contre Kevin Annett, sa famille et ses associés, ses enfants et ses peuples  autochtones, ou les aider et les encourager. 

Ces accusations n’ont pas reçu de réponse, n’ont pas été contestées ou réfutées par les  défendeurs, qui, individuellement et collectivement, ont ignoré la citation légale du  tribunal. Les charges retenues contre les défendeurs sont donc incontestées comme un aveu  pro confesso de ruse de leurpart. 

LE VERDICT ET LA SENTENCE DU TRIBUNAL 

QUE L’ON SACHE qu’après les délibérations exhaustives de la Cour sur les preuves  volumineuses et vérifiées présentées par l’Accusation devant le tribunal à partir du 15  septembre 2021, et après que les défendeurs ont systématiquement refusé de répondre aux assignations de la Cour ou de répondre, de nier ou de réfuter les accusations et les preuves  portées contre eux, et ainsi par leur silence ont admis pro confesso à ces accusations et  preuves, la Cour est parvenue au verdict et à la sentence suivants concernant les charges  retenues contre les accusés :

1. La Cour accepte et établit comme fait incontesté que les défendeurs ont été et  continuent d’être engagés dans une conspiration criminelle délibérée, brutale et continue  contre l’humanité et ont ciblé desindividus, en particulier Kevin Annett, qui, depuis le  17 octobre 1994,

a dirigé l’enquête publique et la poursuite de leurs crimes; et que cette  conspiration criminelle délibérée a été planifiée et commise de manière injustifiée avec  malveillance à l’avance pour attaquer un d détruire la vie, la famille, les moyens de  subsistance, l’employabilité, les droits civils, la vocation spirituelle et professionnelle  d’Annett, ainsi que son travail public et sa réputation, y compris en tentant de le tuer. 

2. La Cour accepte et établit comme fait incontesté que le but de cette conspiration  criminelle des défendeurs était et continue d’être de commettre, d’aider et d’encourager  le génocide et les crimes contre l’humanité commis par l’Église, l’État et les sociétés au  Canada et ailleurs, et de dissimuler leurs propres malversations et leur complaisance  enversces 

Crimes, y compris dans ces actes et actes dérivés: 

i. L’extermination délibérée et systématique des nations autochtones partout au Canada, ainsi  que le vol, le profit et la spoliation de leurs terres et de leurs ressources. 

ii. L’enlèvement institutionnalisé, la rape, la torture, la traite, l’expérimentation médicale, le  dépistage de drogues, la famine et le meurtre d’enfants autochtones et d’autres enfants, y  compris dans les pensionnats indiens et les hôpitaux, et les hôpitaux catholiques et les  garderies d’aujourd’hui. 

iii. La torture et lemeurtre d’hommes, de femmes et d’enfants par le biais de tests de  dépistage de drogues expérimentaux et involontaires, de stérilisation sexuelle,  d’expériences de seuil de douleur et de contrôle mental, de travail forcé, de trafic, de  meurtres rituels et d’autres formes de génocide médical, physique et biologique. 

iv.L’enlèvement, la torture et le meurtre rituel d’enfants dans l’église et les réseaux de culte  intergénérationnels parrainés par l’État, y compris le soi-disant Neuvième Cercle et Twelve  Mile Club. 

v. La destruction systématique des restes enterrés des pensionnats indienset d’autres enfants,  ainsi que des preuves relatives à leur torture, à leurs souffrances et à leur mort. 

vi.Le harcèlement, le ciblage et le meurtre de Krista Lynn, John Sargent, Mark Angus, Karl

Angus, Willie Sport, Archie Frank, Harriett Nahanee,Louis Daniels, William Combes, Johnny  « Bingo » Dawson, Harry Wilson, Ricky Lavallee, Edna Philips, Ron Barbour et Pamela  Holm. vii. La subversion traîtresse et la destruction de la souveraineté et des lois du Canada. 

viii.L’imposition d’une tyrannie politique et économique illégaledans la vie des Canadiens et  de l’humanité sous le couvert d’une crise de santé publique frauduleuse liée à la COVID. 

ix. L’empoisonnement et le meurtre délibérés de Canadiens et de l’humanité par l’imposition  illégale et obligatoire de « vaccins » expérimentaux contre la COVID obtenus par le biais  d’un génocide. 

x. Le blanchiment d’argent et le trafic d’armes, de drogues, d’enfants, de fœtus et d’organes  humains, en partenariat avec et pour le profit mutuel et le bénéfice d’eux-mêmes et du  crime organisé, des entreprises, des banques, des églises et des gouvernements,  enAmérique du Nord, 

Europe, Asie du Sud-Est et Chine. 

xi. Le harcèlement, le silence et le meurtre de témoins de ces crimes. 

xii. La construction d’un récit public faux et trompeur sur ces crimes pour retarder et  empêcher les enquêtes criminelles et les procédures judiciaires. 

xiii.L’obstruction à la justice. 

xiv.Agresser, diffamer, marginaliser et détruire Kevin Annett et sesassociés et leurs  efforts pour rendre publiques la vérité et les détails de ces crimes et pour poursuivre  les responsables, et tenter d’assassiner Annett. 

xv. Perturber les procédures de la Cour, harceler les officiers de la Cour, planifier et  tenter sonassassinat. 

3. La Cour accepte et établit comme fait incontesté que cette conspiration criminelle  et ces actes criminels commis par les défendeurs sont particulièrement néfastes et  constituent un sujet d’énorme préoccupation publique parce qu’ils constituent une  menace réelle, présente, une menace et uneagression continues contre les lois, la paix et  le bien-être du Canada, de son peuple et des peuples et nations du monde. en causant,  commettant, facilitant et dissimulant délibérément des crimes contre l’humanité; et que, 

par conséquent, le verdictet la sentence de la Cour sont rendus au nom non seulement de  Kevin Annett et de ses associés, mais aussi du peuple canadien et de toute l’humanité, et  de leurs intérêts que sont la justice, la paix, la sécurité publique, la santé et le bien-être  des enfants, la primauté du droit, l’accessibilité démocratiqueet la survie dessociétés libres. 

4. La Cour accepte et établit comme fait incontesté qu’en raison de cette  conspiration criminelle et de ces actions criminelles, Kevin Annett a connu et subit  d’énormes souffrances et ruines personnelles, physiques, financières et professionnelles,  ainsi quede graves dommages et pertes, pour lesquels les défendeurs sont conjointement  responsables et responsables de leurs actions criminelles et en tant que co-conspirateurs  dans cette conspiration criminelle prouvée. 

5. La Cour accepte et estimecomme un fait incontesté que les défendeurs étaient  responsables de l’empoisonnement chimique presque mortel de Kevin Annett en 2021,  et qu’ils ont l’intention et prévoient activement d’assassiner Annett après son  hospitalisation pour chirurgie, ou ailleurs,les21 et 22 février 2022, selon le crime des  défendeurs. 

Complot décrit dans les présentes; et que les défendeurs ont perturbé et entravé la Les procédures de la Cour, y compris en harcelant ses officiers, et en planifiant leur  assassinat. 

6. La Cour accepte et établit comme fait incontesté que cette conspiration criminelle et les  actions criminelles des défendeurs font partie d’une criminalité institutionnalisée plus largequi a  été menée contre l’humanité pendant des siècles par les sociétés papales, monarchiques,  religieuses, policières, gouvernementales, militaires et commerciales nommées ici qui sont  associées aux défendeurs -

un fait qui a été établi par le l’arbitrage antérieur de cette affaire par  les tribunaux internationaux; et en tant que tels, les défendeurs sont les agents actifs et les  agents fiduciaires des organisations criminelles transnationales qui, en vertu du droit  international, constituent des organismes criminels voyous qui ontle droit d’opérer.

En  conséquence, en tant qu’agents et officiers de ces organes, les défendeurs n’ont aucune base  juridique ni le droit de contester ou d’interjeter appel de ce verdict et de cette condamnation, qui  est considéré comme un objet public.

LE VERDICT ET LA SENTENCE DU TRIBUNAL 

1. La Cour déclare par la présente les défendeurs coupables, tels qu’ils sont accusés dans  l’acte d’accusation général et les chefs d’accusation spécifiés par l’Accusation, à savoir  d’être les principaux initiateurs et participants àune conspiration criminelle délibérée, 

meurtrière et massive visant à planifier, commettre et dissimuler le génocide et les crimes  contre l’humanité, et de s’engager personnellement et conjointement dans des actions  criminelles délibérées, mortelles et massives contre Kevin Annett, et d’avoir  personnellement et conjointement engagé ou aidé et encouragé des actions criminelles contre  Kevin Annett, son enfantren, ses associés, d’autres enfants et les peuples autochtones. 

2. En outre, la Cour déclare les défendeurs coupables d’avoir perturbé, entravé et attaqué  les procédures de la Cour avant et pendant ses délibérations afin d’échapper à la justice et de  dissimuler laculpabilité de l’héritier et la culpabilité d’autrui dans les affaires énoncées dans  les présentes, et d’avoir conspiré pour assassiner Kevin Annett et les officiers de la Cour. 

3. En conséquence, la Cour condamne à ce que les défendeurs soient emprisonnés pour la  durée de leur vie naturelle sans possibilité de libération conditionnelle, que leur autorité  personnelle et institutionnelle soit annulée, que leurs biens personnels et leurs biens soient  saisis à titre de réparation partielle de leurs crimes et qu’ils facilitent la liquidation de leurs  biensetbiens de leurs organes respectifs qui, en tant qu’organisations de criminat transnationales dûment condamnées, ont perdu leur droit d’exploiter, de fabriquer, de vendre  ou de tirer profit de leurs produits, ou de conserver leurs investissements financiers et leurs  avoirs. 

4. C’est la sentence de la Cour que les défendeurs doivent immédiatement se remettre aux  shérifs de la Cour pour l’exécution de ce verdict et de cette sentence légitimes. 

5. C’est la sentence de la Cour que si les accusés échappentà l’arrestation et à l’impr  isonment, ou défient autrement ce verdict et cette peine légaux, ils sont déclarés  publiquement et seront considérés comme des fugitifs de la justice en vertu de la loi; et par  conséquent, les shérifs de la Cour et la police et les citoyens délégués sont habilités à  appliquer leverdict et la peine de la Cour enutilisant une force raisonnable pour arrêter et  détenir les défendeurs et les livrer pour la légalité l’exécution de leurs peines, et d’aider à la  saisie de leurs biens et biens, selon les termes de ce verdict légal and sentence. 

6. La Cour prévoit que les défendeurs cessent et renoncent instantanément et sans  condition à leurs actes avérés de conspiration criminelle et criminelle, y compris  contre Kevin Annett, et à toute action mettant sa vie en danger, criminelle et  dévastatricevisant lui et ses enfants, ses associés, d’autres enfants et les peuples  autochtones.

7. C’est la sentence de la Cour que les défendeurs reconnaissent et admettent  publiquement toutes les quinze actions criminelles susmentionnées dans lesquelles ils sont et  ont été engagés et sont complices, reconnaissent leur participation à leur complot criminal  prouvé, et divulguent à la Cour toutes les preuves, communications et identités d’autres  personnes associées aux quinze actions criminelles susmentionnées et à leur complot  criminel prouvé, y compris en ce qui concerne lesévénementssuivants: 

a) le congédiement sans motif, préavis ou procédure régulière et la « radiation » illégale du  ministère et de la ruine publique et professionnelle de Kevin Annett par l’Église Unie du  Canada et ses agents fiduciaires entre le 17 octobre 1994 et le 7 mars 1997, et leur ruine  subséquente des tentatives d’Annett de se recycler professionnellement et de gagner sa vie; 

b)la poursuite en divorce et en garde d’enfants intentée contre Kevin Annett par son  épouse Anne McNamee entre le 24 décembre 1995 et le 4 avril 1996, qui a été  intentée, organisée et financée par des agents de l’Église Unie, de la magistrature  canadienne et de la Royal 

la Gendarmerie du Canada (GRC), ainsi que James, Madeleine et Anne McNamee; 

c) la destruction du programme de doctorat de Kevin Annett par le United Church et ses agents  à l’Université de la Colombie-Britannique entre le 1er septembre 1995 et le 31 mars 1998; 

d)la destruction de l’ordination professionnelle de Kevin Annett dans l’Universaliste Unitarien Église par des fonctionnaires de l’Église Unie et de la Communauté unitarienneen 1996 et 1997; 

e) la guerre physique, financière et psychologique soutenue menée contre Kevin Annett entre  le 1er août 1992 et aujourd’hui par le biais d’une « opération noire » systématique initiée  et financée par les Églises unies, catholiques et anglicanes,la GRC et les gouvernements des 

Le Canada et la Chine, la Couronne d’Angleterre, les sociétés Weyerhaeuser et Pfizer,  l’agence du Vatican connue sous le nom de Santa Alleanza,et Karol Wojtyla, Joseph Ratzinger  et Jorge Bergoglio (alias les papes Jean-Paul II, Benoît XVI et François Ier); et unecampagne  publique de désinformation et de sabotage dirigée contre KevinAnnett et ses associés par ces  mêmes personnes morales et individus, du 1er août 1992 à aujourd’hui; 

f) l’assassinat de Krista Lynn, John Sargent, Mark Angus, Karl Angus, Willie Sport, Archie Frank, Harriett Nahanee, Louis Daniels, William Combes, Johnny « Bingo »  Dawson, Harry Wilson, Ricky Lavallee, Edna Philips, Ron Barbour et Pamela Holm par  ces mêmes personnes morales et individus entre le 3 mars 1995 et le 23 septembre 2019;

g)l’empoisonnement chimique de Kevin Annett en 2021 et son assassinat au plus tard Les 21 et 22 février 2022, par des agents de la GRC, Pfizer Ltée, l’agence vaticane Santa  Alleanza,le nonce pontifical au Canada, sur ordre de Jorge Bergoglio, alias le pape François; 

h)l’assassinat planifié d’officiers de la Cour à la suite de l’ouverture de ses procédures le 15  septembre 2021, sur ordre de Jorge Bergoglio, alias le pape François. 

8. C’est la sentence du tribunal que les défendeurs délivreront immédiatement à Kevin  Annett et auxfamilles et successions des personnes nommées au point f) ci-dessus, un aveu  complet, inconditionnel et public de culpabilité et l’acceptation pleine et entière de la  responsabilité de leurs actes à l’égard d’Annett et de ces personnes, et de toute autre perte,  les dommages etintérêts qui leur ont été causés par les défendeurs. Un tel aveu par les  défendeurs constitue en vertu de la loi une acceptation sans réserve de la responsabilité  légale et morale de ces crimes. 

9. C’est la sentence de la Cour que les défendeurs et en particulierles dirigeants  susmentionnés de l’Église Unie du Canada et l’un de leurs agents reconnaissent  publiquement la nature illégale, frauduleuse et secrète de l’audience de « radiation » qui a  expulsé Kevin Annett de sa profession de ministre de l’Église Unie,et la participation des  dirigeants de l’Église Unie à la planification, destruction systématique des moyens de  subsistance, du mariage, de la famille, de la réputation publique, des études universitaires,  de la reconversion professionnelle et de l’emploi d’Annett.

10. C’est la sentence du tribunal que les défendeurs doivent indemniser financièrement  Kevin Annett pour tous ses revenus refusés et ses dépenses financières et pertes découlant  de leurs actions personnelles et fiduciaires, ou de leur association avec ledit crime  depiraterie. Ces réparations totaliseront pas moins de 2,5 millions de dollars pour les frais  généraux et la perte de revenu, d’emploi et d’avantages sociaux, et pas moins de 25  millions de dollars pour le chagrin personnel, les pertes, la souffrance, les dépenses et les  dommages causés à Kevin Annett et à son enfantpar lesdéfendeurs. 

11. La Cour prévoit que les défendeurs indemnisent financièrement chacune des familles  et successions des personnes nommées au point f) au-dessus d’un montant total d’au moins 25 millions de dollars pour le chagrin personnel, les pertes, les souffranceset autres  dommages causés par leur ciblage, leur harcèlement et leur meurtre par les défendeurs. 

12. En conséquence, la Cour autorise, par le biais de ses mandats annexés, l’arrestation  immédiate des défendeurs, ainsi que la saisie et l’expropriation des biens et des biens  desdéfendeurs et de leurs organes sociaux respectifs, afin de fournir ces fonds et réparations  à Kevin Annett et aux familles et successions des personnes nommées au point f) ci-dessus,  conformément au verdict et à la peine licites de la Cour. 

13. Enfin, c’est la sentence de la Cour selon laquelle il est interdit à tous les  gouvernements, organismes de santé publique et personnel médical ou entreprises, sous  peine d’être accusés d’accessoires d’un crime, d’acheter, de promouvoir ou d’utiliser les  « vaccins » COVID et autresproduits de génocide médical et de meurtre de masse émis par  les entités reconnues coupables connues sous le nom de Pfizer Pharmaceuticals et Glaxo  Smith Kline Pharmaceuticals, qui sont coupables de crimes contre l’humanité et que les  organisations criminelles transnationales sont légalement dissoutes. 

Ce verdict et cette sentence sont rendus et prononcés à l’unanimité par les magistrats de l' Cour internationale de justice de common law, dossier n° 09152021-AOOI, sur ce sujet Quinzième jour de janvier de l’année 2022. Elle a toute la force etl’efficacité de la Loi. 

Greffier en chef de la Cour

09152021-AOOI,  

Soumis et inscrit au dossier public de la Cour internationale de common  

law de Justice en tant qu’affaire n° de dossier. en ce jour, 

15 janvier 2022 

International 

Common Law Coutt  

of Justice 

MANDAT D’ARRÊT 

Rendu par la Cour conformément à son verdict et à sa peine licites Dans l’affaire du dossier n° 09152021 -AOOI 

La Cour autorise ses shérifs et leurs adjoints désignés à détenir immédiatement et à  prononcer pour l’exécution de leur peine les personnes nommées dans le présent  mandat. 

Les shérifs et leurs adjoints sont habilités à faire appel à d’autres forces de police pour  aider à la détention et au transport en prison des personnes condamnées nommées dans  cette 

Mandat, en employant la force nécessaire et raisonnable. 

CE MANDAT A TOUTE LA FORCE ET L’EFFET DE LA LOI. 

IL S’AGIT D’UNE INFRACTION CRIMINELLE ET D’UNE ENTRAVE À  LA JUSTICE POUR QUICONQUE 

INTERFÉRER AVEC L’EXÉCUTION DE CE MANDAT. 

Publié le quinzième jour de janvier de l’année 2022.

09152021-AOOI,  

Premier magistrat de la Cour 

Greffier de la Cour 

Voir le revers pour la liste des accusés condamnés qui  

font l’objet d’une arrestation immédiate et d’une peine  

d’emprisonnement. 

selon les termes du présent Mandat légal. 

Dossier n°  

15 janvier 2022 

Les personnes suivantes ont été dûment jugées, reconnues coupables et condamnées par le  tribunal, et sont passibles d’une arrestation immédiate et d’une peine d’emprisonnement en  vertu du présent mandat légal : 

Elizabeth Windsor, Mary Simon, Richard Wagner, Justin Trudeau, Stephen Harper, Jean Chretien, Paul Martin, Beverley McLachlin, Larry Campbell, Murray Sinclair, John Horgan, David Eby,Theresa Tam,  Bonnie 

Henry, la succession d’Allan McEachern, de la COURONNE D’ANGLETERRE et des  GOUVERNEMENTS DES BRITANNIQUES 

LA COLOMBIE ET LE CANADA; et Brenda Lucki, Peter Montague, Geny Peters, Paul Willms,de  laGENDARMERIE ROYALE DU CANADA;  

Joseph R&inger, Jorge Bergoglio, Domenico Giani, Gerald Lacroix, Luigi Ventura, Pedro Lopez  Quintana, Ivan Jurkovic, Remi de Roo, Michael Miller, les Domaines de Karol Wojtyla, Raymond  Roussin, et Adolfo Pachon, de l’ÉGLISE CATHOLIQUE ROMAINE; 

Justin Welby, Fred Bob Bennett, Michael Ingham,de l’ÉGLISE ANGLICANE;  

Richard Bott, Michael Blair, Marion Best, Virginia Coleman, John Cashore, Jon Jessiman, Jim Sinclair,  Gary 

Paterson, Brian Thorpe, Paul Mills, Paul Webb, Walter Farquharson, Phil Spencer, Foster Freed,  Cameron 

Reid, Bob Stiven, les successions d’Art Anderson, Bill Howie, Fred Bishop, James Goodbrandet  George Darby sr., de l’ÉGLISE UNIE DU CANADA 

Roseanne Archibald, Phil Fontaine, Ed John, Ron Hamilton, Charlie Thomas, Patrick Brazeau, Robert Joseph, de l’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS et du SOMMET DES PREMIÈRES  NATIONS

09152021-AOOI,  

Anne Heller, John Buehrens,Steven Epperson, de l’ÉGLISE UNITARIENNE UNIVERSALISTE Devin Stockfish, La succession de John Creighton, de WEYERHAEUSER LTD. 

Albert Bouria, Cole Pinnow, de PFIZER PHARMACEUTICALS LTD., Emma Waimsley, Faris El  Refaie, de GLAXO SMITH KLINE PHARMACEUTICALS LTD. 

Xi Jinping, Xu Caihou,Wang HaiJiang,du GOUVERNEMENT DECHINA, et Zhou Jiping,Wang  DongJin,dePETROCHINA LTD. 

Harry Ogden, Dena Churchill, Terry Whyte, John Mayba,Wendy Barker, Jim et Eva Manly, Anne  McNamee, et les successions de James et Madeleine McNamee, PARTICULIERS

Greffier de  

l’affaire Dossier  

n°  

- 15 janvier 2022

International 

Conseil de la  

justice de 

common law 

MANDAT DE SAISIE ET D’EXPROPRIATION 

Rendu par la Cour conformément à son verdict et à sa peine licites 

Dans l’affaire du dossier no 09152021-AOOI 

La Cour autorise ses shérifs et leurs adjoints nommés à saisir et à exproprier  immédiatement les biens et les biens personnels et corporatifs des personnes nommées  dans le présent mandat, conformément au verdict et à la peine légitimes de la Cour.

09152021-AOOI,  

Les shérifs et leurs adjoints sont habilités à faire appel à d’autres forces de police pour  aider à l’exécution du présent mandat, en employant la force nécessaire etréa sonable. 

CE MANDAT A TOUTE LA FORCE ET L’EFFET DE LA LOI. 

IL S’AGIT D’UNE INFRACTION CRIMINELLE ET D’UNE ENTRAVE À  LA JUSTICE POUR QUICONQUE 

INTERFÉRER AVEC L’EXÉCUTION DE CE MANDAT. 

Publié le quinzième jour de janvier de l’année 2022. 

Premier magistrat de la Cour 

Greffier de la Cour 

Voir le revers pour la liste des accusés condamnés qui  

font l’objet d’une arrestation immédiate et d’une peine  

d’emprisonnement selon les termes de ce warrant  

légal. 

Dossier n°  

15 janvier 2022

Rédigé par Nouvelle conscience

Publié dans #Cour internationale

Repost0
Pour ĂȘtre informĂ© des derniers articles, inscrivez vous :