Québec : des soignants non-vaxxinés travailleront !

Publié le 4 Novembre 2021

Québec : des soignants non-vaxxinés travailleront !
 
 
Le Québec renonce définitivement
à vacciner tout le personnel
soignant pour ne pas mettre en
Péril le réseau médical ! 

        Ils ont peur d'aller au Spa :)) 

 


C’est une grande victoire qui démontre que la lutte est possible, utile et efficace. 
Tout dépend du degré de maturité politique, d’intelligence et de courage des gens. 
Québec se résout à prendre "la moins pire des décisions" : le ministre de la Santé, Christian Dubé, a annoncé mercredi qu’il renonçait à imposer la vaccination aux travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux. 
À l’approche de l’échéance du 15 novembre 2021, le ministre a admis que le réseau était incapable de se priver des 8000 travailleurs "sur le terrain" qui refusent toujours de se faire vacciner. 
Bien qu’ils ne représentent que 3 % des 290.000 employés du réseau, leur absence pourrait entraîner pas moins de 127 bris de services à l’échelle du Québec. 
Dans le contexte, Québec prend "la moins pire des décisions", a fait valoir le ministre. 
Pendant des semaines, le gouvernement a maintenu la ligne dure face aux travailleurs de la santé qui refusaient de se soumettre à l’ultimatum du gouvernement. 
"Moi, si j’étais patient dans un hôpital, je n’accepterais pas qu’une infirmière non vaccinée soit proche de moi", avait notamment déclaré le premier ministre, François Legault, en septembre. 
Le 14 octobre, le ministre Dubé avait causé la surprise en repoussant d’un mois, au 15 novembre, la première échéance pour la vaccination obligatoire
À cette date, 14.000 soignants du Québec n’avaient toujours pas reçu une seule dose de vaccin. 
Le chiffre est environ le même, un mois plus tard.
 
Un nouveau "plan de traitement" !  
Face à l’impossibilité de se priver de la main-d’œuvre non vaccinée, Québec a donc ajusté son "plan de traitement", a illustré le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.
"On n’abandonne pas" pour autant, a-t-il précisé en anglais. 
"On n’aurait probablement pas obtenu le [taux de vaccination de] 97 % [chez les travailleurs de la santé] si on n’avait pas mis la vaccination obligatoire", a-t-il aussi affirmé, pendant que M. Dubé refusait de dire que l’incapacité du gouvernement à imposer la vaccination obligatoire constituait une "erreur". 
Pour garder le "milieu sécuritaire", Québec mise désormais sur le dépistage obligatoire des travailleurs non vaccinés trois fois par semaine, tant au privé qu’au public. 
"C’est non négociable. 
Et je vais le dire qu’on va être intransigeant sur ça, c’est-à-dire que ceux qui ne veulent pas se faire dépister vont être “mis sans solde” », a averti le ministre Dubé. 
Québec payera pour ces tests, le ministre ne voulant pas que les frais associés au dépistage puissent être utilisés comme "excuse" par les travailleurs refusant d’être dépistés. 
M. Dubé a par ailleurs rappelé que les travailleurs non vaccinés perdraient leur éligibilité aux primes COVID et de rétention.

Des scénarios catastrophes !
Pour justifier sa décision, Christian Dubé a déclaré que l’absence des 8.000 travailleurs non vaccinés dans le réseau pourrait entraîner des bris de services — qu’il appelle "réorganisations de services" — à 127 endroits. 
Ce nombre passerait à 500 si on tenait aussi compte des "diminutions de services" que causeraient ces absences. 
"C’est majeur. C’est majeur", a-t-il répété. 
En dépit des multiples scénarios étudiés par Québec — "garder les personnes qui avaient reçu au moins une dose avec un engagement de recevoir une deuxième dose"; permettre "à des travailleurs non vaccinés d’œuvrer dans certains secteurs à certaines conditions", a illustré le sous-ministre Daniel Desharnais —, l’effet sur les services était trop "prononcé" pour que Québec ne recule pas sur l’obligation vaccinale. 
Au cours des prochaines semaines, le ministre Dubé espère pouvoir convaincre davantage de professionnels d’intégrer le réseau. 
À ceux-là, la vaccination sera imposée. 
À terme, Québec souhaite donc "être capable d’être moins dépendants des non-vaccinés".

D’autres détails suivront.
Marie-Michèle Sioui Correspondante parlementaire

Le Devoir [Québec] le 3 novembre 2021 : 

Aguelid pour https://www.lelibrepenseur.org/victoire-quebec-renonce-definitivement-a-vacciner-le-personnel-soignant/

Rédigé par Nouvelle conscience

Publié dans #Information

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article