AU SUJET DE NOS DROITS ET DE NOS OBLIGATIONS

Publié le 17 Juillet 2021

AU SUJET DE NOS DROITS ET DE NOS OBLIGATIONS

AU SUJET DE NOS DROITS ET DE NOS OBLIGATIONS

 

Je vais commencer cette communication par une courte vidéo de Nora Caron qui fait le point au sujet de la libération planétaire. Oui la libération planétaire finale s'en vient. Cela est un fait irrémédiable. Et rien ni personne ne pourra empêcher cela. Par contre il y a des délais et Nora nous explique clairement la raison de ces délais. Voici le lien pour la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=bRRTq7RfkeI

 

J'apprécie particulièrement les remarques qu'elles nous partagent vers la fin. L'important pour chacun(e) de nous en ce moment, c'est de conserver une attitude positive, une attitude aussi orientée vers la gratitude. Il y a des êtres tant dans l'Alliance terrestre que dans l'Alliance céleste qui travaillent avec intensité à installer ce changement. Et ils font face à de nombreuses difficultés. Le moins que l'on puisse faire pour collaborer à leur travail, c'est de conserver une attitude positive et d'avoir de la gratitude à leur endroit. C'est, entre autres, ainsi que nous pourrons contribuer à hausser le taux vibratoire. Et cela est l'une des clés pour en arriver à la manifestation du changement souhaité tout en demeurant dans l'ici et maintenant.

 

Maintenant il y a aussi d'autres actions concrètes qui peuvent aussi être posées à notre niveau si nous le voulons. Ainsi nous avons vu apparaître sur Facebook quelques pages où on fait mention de commerces qui ne jouent plus à la police du masque. En fait ce sont des commerces où des gens confirment s'être rendus pour faire des achats et où ils ont pu le faire sans masque et sans se faire importuner par les employés.

 

Il y a même des commerces qui affichent à l'entrée un message du genre : Ici, je porte mon plus beau sourire. Il est possible de retrouver une affiche du genre en allant sur le lien suivant :https://latableronde.over-blog.com/2021/07/vous-pouvez-imprimer-ca-les-commercants-commencent-a-se-reveiller-allez-voir-sur-facedebook.html.

 

Les commerçants sont invités à poser de telles affiches en grand nombre. Cela peut faire partie d'un mouvement de libération. D'autre part, en tant que clients, il est aussi possible de conscientiser les commerçants en les invitant à poser de telles affiches.

 

Voilà ce qui m'amène au cœur même de cette communication. Je ne suis pas juriste. Je ne suis pas un homme de loi non plus. Je fonctionne d'abord et souvent à partir du simple gros bon sens. Alors j'aimerais mettre en évidence quelques aberrations qui ont eu cours tout au long de cette pandémie.

 

Tout d'abord, ce qui a été voté au début de la plandémie et qui a été renouvelé constamment, c'est un décret. CE N'EST PAS UNE LOI. D'une part, cela n'a pas du tout le même impact dans l'application et cette information est facile à valider. D'autre part, dès le début en mars 2020, la situation nous a été présentée de façon dramatique avec la nécessité d'une intervention urgente et musclée pour enrayer le tout rapidement. Alors on peut comprendre que tout le monde ait été mis à contribution. Et on peut aussi comprendre que, devant l'urgence de la situation et par conscience sociale, chacun(e) ait pu choisir de répondre à l'appel à contribution lancé par les dirigeants.

 

Ainsi en a-t-il été pour les commerçants. Alors on a demandé à ceux-ci de jouer à la police du masque et à la police des mesures sanitaires. Logiquement, la motivation première d'un commerçant c'est d'offrir des biens ou des services à la communauté contre rémunération. Et l'objectif c'est de faire le tout à profit. Sinon, ce sera la mort du commerce. Dans notre monde actuel, c'est une condition sine qua non. Cela peut sembler simplet, mais il vaut quand même la joie de s'y arrêter.

 

Dans un tel contexte, tout ce qui peut permettre de réduire les frais d'opération peut permettre d'augmenter la marge bénéficiaire. Et l'inverse est aussi vrai. Et l'inverse peut conduire à des conséquences dramatiques allant jusqu'à la fermeture du commerce. Par conséquent, dès le début des mesures, j'ai pu observer que des commerces ont pris des mesures intenses allant jusqu'à l'engagement d'agences de sécurité, une mesure qui dû être très coûteuse. De plus, toutes ces mesures ont eu pour conséquence d'irriter plusieurs clients et par conséquent de les éloigner des commerces. Donc, des frais supplémentaires onéreux et la perte de clients d'où une baisse du chiffre d'affaires et j'imagine une baisse considérable de la marge bénéficiaire.

 

Est-ce que les commerçants avaient l'obligation véritable de s'engager à un tel niveau? Sans être un homme de loi, et en me basant simplement sur le simple gros bon sens, je peux répondre : Absolument pas. Alors pourquoi l'ont-ils fait : Par consentement, purement et simplement.

 

Il y a là une clé très importante. Tout ce qui s'est fait depuis le début de la plandémie a été mis en place par consentement de la population, incluant la vak_sination actuelle. Il n'y a aucune obligation. AUCUNE. il s'agit simplement d'observer pour en prendre conscience. Tout est fait/a été fait pour apeurer la population et /ou pour la manipuler afin que les gens consentent d'eux mêmes à aller exactement dans la direction où on souhaitait les voir aller. Je dis bien TOUT. Il faut prendre un peu de recul et considérer cela car c'est un point très important qui est à la base même du système dans lequel nous vivons. Je l'ai répété souvent dans mes communications. Ce système existe et se maintient en place par une mise en application appuyée sur 5 mots : QUI NE DIT MOT CONSENT.

 

J'en reviens alors à nos commerçants. Avaient-ils une obligation de jouer à la police avec leurs clients? Absolument pas. Avaient -ils une obligation morale d'apporter leur contribution pour mettre fin le plus rapidement à la crise telle qu'on nous la présentait. J'imagine que beaucoup ont pu ressentir une telle obligation. J'imagine que beaucoup ont pu contribuer simplement en réponse à la peur et par souci de protéger leur clientèle ce que je ne juge pas et ne condamne pas.

 

Maintenant devait-il ajouter ce rôle de police à leurs tâches habituelles et le faire bénévolement? Absolument pas. Combien d'entre eux sinon l'ensemble ont-ils été conscients de cela? J'ai déjà eu un commerce. Et dans la gestion de ce commerce j'ai pu prendre conscience d'une chose qui peut sembler banale mais qui ne l'est pas du tout. Les commerçants sont d'une générosité exemplaire envers la société. En effet on leur demande de prélever à même les salaires de leurs employés l'ensemble des bénéfices marginaux ( impôt, RRQ, RAMQ et quoi encore). De plus, ils doivent prélever des taxes à la consommation. Ils doivent ensuite produire des rapports à intervalles réguliers et remettre les sommes prélevées aux différents paliers gouvernementaux.

 

Est-ce qu'ils sont payés pour cette lourde tâche? Bien sûr que non. Non seulement ils ne reçoivent rien mais devant la lourdeur de la tâche, ils doivent même engager du personnel pour le faire. Par conséquent, si on prend le temps de bien réfléchir à la situation, ils paient de leur poches un prix très lourd pour apporter une telle contribution à la société. Alors les commerçants ne sont-ils pas déjà d'une générosité très exemplaire envers la société?

 

Est-ce qu'on s'est déjà arrêté pour penser à cet aspect de la vie en société? Alors quand on y pense puisqu'ils sont dans « l'obligation » de contribuer à la société en vertu des lois fiscales, n'apparaît-il pas qu'on les a transformés en employés de l'État à leur insu? Et n'apparaît-il pas qu'un employé non rémunéré est un esclave? Pensons-y deux secondes. Juste deux secondes.

 

Alors tant qu'à exiger d'eux une telle contribution, et puisque ces gens ne sont pas des plaignards, j'imagine que l'État s'est senti en droit d'exiger d'eux de jouer aussi à la police dans leurs propres commerces sous peine de pénalité. Voilà un constat simple.

 

Est-ce que l'État aurait pu les rémunérer pour l'ajout de ce fardeau supplémentaire? Certains (es) diront que l'État est déjà tellement endetté qu'il ne faut pas ajouter une telle charge à la dette existante. À ces gens je réponds dans un premier temps que la dette est une fraude. Mais là n'est pas l'objet de cette communication; alors je je n'élaborerai pas sur ce point.

 

Est-ce que l'État avait de l'argent pour améliorer rapidement notre système de santé étant donné la surcharge que la situation allait imposer à celui-ci? Il semble qu'on n'ait pas trouvé d'argent pour cela. Étrangement et curieusement, on a par contre débloqué d'énormes fonds pour des campagnes publicitaires. Là c'était important, semble-t-il, aux yeux de nos gestionnaires. On peut se poser la question pourquoi. Je pourrais aussi élaborer sur ce point, mais je ne le ferai pas car ce n'est pas non plus l'objet de cette communication.

 

Par conséquent, j'en reviens aux commerçants. Et j'en reviens à ce dont je faisais mention en début de communication au sujet des commerçants qui acceptent maintenant plus librement ceux et celles qui ne portent pas de masques. Combien de commerçants ont pris le temps de bien lire le décret avant de le faire appliquer, et avant de commencer à jouer à la police en le faisant appliquer de façon rigoureuse dans leurs commerces? Très peu selon moi.

 

Donc aux deux premières étapes, il me semble que les commerçants auraient dû lire attentivement le décret et l'afficher ouvertement à l'entrée de leurs commerces. Dans le décret, il y a des clauses d'exception dont celle de la condition médicale du client. Une condition médicale, cela a toujours été de nature privée. Donc normalement on aurait dû accepter spontanément tout individu qui déclarait une condition médicale sans poser d'autres questions. Et j'ai vu dans un commerce une affiche qui démontre que ce commerçant avait pris le temps d'envisager la situation et il avait trouvé un moyen très simple de remplir le mandat qu'on lui confiait sans avoir à jouer à la police pour autant. Quand je suis allé dans ce commerce, j'ai pu y entrer librement en tout temps et sans jamais porter de masque. On ne m'a jamais questionné à ce sujet non plus. À l'entrée, il y avait une affiche qui disait un message simple du genre : « si vous entrez dans mon commerce sans porter de masque, je présume que vous avez une condition médicale qui vous en empêche ». Voilà simplement ce que chaque commerçant aurait pu faire . Il n'y a pas de frais, pas de procédure coûteuse, pas de sentiment de harcèlement envers les clients, et le respect total de la vie privée et simplement de la vie de chacun(e). Qui veut porter le masque pour sa sécurité le fait librement. Qui ne veut pas porter le masque, paradoxalement aussi pour sa sécurité, le fait tout aussi librement. N'est-ce pas une façon simple de faire?

 

Pour faire suite au mouvement qui prend forme sur Facebook concernant les commerçants qui acceptent maintenant les clients qui ne portent pas de masques sans les « harceler », des articles sont parus dans certains médias de masse. On en a aussi fait mention à la télévision. Bien évidemment, dans de tels médias, on tendait à dénoncer ce genre de mouvement. Pourtant on a questionné un policier à ce sujet et il a répondu que le rôle du commerçant c'est simplement d'inviter les clients à porter leur masque. Il n'a pas à intervenir si le client fait la mention qu'il ne porte pas de masque dû à une condition médicale.

 

Voilà comment ce policier a compris la situation. En a-t-il toujours été ainsi pour lui? Je ne le sais pas. Est-ce que les policiers ont subi des pressions? Je ne le sais pas non plus, mais j'en ai le pressentiment. Mais voilà exactement comment la situation aurait dû avoir été gérée en tout temps, dans le respect intégral du décret. Mais ce n'est pas du tout comme cela que ça s'est passé, ni au niveau des commerçants, ni au niveau de la gestion policière globale. Et il est temps maintenant d'y remédier à partir du moment où on prend vraiment le temps de réfléchir à la situation.

 

Au point où nous en sommes dans l'évolution de la situation mondiale, des révélations de plus en plus choquantes seront faites au sujet de la manipulation qui a prévalu tout au cours de cette plandémie. D'ailleurs, ces révélations sont déjà commencées. Mais pour le moment, on n'en parle pas ou peu dans les médias de masse qui persévèrent dans les mensonges et la propagande. Et cela démontre leur complicité dans ce qui apparaît de plus en plus comme un crime contre l'humanité d'une ampleur jamais égalée.

 

Juste à titre d'exemple, j'invite à écouter les premières minutes de la vidéo suivante : https://www.bitchute.com/video/ZeOQnjHAXYmn/?fbclid=IwAR0HnO34z2ZqFnh4FB3bR2OmGKEoTCkg1zAQnBBDcgOrn_mFrx_Ye0gKRo0. Je suis désolé mais Bitchute n'offre pas les sous-titres en français. Dans la vidéo, dès le début, il est mentionné très clairement qu'une décision a été rendue par la Cour Suprême du Canada le 9 juin dernier, et en vertu de cette décision cela met fin aux mesures sanitaires et par conséquent à la plandémie. Comme double conséquence, en mettant fin à l'urgence sanitaire, cela met aussi fin à la pseudo obligation vak_sinale.

 

Est-ce qu'on a fait mention de cette décision dans les médias de masse? Il semble bien que non. Est-ce qu'on a fait cesser les campagnes publicitaires pour amener la population à recevoir la première ou le deuxième dose d'un prétendu vak_sin? Il semble bien que non aussi. Pourtant, dans plusieurs provinces de l'ouest, les dirigeants ont annoncé la fin des mesures sanitaires et donc de l'urgence sanitaire au cours des dernières semaines. Ce n'est assurément pas sans raisons.

 

Alors pourquoi n'est-ce pas le cas partout? Pourquoi, au Québec et en France, en particulier, continue-t-on à faire de la publicité et à proférer des menaces pour amener les gens à CONSENTIR de faire injecter dans leurs corps un produit qui, ouvertement, n'a pas encore été expérimenté et approuvé. Ces gens acceptent de participer à une expérimentation médicale dont les conséquences peuvent être très lourdes, incluant la mort, suivant les nombreuses informations qui circulent sur internet. Est-ce qu'on leur permet de prendre une décision vraiment éclairée?

 

Est-ce que faire de la publicité racoleuse est un moyen de prendre une décision éclairée?

 

Est-ce que le fait d'offrir aux gens des récompenses comme un beigne ou quoi encore d'aussi simplet en échange de leur santé ou même de leur vie, est un moyen de leur permettre de prendre une décision vraiment éclairée?

 

Est-ce que le fait de faire miroiter aux gens un retour à une vie normale, suite à l'injection de la substance, sans faire mention des conséquences potentiellement très lourdes de cette injection et qui pourraient brimer à tout jamais le retour à une vie normale est un moyen de leur permettre de prendre une décision vraiment éclairée?

 

Est-ce que la menace d'imposer un passeport sanitaire est un moyen de leur permettre de prendre une décision vraiment éclairée?

 

Est-ce que le fait de menacer d'injecter la substance dans le corps de nos enfants qui pourtant n'ont pas du tout été affectés par cette plandémie est un moyen de permettre aux parents de prendre une décision vraiment éclairée?

 

Et pourtant tout est révélé pour qui veut prendre le temps de faire un peu de recherches. Mais pourquoi faut-il faire des recherches pour avoir accès à l'information véritable? Est-ce là la façon de donner accès aux informations qui permettent de prendre une décision vraiment éclairée?

 

Poser ces questions c'est y répondre à la fois. Et je pourrais allonger la liste des questions encore très longtemps.

 

Le point important à retenir c'est qu'il n'obligent véritablement absolument personne. PERSONNE. Tout, absolument tout se fait et s'est fait par CONSENTEMENT, et ce, depuis le tout début de la plandémie. Et tout , absolument tout se fait et s'est fait par une quelconque forme de manipulation, afin d'obtenir le dit consentement. Et, à ma façon, j'ai même prévenu les gens que cela se passerait ainsi à travers mes communications depuis le tout début de la dite plandémie. Cela n'est pas une illusion. C'est le système et cela est facilement visible pour qui veut le voir.

 

Mais comment cesser de consentir quand on nous fait passer pour des parias si on ne se conforme pas? Comment déterminer quelles sont nos véritables obligations? J'ai élaboré un peu là dessus au sujet des commerçants dans le texte plus haut.

 

Comment faire valoir nos droits quand on fait planer des menaces sur nous? Pour cela, il importe de comprendre le système, comment il est bâti, comment il opère. Voilà, entre autres, quelque chose que je communique aux gens depuis de nombreuses années, en fait bien avant la présente plandémie. C'est à partir de cette connaissance qu'il devient possible de reprendre notre pouvoir. Je n'ai pas de recettes magiques à proposer car il s'agit d'une démarche souveraine. Et à partir du moment où un individu comprend comment fonctionne ce système, il peut tendre à reprendre son pouvoir en vertu de sa compréhension et de sa situation du moment. Mais il faut d'abord cesser de consentir.

 

Personnellement je n'aime pas les conflits et au cours de la dernière année (2020), j'ai vécu des problèmes de santé, dont un problème au cœur, qui ont fait en sorte que j'ai évité de me mettre en situation qui risquait de m'exposer à une attaque cardiaque. Alors dans chaque situation, j'ai pris mes décisions en fonction des circonstances du moment. À titre d'exemple, dès le début de la plandémie, je suis allé à plusieurs reprises dans mon épicerie locale sans porter le masque et, ce sans problèmes simplement en déclarant une condition médicale à l'agent de sécurité qui m'interpellait.

 

Puis un jour, je me suis fait interpellé sans ménagement par la gérante du magasin, une vraie Mère supérieure, qui n'a rien voulu entendre. Alors les semaines suivantes, à contrecœur, j'y suis allé en portant le masque , mais sous le nez. Faut dire que le port du masque peut avoir des conséquences très fâcheuses pour quiconque souffre de problèmes cardiaques. Et un jour, j'y suis retourné sans masque. J'ai alors eu droit à toute une volée de bois vert de la part de la gérante. Aucune place pour placer un mot et je me suis sérieusement demandé si mon cœur ne flancherait pas, tellement cela m'a atteint émotivement.

 

De retour chez moi, j'ai choisi de faire parvenir à la gérante et au président du conseil du magasin, une coopérative, un avis d'acceptation conditionnelle comme ceux que je propose en allant sur www.aidojeunes.org. Ce sont des modèles qui peuvent être utilisés en prenant le temps de les comprendre et en les adaptant à la situation du moment. Ce sont des outils très puissants qui permettent de faire valoir nos droits tout en ne créant pas de conflits qui pourraient nous amener à la Cour contre notre gré. J’ai fait cet envoi au début décembre dernier.

 

Je prévoyais, sans enthousiasme, retourner à ce magasin, étant donné que je suis membre de la coopérative, donc propriétaire du magasin. Mais les circonstances ont fait que, pendant plusieurs mois, j'ai fait mon épicerie ailleurs en utilisant un compromis qui me permettait de ne pas porter de masque dans ces commerces. À ces endroits, on tenait compte de ma condition médicale. Ce n'est que dernièrement que je suis retourné à mon épicerie locale quand j'ai appris qu'on avait mis la gérante à la porte. Je n'ai pas la date exacte de son licenciement, mais je sais que cela s'est produit en décembre dernier. Je n'ai jamais reçu de réponse à l'avis d'acceptation conditionnelle que j'ai fait parvenir. Et quand un tel avis est bien rédigé, il est très improbable que celui qui le reçoit y réponde. Pour bien comprendre il faut prendre le temps de lire les modèles fournis sur le site mentionné plus tôt et aussi d'écouter les vidéos. Donc je n'ai pas obtenu de réponse mais je suis convaincu que le licenciement de la gérante fait suite à la réception de l'avis que j'ai fait parvenir.

 

Nous avons des obligations envers la communauté. Mais quelles sont les réelles obligations envers le système? Ce système est corrompu au-delà de tout entendement comme nous le découvrirons de plus en plus d'ici la fin de la présente année.

 

Avons-nous des obligations envers un système corrompu qui perpétue des crimes odieux contre l'humanité? La question se pose, n'est-ce pas?

 

Avons-nous des droits et avons-nous des outils qui permettent de nous protéger d'un tel système? Bien évidemment! Mais pour cela, nous devons d'abord prendre conscience du mode de fonctionnement de ce système et cesser de consentir. Celui qui ne connaît pas ses droits n'en a pas. Cela relève du simple gros bon sens.

 

Je ne suis pas un conseiller juridique et je n'offre aucun soutien à qui voudrait utiliser les outils que je propose sur mon site web. Je me qualifie d'éveilleur de conscience. À chacun(e) de choisir comment il se comportera une fois que sa conscience se sera expansionnée. Je n'ai pas à juger personne à ce sujet. Chacun(e) de nous est au bon endroit, là où il se situe en ce moment. Chacun(e) à son parcours personnel.

 

Nous sommes à un moment de l'histoire de l'humanité où les circonstances amène à une expansion de la conscience. Par conséquent, chacun(e) d'entre nous risque de vivre des situations qui pourrait provoquer une telle expansion de la conscience. Chacun(e) de nous vit/vivra cela à son rythme personnel. Pour l'avoir vécu, je suis aussi conscient que l'expansion de la conscience se déclenche à travers des circonstances qui peuvent être douloureuses.

 

Alors je dis à chacun(e) que je les accompagne de mon empathie, de ma compassion et de mon amour. Et surtout, j'invite les gens à retenir que peu importe ce qui se produit, LE MEILLEUR EST À VENIR. La planète vit un moment de grande libération en ce moment, une période de grand ménage. Ce ménage avance à grand pas et bientôt notre maison, la terre-mère, resplendira de propreté.

 

J'apprécie recevoir des commentaires. Il est possible de me les faire parvenir en allant sur www.aidojeunes.org.

 

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

  • qu'il ne soit pas coupé

  • qu'il n'y ait aucune modification de contenu

  • que vous fassiez référence à  notre site latableronde.over-blog.com

  • que vous mentionniez le nom Le Phare ou Yves Dubé

 

 

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :