Sérapis Bey Sur l’Apprivoisement de l’Égo

Publié le 9 Juin 2021

 

Salutations, JE SUIS Sérapis Bey. Je viens aussi doucement que possible car mon désir, mon désir ardent, n’est pas de vous submerger, pas de vous écraser, mais de vous embrasser, de vous rassurer sur votre équilibre. Bienvenue dans mon temple, bienvenue dans mon temple d’ascension, bienvenue dans ma maison, bienvenue dans le mélange, l’équilibre de l’Alpha et de l’Oméga. Le but est de ne jamais être l’un ou l’autre, c’est cet équilibre dans la gentillesse et la considération, et dans l’étendue de la compréhension de ce que cela signifie d’être dans votre maîtrise.

Cette question de l’ego, mon ami bien-aimé et tous mes amis, est très pertinente et opportune parce que vous progressez sur votre chemin et vous atteignez le moment de ce que vous pouvez penser ou appeler « l’obtention du diplôme ». Qu’est-ce que c’est ? Vous avez fait un excellent travail en amenant à l’intérieur et en équilibrant à l’extérieur tous les aspects de votre être. Et comme vous le savez bien, certains de ces aspects que vous avez accueillis à la maison ont été assez irritables, en colère contre vous… et oui, même les enfants ont fait des crises de colère. Et je vous dis : « Et alors ? Et alors ? » Vous reconnaissez que vous avez fait du bon travail et que vous continuez à avancer. Vous n’arrêtez pas votre progression vers l’avant parce qu’il y a une petite anomalie sur l’écran. Depuis des éons, votre royaume d’existence a connu ce que vous pourriez considérer comme des « blips » sur l’écran. Donc, maintenant il y a ce « blip » où votre ego a peur de ne pas être en autorité égale avec qui vous êtes.

Quand je dis « cet ego », je parle du compagnon gênant. Je ne parle pas de l’équilibre raffiné, de l’être évolué et mature que chacun de vous est devenu. Je parle de cette partie qui pense qu’elle ne sera pas invitée à la fête, et pire encore, qu’elle ne dictera pas ce qui sera servi à la fête, et qu’elle ne sera pas la star de la fête.

Alors, que faites-vous dans ce cas ? Devenez vous le dieu de la foudre… et dites « Je ne t’inviterai même pas à la fête ; tu te comporte comme un enfant gâté »… et l’excluez ainsi pour qu’ils puisse aller semer la pagaille ? Non, mes amis. Vous l’invitez, vous le consultez, vous l’embrassez et vous lui assurez qu’il est le bienvenu, qu’il est une partie essentielle, un élément, de ce que vous êtes et de ce que vous devenez. Et tout comme vous avez dit à la peur, ou à un aspect, ou à une partie errante de votre vie, vous dites simplement : « Bienvenue et je me réjouis de t’embrasser et de travailler avec toi. »

Maintenant, permettez-moi d’être un enseignant pratique… Donc, lorsque vous êtes dans une situation où cette partie de vous que nous appelons ego, ce que vous faites lorsqu’il lève… je ne dirai pas sa tête hideuse, je dirai sa tête pétulante… lorsqu’il lève la tête pour attirer l’attention, vous n’avez pas besoin de réagir en devenant plutôt agressif et vantard. Mais ce que vous devez faire, c’est prendre cette milliseconde et dire : « Oh, j’entends ta préoccupation, et je vais la présenter ». Et c’est ce que vous faites, vous vous engagez. Et si c’est avec un autre individu, alors vous avez vraiment une conversation à trois. Et ce que vous faites, en tant qu’adulte, c’est que vous agissez en tant que traducteur et interprète, afin de glaner l’information, l’attention ou la reconnaissance que vous recherchez, mais en même temps, vous ne vous engagez pas dans un comportement, un comportement émotionnel, qui vous donne l’impression d’avoir fait marche arrière et d’être un enfant de trois ans, ou de deux ans, ou de dix ans, ou une brute de cour d’école… parce que ce n’est pas ce que vous êtes.

Personne ne doit être exclu. S’il y a un dicton à suivre pour vous tous dans le nouveau monde, sur cette Nouvelle Terre, c’est que personne ne doit être exclu, y compris les parties et les parcelles et les morceaux de votre doux moi. Maintenant, lorsque vous vous comportez de cette manière, particulièrement lorsqu’il s’agit d’une situation répétée, ce que vous faites en même temps, mes amis, c’est que vous éduquez l’autre personne avec laquelle vous communiquez, ou l’autre groupe avec lequel vous communiquez. Ainsi, ils se disent : « Vous savez, la dernière fois qu’ils étaient ici, ils semblaient plutôt court-circuités, capricieux et contrariés, mais maintenant ils m’approchent d’une manière qui me reconnaît et qui reconnaît ce que j’ai à leur offrir, alors je suis très heureux de partager mes informations, je suis très heureux de prêter attention ».

Donc, vous créez ce donnant-donnant, cet équilibre. Vous êtes un modèle, vous êtes un mentor, vous enseignez à ceux qui sont en transition comment un être ascensionné spirituellement évolué agit et engage la conversation.

N’oubliez pas votre flamme blanche de pureté qui brûle brillamment en vous. Oui, vous avez de nombreux outils, mais en termes de transmutation et de transformation, celle-ci est extraordinairement utile pour vous.

Maintenant, je ne suggère pas que vous brûliez l’ego, car il fait partie de votre moi délicieux, de la personnalité que vous avez non seulement développée mais que vous avez voulu faire naître dans cette vie. La clé ici est de brûler suffisamment… et je vais vous aider… pour arriver à la vérité de qui vous voulez être. Voulez-vous être une brute belliqueuse ? Non. Et souhaitez-vous être une souris qui se cache ? Non. Vous voulez être présent, engagé, et engageant. C’est la marque de fabrique d’un Être Nouveau. C’est de voir peut-être la brute agressive ou la petite souris effrayée chez l’autre personne et de dire : « Non, vous n’avez pas besoin d’être agressif et vous n’avez pas besoin d’avoir peur. Ce que je vous offre, ce que j’accueille, c’est la vraie communion, une unité de partage, non seulement de la langue partagée mais du cœur partagé, de l’unité qui construit une planète au lieu de la déchirer. »

Cela a été long à venir, mes amis, et la Mère est claire, et moi aussi… il est temps ! Et cela ne signifie pas que vous devez venir à Luxor et me rendre visite, bien que je vous accueillerais avec plaisir… mais tout ce que vous devez faire est simplement de m’appeler et je suis avec vous pour vous aider. La discipline n’est rien d’autre que l’équilibre et la clarté.

Allez avec mon amour et allez en paix. Au revoir