John Brennan de la CIA condamné à la Pendaison !

Publié le 26 Mai 2021

John Brennan de la CIA condamné à la Pendaison !
 
Un Tribunal Militaire condamne à la Pendaison l'ex-directeur de la CIA John Brennan pour de multiples meurtres et haute trahison ! 
 
 
Après un bref procès qui n'a duré que 3 heures devant le Tribunal Militaire et au cours duquel John Brennan, amer, rancunier et combatif, a affronté le contre-amiral Darse E. Crandall, qui a présenté les arguments de l'armée au nom du corps des Juges-Avocats Généraux de la Marine Américaine (JAG), un jury de trois officiers, composé d'un homme et de deux femmes, a reconnu l'ancien directeur de la CIA coupable de meurtres et de trahison et l'a condamné à être pendu. 
 
À 10h30, la police militaire a escorté Brennan, menotté, dans la salle d'audience sud de GITMO et l'a fait asseoir à la table des avocats où son défenseur, David H. Anderson de Howrey LLP, attendait son arrivée. 
Dès l'instant où Brennan est entré dans la salle d'audience, il s'est montré menaçant envers le contre-amiral Crandall et les trois officiers chargés d'évaluer les charges jugées contre lui. 
Son visage froncé et son visage aigrelet les regardaient avec ce qui ne peut être décrit que comme un mépris haineux. 
Le contre-amiral Crandall n'a pas perdu de temps pour lier Brennan aux multiples meurtres qu'il avait orchestrés alors qu'il était le directeur de la CIA d'Obama entre 2009 et 2013. 
Les arguments épiques ont commencé avec la production par Crandall d'un document de 2012 de l'agence qui autorisait l'assassinat du magnat de l'édition conservatrice Andrew Breitbart, qui, le 1er mars 2012, est inexplicablement tombé raide mort alors qu'il rentrait d'un restaurant à Brentwood, en Californie. 
Le bureau du coroner du comté de Los Angeles a affirmé que Breitbart était mort d'une crise cardiaque, alors qu'il était en bonne santé et n'avait pas d'antécédents familiaux de maladie coronarienne. 
Le document montré au panel portait la signature de Brennan en bas de la page. 
Le contre-amiral Crandall l'a lu à haute voix : "Andrew Breitbart, éditeur de Breitbart.com, s'est avéré être un terroriste national et une menace pour la sécurité nationale, conformément à la section 215 du Patriot Act. 
Sur ordre de B.H.O., Breitbart doit être considéré comme une cible d'opportunité, à condition que des mesures discrétionnaires soient utilisées dans l'exécution des transactions de l'agence." 
"À la demande de Barack Hussein Obama, apparemment, vous avez ordonné le meurtre de Breitbart", a dit le contre-amiral Crandall, s'adressant directement à Brennan. 
Brennan s'est levé d'un bond et a déclaré avec une fureur apoplectique : 
"J'ai servi mon pays comme on me l'a ordonné. 
Je n'admets rien. Je ne nie rien. 
La seule chose que je vois ici, c'est une bande de mauviettes qui se cachent derrière Donald Trump. 
Vous êtes tous des lâches." 
Son avocat, David H. Anderson, a tenté de le faire taire, mais Brennan a continué à se déchaîner : "Toutes les mesures que j'ai prises l'ont été dans l'intérêt de la sécurité nationale et de la protection de cette nation autrefois grande qui est la nôtre contre les menaces subversives. 
Vous êtes tous trop obtus pour comprendre cela."
 
Après une brève pause, le contre-amiral Crandall a présenté un témoin à charge, un ancien espion de la CIA nommé James Gaeffer qui a déclaré avoir assassiné cinq Américains respectueux des lois, dont Andrew Breitbart, alors qu'il était sous le contrôle de Brennan. 
Il a déclaré au panel qu'il avait utilisé un "pistolet de crise cardiaque" pour tuer Breitbart et d'autres personnes figurant sur la fameuse liste d'ennemis d'Obama. 
Il a décrit deux types d'armes : l'une qui tirait une balle empoisonnée contenant de la glace ; l'autre, plus récente, qui tirait une rafale ionisée d'énergie micro-ondes hautement concentrée dans le corps de la victime, provoquant dans la plupart des cas une infraction myocardique (crise cardiaque) immédiate. 
Gaeffer a témoigné qu'il avait utilisé une telle arme sur Breitbart.
 
File:Darse E. Crandall, Jr. (1).jpg
Le contre-amiral Darse E. Crandall

"Et c'est John Brennan qui vous a dit de faire ça ?" le contre-amiral Crandall lui a demandé.
"Oui je l'ai fait à sa demande. 
Il m'a dit tout de suite que Breitbart était criminellement coupable d'avoir exposé les textos d'Anthony Winer avec une fille mineure, d'avoir mis en doute la nationalité d'Obama, d'avoir aidé à révéler que Michelle Obama est en réalité un homme. 
On m'a dit de le supprimer d'une manière exemplaire", a déclaré Gaeffer. 
 
"Avez-vous tué d'autres personnes à la demande de Brennan ?" le contre-amiral Crandall a demandé. 
Gaeffer a admis qu'il l'avait fait, nommant spécifiquement un journaliste du magazine Rolling Stone, Michael Hastings, qui en 2013 a péri dans un accident de voiture mortel après avoir révélé qu'il travaillait sur un profil de Brennan pour le magazine. 
Son article mettait en lumière la guerre de Brennan contre les journalistes qui remettaient en cause les frappes de drones du régime Obama contre des citoyens américains, tant sur le territoire national qu'à l'étranger. 
Bien que les circonstances entourant sa mort aient été initialement considérées comme suspectes, WikiLeaks a contredit les conclusions officielles, tweetant le 19 juin que "la mort de Michael Hastings a une complication non publique très sérieuse", mais après cela, l'incident a dérivé dans l'ombre et on en a rarement reparlé. 

 
"Donc, vous avez tué Hastings, à la demande de Brennan ?" le contre-amiral Crandall a demandé à Gaeffer. 
"Oui je l'ai fait. 
Je savais où il serait, quand il serait. 
C'était très simple", a dit Gaeffer. 
"J'en ai tué d'autres à sa demande, et je connais d'autres membres de l'agence qui ont tué des gens bien parce que Brennan voulait leur mort. 
Je regrette ce que j'ai fait, pour ce que ça vaut, mais, oui, je suis aussi coupable." 
 
Brennan s'est à nouveau levé d'un bond, agitant ses mains menottées en l'air. 
"Je le répète, mes actions ont été menées pour le bien de ce pays, contre des personnes qui tentaient de le détruire ou de l'affaiblir. 
Vous voulez me condamner pour avoir suivi des ordres légaux qui ont aidé à protéger cette nation - alors faites-le. 
Tout ce que j'ai fait, je le referais. 
Vous êtes tous une bande de lâches. 
Je crache sur vous tous", a dit Brennan, et a craché sur le sol. 
"Les seuls vrais leaders de ce pays au cours des trente dernières années ont été William Clinton (Bill) et Barack Obama, tout le reste est une farce. 
Vous voulez me condamner à mort ? 
Faites-le. Faites-le maintenant. 
Je n'ai pas peur de mourir. 
Je suis fier d'avoir servi ce pays comme je l'ai fait", a déclaré M. Brennan. 
Le contre-amiral Crandall a demandé au jury militaire s'il en avait entendu assez, et il a répondu par l'affirmative. 
Le jury a recommandé que Brennan reçoive la peine capitale sous la forme d'une pendaison jusqu'à ce que mort s'ensuive pour les innombrables atrocités qu'il a commises contre l'Amérique et son peuple. 
Le contre-amiral Crandall a accepté et a déclaré que l'exécution de Brennan aurait lieu le mercredi 7 juin 2021, soit une semaine après que John Podesta sera placé devant un peloton d'exécution pour ses crimes le 1er juin 2021

Rédigé par Nouvelle conscience

Publié dans #Divulgation

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :