Le Pentagone admet qu’il a testé des épaves d’OVNI

Publié le 21 Février 2021

Le Pentagone admet qu’il a testé des épaves d’OVNI et que les résultats pourraient «changer nos vies pour toujours», selon un expert
2
Le Pentagone a admis avoir détenu et testé des épaves d’OVNI dans une lettre de la liberté d’information, partagée avec The Sun.

 

 

Le chercheur Anthony Bragalia a écrit à la Defense Intelligence Agency (DIA) pour demander des détails sur tout le matériel OVNI qu’ils détiennent et les résultats de tous les tests qu’ils ont effectués sur ce matériel.

Il a écrit : «Cela pourrait inclure des débris physiques récupérés par le personnel du Département de la Défense comme des résidus, des débris flottants, des débris de tir ou des débris d’UAPS [phénomène aérien non identifié] ou des objets volants non identifiés».

Dans la réponse, partagée avec The Sun, la DIA a publié 154 pages de résultats de tests qui comprennent des rapports sur un mystérieux métal «mémoire» appelé Nitinol, qui se souvient de sa forme originale lorsqu’il est plié.

Bragalia a déclaré qu’il s’agissait d’une «admission stupéfiante» du gouvernement américain et les documents révèlent que certains des débris récupérés possèdent des «capacités extraordinaires», notamment la possibilité de rendre des choses invisibles ou même de ralentir la vitesse de la lumière.

Il l’a dit au Sun : «Le Pentagone a admis avoir détenu et testé des débris anormaux d’OVNI.»

 

 

«Ils ont pu apprendre certaines choses sur les matériaux de construction qui sont extrêmement prometteurs en tant que matériaux futuristes qui changeront nos vies à jamais.»

Il a déclaré avoir fait cette demande pour la première fois en 2017 – ce qui a pris trois ans à la DIA – après qu’il ait été révélé que le Pentagone étudiait les OVNI dans le cadre de l’Advanced Aerospace Threat Identification Program (AATIP).

«L’article mentionnait que des débris anormaux d’OVNI (maintenant appelés PAN) étaient analysés par un entrepreneur de défense privé», a déclaré M. Bragalia.

«Les preuves matérielles telles que les débris d’OVNI ont été au centre de mes recherches.»

«Ma demande au titre de la loi sur la liberté de l’information (FOIA) était très spécifique, visant à obtenir les résultats de tests sur des débris d’OVNI/PAN, et non des matériaux déjà connus de la science.»

Bragalia pense qu’une partie du matériel testé pourrait provenir du tristement célèbre incident Roswell de 1947, au cours duquel un OVNI s’est écrasé au Nouveau-Mexique.

«L’inclusion de rapports techniques avancés sur le Nitinol est curieuse», a déclaré Bragalia.

Le nitinol est un alliage à mémoire de forme qui «se souvient» de sa forme originale lorsqu’il est plié ou écrasé, et qui se rétracte sans problème et instantanément.

«Cette caractéristique du métal à mémoire a été rapportée par de nombreux témoins à Roswell».

Toutefois, l’agence a dissimulé certains détails sur les matériaux – y compris toute information sur le fait qu’ils pourraient être d’origine étrangère – indiqués dans la lettre :

«J’ai déterminé que certaines parties de cinq documents doivent être partiellement dissimulées…»

«Ils omettent des informations sur la composition chimique et élémentaire du matériel ainsi que sur son origine», a déclaré Bragalia.

«Ils ont également omis les noms des scientifiques impliqués, mais j’ai depuis appris certains de leurs noms et je vais les contacter».

La lettre de la DIA, partagée pour la première fois sur le blog de Bragalia, révèle que les tests ont été effectués par Bigelow Aerospace, l’un des entrepreneurs privés du ministère de la défense basé à Las Vegas, Nevada.

( Note ExoPortail : Dont le PDG a déjà dit qu’il croyait que les extraterrestres intelligents vivent secrètement sur Terre : https://exoportail.com/le-milliardaire-qui-aide-a-developper-le-vaisseau-spatial-de-la-nasa-dit-que-les-extraterrestres-sont-deja-la-2/ 

 

 

 

La société a licencié tout son personnel à l’usine de Vegas en mars dernier en raison des conséquences de la pandémie – et on ne sait pas où le matériel OVNI peut maintenant être conservé.

Mystérieusement, Bragalia a déclaré que toutes les personnes qu’il a contactées et qui travaillaient à l’usine ont refusé de lui faire des commentaires.

«Tous les anciens employés m’ont refusé tout vrai commentaire», a-t-il déclaré.

«Je soupçonne que le matériel a été renvoyé au Pentagone.»

Le chercheur sur les OVNI prévoit de lancer un appel pour obtenir une partie des informations censurées dans les mois à venir.

Le Sun a contacté la DIA pour obtenir des commentaires.

 

Source : https://www.the-sun.com/news/2321251/pentagon-admits-testing-wreckage-ufo-crashes/

Traduction : ExoPortail 

Rédigé par Nouvelle conscience

Publié dans #ovni, #Technologies, #Divulgation

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article