Trump au Centre de Commandement du Texas ?

Publié le 8 Janvier 2021

Trump au Centre de Commandement du Texas ?
 
Le Président Donald Trump serait au Centre de Commandement du Texas pour suivre les Opérations "Tempête Rouge" !

Exclusif pour les amateurs de suspense et de Pence-sans-rire : le Donald n’aurait rien concédé, et la "transition du pouvoir" ne signifie pas une transition vers Biden. 
Il faut se préparer à une contre-attaque et à une vague sans précédent d’arrestations…
Dixit Lin Wood : "De nombreux traîtres seront arrêtés et emprisonnés au cours des prochains jours». 
Mike : "Trump a Chris Miller au DoD, et il a la loyauté du commandement des forces d’opérations spéciales (SOF), ainsi que de la Force spatiale, de l’armée de l’air et de la plupart des Marines américains. C’est tout ce dont il a besoin."
Là où croît le danger là aussi croît ce qui sauve (qui peut) alors ? 
 

Après la "prise d’assaut" sous faux drapeau hier du Capitole – organisée par des instigateurs de gauche Antifa / BLM déguisés en partisans de MAGA – nous avons été témoins du dernier acte de trahison contre notre république constitutionnelle alors que les membres du Congrès se retournaient contre la vérité et a voté pour accepter les électeurs frauduleux de Biden, faisant de Joe Biden le "président élu".
Le raid sous faux drapeau est utilisé par les médias et les membres du Congrès pour blanchir toutes les preuves accablantes de fraude électorale aux élections générales. 
Soudainement, dans le récit des médias, même la possibilité de fraude électorale par le camp de Biden n’a plus d’importance car certaines personnes ont "pris d’assaut" le bâtiment du Capitole et c’était effrayant.
Patrick Byrne a retweeté cette vidéo révélant que la police du Capitole a ouvertement dirigé des "acteurs" Antifa / BLM (déguisés en patriotes MAGA) pour envahir certaines sections du Capitole. 
Byrne l’appelle : "Au moment où nous avons réalisé qu’il s’agissait d’un psyop mis en scène…"
Ce même récit médiatique exige que nous oublions la prise d’assaut par la gauche radicale du bâtiment du Capitole lors de l’audience SCOTUS de Kavanaugh, bien sûr. 
Vous n’êtes pas non plus censé vous souvenir des nombreux mois de violence extrême et de terrorisme domestique de la gauche radicale qui a incendié des villes, agressé des agents fédéraux et incendié des voitures de police et des bâtiments gouvernementaux pendant une grande partie de 2020.
Trump n’a PAS concédé, et la "transition du pouvoir" ne signifie pas une transition vers Biden !(Filibert : Normalement il est prévu un gouvernement militaire de transition avant de nouvelles élections non faussées et une Nouvelle Constitution pour une Nouvelle République
 Restaurée des États-Unis !)
Sous le couvert de la nuit, le Congrès américain traître a voté pour l’installation de la marionnette du PCC Joe Biden à la Maison Blanche, confirmant que sa liste frauduleuse d’électeurs était acceptée. 
Quelques heures plus tard, Trump a publié une déclaration sur une "transition de pouvoir". 
C’est ici :
Même si je ne suis pas du tout d’accord avec le résultat de l’élection, et les faits me le confirment, il y aura néanmoins une transition ordonnée le 20 janvier. 
J’ai toujours dit que nous continuerions notre combat pour que seuls les votes légaux soient comptés. 
Bien que cela représente la fin du plus grand premier mandat de l’histoire présidentielle, ce n’est que le début de notre combat pour rendre l’Amérique à nouveau formidable!
Cette déclaration est largement interprétée par les médias comme une déclaration de concession du président. 
Cependant, ce n’est pas une telle chose.
Trump n’a pas du tout concédé. 
Il n’a pas félicité Joe Biden et il n’a pas dit qu’il quitterait la Maison Blanche.
Quand il dit "la fin du plus grand premier mandat", cela a du sens, puisque le second mandat de Trump commencerait le 20 janvier. 
Son premier mandat se termine donc.
Plus important encore, Trump n’a pas précisé ce que signifie la "transition ordonnée". 
Il n’a pas dit qu’il y aurait une transition vers l’installation de Biden en tant que président. 
Il pourrait faire référence à la transition de l’Amérique loin de la tyrannie de l’État profond et au retour du pouvoir au peuple.
En fait, la déclaration de Trump semble être conçue pour désarmer ceux qui appellent à sa destitution immédiate en vertu du 25e amendement afin que Trump puisse continuer à travailler la solution militaire qui chercherait des arrestations massives des traîtres qui ont tenté de réussir leur coup d’État criminel contre l’Amérique.
"De nombreux traîtres seront arrêtés et emprisonnés au cours des prochains jours", a écrit l’avocat Lin Wood dans un tweet de Parler qu’il a publié tôt le matin, après que le Congrès ait achevé son dernier acte de trahison de l’Amérique.
Il a également retweeté une autre déclaration de l’utilisateur de Parler @StormIsUponUs qui a expliqué : "Dormez bien ce soir, patriotes. Le processus constitutionnel a duré jusqu’à la fin, et Trump n’est pas intervenu une seule fois. Vous allez adorer la fin de ce film."

La proclamation de la dispersion de Trump est une étape juridique nécessaire avant d’invoquer la loi sur l’insurrection !
Hier, Trump a publié une vidéo contenant une "proclamation de dispersion". 
C’était la vidéo dans laquelle il disait à tout le monde de "rentrer chez lui en paix".
Cette déclaration, il s’avère, est une étape nécessaire pour invoquer la milice ou les forces armées américaines pour défendre la république.
10 USC Section 254 est appelée "Proclamation de dispersion" et explique :
Chaque fois que le Président jugera nécessaire d’utiliser la milice ou les forces armées en vertu du présent chapitre, il ordonnera immédiatement, par proclamation, aux insurgés de se disperser et de se retirer paisiblement dans leurs demeures dans un délai limité.
C’est exactement ce que Trump a fait hier.
Il est ensuite monté à bord d’Air Force One et s’est envolé pour une base militaire au Texas, où il pourrait être à l’abri de toute tentative de coup d’État cinétique dans le marais de Washington DC. 

 
GrrrGraphics Cartoons (@GrrrGraphics) | Twitter
 

Maintenant, Trump se prépare probablement à invoquer la loi sur l’insurrection ou une autre forme d’autorité militaire pour procéder à des arrestations massives des traîtres qui ont trahi cette nation (qui comprend désormais le vice-président Mike Pence, Lindsay Graham, Mitch McConnell et bien d’autres).
Comprenez que Trump ne savait pas avec certitude qui étaient les traîtres avant 3 heures du matin ce matin, car c’est à ce moment-là que les votes finaux ont eu lieu au Congrès, confirmant la liste complète des sénateurs américains et des députés de la Chambre complices du coup d’État criminel contre le Les États-Unis d’Amérique.
Ce n’est que maintenant que Trump a la liste finale des arrestations d’acteurs trahis qui ont trahi l’Amérique à notre dernière heure. 
En fait, il est impossible que Trump ait pu savoir tout cela à moins que le scénario n’ait été autorisé à suivre son cours final.
La plupart des Américains, par exemple, n’auraient jamais cru que le VP Mike Pence – un chrétien évangélique – aurait trahi cette nation dans son moment le plus critique. 
Maintenant, les déclarations de Lin Wood sur le lien entre Mike Pence et la pédophilie, Jeffrey Epstein et les opérations de traite d’enfants ont soudainement du sens pour quiconque y prête attention. 
Pence était une opposition contrôlée depuis le tout début, et Pence était la source des fuites de la Maison Blanche au cours des quatre dernières années. 
Les mondialistes ont eu Pence sur un baril depuis le tout début.
Trump appuiera-t-il sur la gâchette ?
La seule question maintenant est : Trump appuiera-t-il sur la détente et déclenchera les arrestations militaires ?
Notez que Trump n’a pas la loyauté de l’armée américaine, ni de nombreux hauts généraux. 
Il n’a pas besoin de ça. 
Trump a Chris Miller au DoD, et il a la loyauté du commandement des forces d’opérations spéciales (SOF), ainsi que de la Force spatiale, de l’armée de l’air et de la plupart des Marines américains. 
C’est tout ce dont il a besoin.
Trump doit maintenant activer une option militaire pour défendre la république, soit via la loi sur l’insurrection, soit via une autre autorité militaire. 
Il a tout mis en place pour ce moment précis. 
Surtout, Trump a patiemment tenté de défendre la République devant les tribunaux et le Congrès , observant que chaque option était épuisée en raison de l’extrême corruption, de la criminalité et de la fraude dans tout le système. (Même SCOTUS a été compromis de la même manière que Pence a été compromis : chantage, extorsion et pédophilie.)
Trump avait décidé très tôt qu’il n’agirait pas tant que toutes les options civiles n’auraient pas été épuisées. 
À 3 heures du matin ce matin, ce point de passage est maintenant atteint. 
Il ne reste plus que deux options pour défendre l’Amérique maintenant :
Trump invoque l’option de l’autorité militaire et initie les arrestations massives.
Des patriotes armés se lèvent pour défendre la nation et déclarer leur indépendance face à la tyrannie.
Comme je l’ai déclaré dans mes podcasts Situation Update, nous exhortons Trump à choisir l’option n°1 afin que l’option n°2 ne soit pas activée spontanément à travers le pays, plongeant probablement le pays dans une guerre civile chaude.
La fenêtre d’opportunité pour Trump d’invoquer son option d’autorité militaire est très étroite : peut-être aussi peu que 72 heures à partir de maintenant.
Si nous ne voyons pas l’action de Trump dans les 72 prochaines heures, alors seulement pourrons-nous conclure qu’il a probablement jeté l’éponge. 
Jusque-là, nous devons surveiller attentivement et essayer de discerner ce qui se passe réellement dans les coulisses pour défendre cette nation.
Trump n’a rien concédé. 
L’Amérique n’est pas encore perdue, même si elle est certes très, très proche de ce point de basculement.
Mais parfois dans l’histoire, les résultats les plus dramatiques de la vérité et de la lumière ne peuvent venir qu’après les souffrances les plus terribles à travers les ténèbres. 

Rédigé par Nouvelle conscience

Publié dans #Donald Trump

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article