Discours d'adieu du président Trump (extraits)

Publié le 20 Janvier 2021

Discours d'adieu du président Trump (extraits)
 
Fabrice Descurninges
 
Discours d'adieu du président Trump (extraits)
.
Le plus grand danger auquel nous sommes confrontés est une perte de confiance en nous-mêmes - une perte de confiance en notre grandeur nationale.
Aucune nation ne peut longtemps prospérer si elle n'a pas foi en ses propres valeurs, en son histoire et en ses héros - car ce sont les sources mêmes de notre unité et de notre vitalité.
L'Amérique n'est pas une nation timide d'âmes apprivoisées qui ont besoin d'être abritées et protégées de ceux avec qui nous sommes en désaccord.
Nous sommes - et devons toujours être - une terre d'espoir, de lumière et de gloire pour le monde entier.
Cette semaine, nous inaugurons une nouvelle administration et nous prions pour qu'elle réussisse à maintenir la sécurité et la prospérité de l'Amérique.
Nous avons fait ce pour quoi nous sommes venus ici - et bien plus encore.
Par-dessus tout, nous avons réaffirmé l'idée sacrée qu'en Amérique, le gouvernement répond au peuple.
Nous avons rétabli l'idée qu'en Amérique, personne n'est oublié - parce que tout le monde compte et que chacun a une voix.
 
J'ai accepté les batailles les plus dures, les combats les plus durs, les choix les plus difficiles - parce que c'est pour cela que vous m'avez élu.
Notre programme ne concernait pas la droite ou la gauche, il ne s'agissait pas de républicains ou de démocrates, mais du bien d'une nation, et cela signifie la nation entière.
Nous avons restauré la force des Américains sur le plan intérieur et le leadership américain à l'étranger.
Nous avons construit la plus grande économie de l'histoire du monde.
Nous avons revitalisé nos alliances et rallié les nations du monde entier pour tenir tête à la Chine comme jamais auparavant.
Grâce à notre diplomatie audacieuse et à notre réalisme de principe, nous avons conclu une série d'accords de paix historiques au Moyen-Orient. C'est l'aube d'un nouveau Moyen-Orient et nous ramenons nos soldats à la maison.
Je suis particulièrement fier d'être le premier président depuis des décennies à ne pas avoir déclenché de nouvelles guerres.
Les Américains ont été horrifiés par l'attaque de notre Capitole. La violence politique est une attaque contre tout ce que nous chérissons en tant qu'Américains. Elle ne peut jamais être tolérée.
Maintenant, alors que je me prépare à remettre le pouvoir à une nouvelle administration mercredi midi, je veux que vous sachiez que le mouvement que nous avons lancé ne fait que commencer.

Rédigé par Nouvelle conscience

Publié dans #Donald Trump

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article