Le président de la Croix-Rouge ( Un corrompus lui-aussi ! )

Publié le 13 Décembre 2020

Le président de la Croix-Rouge demande au gouvernement et aux médias de faire taire ceux qui remettent en question la sécurité du vaccin COVID
0
De nombreux membres du gouvernement et des institutions médicales redoublent d’efforts pour mettre fin aux discussions sur la sécurité du vaccin COVID-19.

 

L’appel le plus récent à la censure vient de Francesco Rocca, président de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Lors d’un briefing virtuel à l’Association des correspondants des Nations unies, M. Rocca a appelé à une action soutenue par le gouvernement et les institutions pour lutter contre les «fausses nouvelles» concernant les vaccins COVID-19, qualifiant le scepticisme suscité par cette attaque de «seconde pandémie».

Rocca a clairement déclaré que «pour vaincre cette pandémie, nous devons également vaincre la pandémie parallèle de méfiance».

Comme l’a rapporté l’AP, il a déclaré qu’il y a «une hésitation croissante sur les vaccins en général, et sur un vaccin COVID en particulier» dans le monde entier, soulignant une récente étude de l’Université Johns Hopkins dans 67 pays qui a montré que l’acceptation des vaccins a diminué de manière significative dans la plupart des pays entre juillet et octobre de cette année.

M. Rocca a déclaré à juste titre que les sceptiques quant à la sécurité du vaccin ne se trouvent pas seulement dans les pays occidentaux et que, en fait, les inquiétudes viennent de tous les coins du monde.

«Nous pensons que les efforts massifs et coordonnés qui seront nécessaires pour déployer le vaccin COVID de manière équitable doivent être accompagnés d’efforts tout aussi massifs pour établir et maintenir la confiance de manière proactive», a déclaré M. Rocca.
 
Les efforts massifs pour établir et maintenir la confiance de manière proactive est un double langage pour censurer ceux qui ne font pas la queue pour recevoir un vaccin qui a été développé sans aucune étude à long terme et en un temps record.

Alors que ceux qui ne font pas aveuglément confiance à un vaccin accéléré sont étiquetés comme étant des anti-vaxxers, la réalité est que ces fabricants de vaccins et leurs facilitateurs gouvernementaux nous ont donné toutes les raisons du monde de ne pas leur faire confiance.

Dans plusieurs pays africains, nous avons constaté un scepticisme commun envers les vaccins en général, avec une croyance commune que les étrangers utilisent l’Afrique comme un «terrain d’essai médical», a déclaré M. Rocca à l’ONU, en rejetant l’histoire de Big Pharma en Afrique.

Le scepticisme des Africains est très certainement justifié. Pfizer, l’un des principaux fabricants du vaccin COVID-19, que le Royaume-Uni commencera à distribuer cette semaine, a l’habitude en Afrique de tester des médicaments sur des personnes sans méfiance.

En 2000, le Washington Post a publié un important exposé accusant Pfizer de tester un nouvel antibiotique dangereux appelé Trovan sur des enfants au Nigeria sans avoir reçu le consentement adéquat de leurs parents. L’expérience s’est produite lors d’une épidémie de méningite en 1996 dans le pays. En 2001, Pfizer a été poursuivi devant la cour fédérale américaine par trente familles nigérianes, qui ont accusé l’entreprise d’utiliser leurs enfants comme cobayes humains.

En 2006, un panel d’experts médicaux nigérians a conclu que Pfizer avait violé le droit international. En 2009, la société a accepté de payer 75 millions de dollars pour régler certaines des poursuites qui avaient été intentées devant les tribunaux nigérians. L’affaire américaine a été réglée en 2011 pour un montant non divulgué.

Des fuites de documents classifiés du Département d’État américain, rendus publics en 2010 par Wikileaks, indiquaient que Pfizer avait engagé des enquêteurs pour déterrer des informations sur l’ancien procureur général du Nigeria afin d’avoir un moyen de pression dans l’une des affaires restantes. Pfizer a dû s’excuser pour la révélation dans les câbles qu’il avait faussement prétendu que le groupe Médecins sans frontières distribuait également Trovan pendant l’épidémie de méningite nigériane.

Sommes-nous censés oublier les antécédents de cette entreprise qui a délibérément induit en erreur les autorités de réglementation sur les dangers de ses produits, contribuant sciemment à la mort de plus de 125 personnes ? Ou qui a fait des expériences sur des enfants ? Ou qui a versé des centaines de millions de dollars en indemnités pour la mort de nombreux patients ?

Le fait est que Pfizer est l’une des nombreuses entreprises qui développent ou qui ont développé un vaccin COVID-19 et dont les antécédents incluent la corruption de fonctionnaires pour tester illégalement des produits sur des enfants afin de faire de fausses déclarations sur les médicaments et de les commercialiser illégalement. Parmi ces sociétés figurent Johnson & Johnson, dont le total des pénalités pour violation de la loi est de 4,2 milliards de dollars, AstraZeneca (1,1 milliard de dollars), GlaxoSmithKline (4,4 milliards de dollars) et Sanofi (641 millions de dollars).

Les antécédents de ces entreprises, associés à un développement incroyablement rapide, ont même suscité l’inquiétude des professionnels de la santé qui sont résolument favorables aux vaccins. Comme cela a été rapporté la semaine dernière, parce qu’ils travaillent en première ligne, les travailleurs de la santé sont autorisés à passer au front pour recevoir le vaccin. Cependant, malgré les assurances des fabricants de vaccins et de leurs amis de la Food and Drug Administration, beaucoup de ces travailleurs de première ligne se méfient de ce produit précipité.

Devraient-ils tous être réduits au silence ?

Tenter de vérifier des informations complètement fausses sur les vaccins est une chose, mais l’idée que le gouvernement, les médias et les institutions devraient lancer un effort coordonné pour censurer ceux qui ne font que défendre la sécurité est effrayante. Remettre en question les solutions potentielles et les tester vigoureusement est le fondement même d’une science solide. Cependant, lorsqu’une partie parvient à faire taire l’autre, ce processus ne peut plus être qualifié de science, mais plutôt de dictature scientifique.

Le masque tombe !

 

Source : https://thefreethoughtproject.com/red-cross-silence-vaccine-safety/ et https://apnews.com/article/pandemics-fake-news-coronavirus-pandemic-united-nations-dfda00748569259e742e4dc5e2e462b3

Traduction : ExoPortail

Rédigé par Nouvelle conscience

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article