Robert F. Kennedy : Le vaccin contre la Grippe est nocif !

Publié le 29 Juin 2020

 
 
 

Étude du Pentagone : Le vaccin contre la Grippe augmente le risque d'attraper un Coronavirus !

 

 

 

 


Par Robert F. Kennedy, Jr, Président, Children's Health Defense :

Le 12 mars 2020, Anderson Cooper et le Dr. Sanjay Gupta ont organisé une réunion publique mondiale sur le thème "Corona Facts and Fears". 

Au cours de la discussion, Anderson a dit aux spectateurs : "Et, encore une fois, si vous êtes inquiet au sujet du coronavirus, et que vous n'avez pas reçu le vaccin contre la grippe... vous devriez vous faire vacciner contre la grippe."
En mettant de côté la sécurité et l'efficacité de la vaccination contre la grippe, l'affirmation d'Anderson selon laquelle le vaccin contre la grippe aidera les gens à combattre le COVID-19 à distance est-elle vraie ? 

En bref, la réponse est non !
En fait, les résultats de nombreuses études publiées et examinées par des pairs prouvent que la recommandation d'Anderson est peut-être le pire conseil qu'il ait pu donner au public.
En cherchant dans la littérature, la seule étude que nous avons pu trouver évaluant les vaccins contre la grippe et les coronavirus est une étude du Pentagone de 2020 qui a révélé que le vaccin contre la grippe AUGMENTE de 36 % les risques liés aux coronavirus. 

"Recevoir un vaccin antigrippal peut augmenter le risque d'autres virus respiratoires, un phénomène connu sous le nom "d'interférence du virus"... 
L'interférence du virus "dérivé du vaccin" a été associée de manière significative au coronavirus... 
Voici les résultats :
Étude 2020 du Pentagone : 

Les vaccins antigrippaux augmentent de 36 % le risque de coronavirus !
Si l'on examine spécifiquement les virus non grippaux, les probabilités de présence de coronavirus chez les personnes vaccinées étaient nettement plus élevées que chez les personnes non vaccinées, avec un rapport de cotes (association entre une exposition et un résultat) de 1,36. 

En d'autres termes, les personnes vaccinées avaient 36 % plus de chances de contracter un coronavirus. 

 

 

 




De nombreuses autres études suggèrent un risque accru d'infections respiratoires virales dues au vaccin antigrippal :
Étude du CDC de 2018 : 

Les vaccins antigrippaux augmentent le risque de maladies respiratoires aiguës (IRA) non liées à la grippe chez les enfants.
Cette étude soutenue par les CDC a conclu à un risque accru de maladies respiratoires aiguës (IRA) chez les enfants de moins de 18 ans causé par des agents pathogènes respiratoires non grippaux après la vaccination antigrippale, par rapport aux enfants non vaccinés pendant la même période. 

 

 

 



Étude australienne de 2011 : 
Le vaccin antigrippal a doublé le risque d'infections virales non grippales et a augmenté le risque de grippe de 73 %.
Une étude prospective de cas-témoins chez de jeunes enfants australiens en bonne santé a révélé que le vaccin contre la grippe saisonnière doublait le risque de maladies dues à des infections par des virus non grippaux. 

Dans l'ensemble, le vaccin a augmenté de 73 % le risque de maladie respiratoire aiguë associée au virus, y compris la grippe.

 

 

 



Étude de Hong Kong 2012 : 
Le vaccin antigrippal a multiplié par 4,4 le risque d'infections respiratoires non grippales et a triplé le risque d'infections grippales.
Un essai randomisé contrôlé par placebo chez des enfants de Hong Kong a révélé que le vaccin antigrippal multipliait par cinq le risque d'IRA viral non grippal (OR 4,91,CI 1,04-8,14) et, y compris la grippe, triplait le risque global d'IRA viral (OR 3,17, CI 1,04-9,83).


 

 

 



Étude de 2017 : 
Les enfants vaccinés ont 5,9 fois plus de risques de souffrir de pneumonie et 30,1 fois plus de risques d'avoir été diagnostiqués avec une rhinite allergique que les enfants non vaccinés.
Les enfants vaccinés ont 30,1 fois plus de chances d'avoir été diagnostiqués avec une rhinite allergique et 5,9 fois plus de chances d'avoir été diagnostiqués avec une pneumonie que les enfants non vaccinés.

 

 

 


Étude de 2014 : Les enfants vaccinés contre la grippe avaient 1,6 fois plus de chances que les enfants non vaccinés d'avoir une "maladie de type grippal" (ILI).
 

 

 



Encore plus de publications scientifiques :
La très respectée méta-analyse de 2010 de la Cochrane Collaboration sur les études publiées sur les vaccins antigrippaux a révélé que la vaccination contre la grippe n'a "aucun effet" sur l'hospitalisation, et qu'il n'y a "aucune preuve que les vaccins préviennent la transmission virale ou les complications". 

Les chercheurs de Cochrane ont conclu que les preuves scientifiques "semblent décourager l'utilisation de la vaccination contre la grippe chez les adultes en bonne santé comme mesure de santé publique de routine".
Dans leur méta-analyse, les chercheurs de Cochrane ont accusé les CDC de déformer délibérément la science afin de soutenir leur recommandation de vaccination universelle contre la grippe. 

Néanmoins, CNN et d'autres grands médias diffusent continuellement les déclarations du CDC comme un évangile et, ironiquement, ridiculisent ceux d'entre nous qui lisent réellement la science comme des "pourvoyeurs de "désinformation sur les vaccins".

 
Par Edward Morgan le 14 juin 2020
Sources : Prepare For Change   https://childrenshealthdefense.org

Rédigé par Nouvelle conscience

Publié dans #Le vaccin

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :