Le Phare (traduction) Une évaluation objective

Publié le 6 Décembre 2019

 

Une évaluation objective

Deux gouvernements différents au travail simultanément
Tous les indicateurs économiques réels sont négatifs
État profond contre Potus
Élections anticipées
La réinitialisation mondiale de la monnaie

 

Loin du mondialisme

Un groupe puissant derrière le président Trump, le soutient et le guide tout au long du chemin. Le président Trump a été informé à l’avance des dix objectifs du PLAN, qui consiste à rendre l’Amérique encore grande. Huit de ces objectifs sont : assèchement du marais, sécurité des frontières, déréglementation, rupture avec le globalisme, l’Amérique d’abord, mettre fin à la FED pour ramener de l’argent honnête appuyé sur de l’or,  abolition des accords commerciaux de TTP et de l’OMC, et le retrait de l’accord de Paris sur le climat. Comme on le sait, il reste seulement à mettre fin à la FED  et à ramener de l’argent honnête, garanti par de l’or, parmi ces projets à compléter.

Le président Donald Trump accomplit la tâche la plus dangereuse et la plus difficile de tous les temps : l’assèchement du marais de l’État profond, tout en négociant et en étant entouré de gangs sans foi ni loi à tous les niveaux du gouvernement, au pays et à l’étranger. Il doit faire face à des gangs criminels – financiers, politiques, professionnels et militaires. Tous ces gangs, respectivement les mafias, sont le résultat de la corruption mondiale dans les gouvernements, le système monétaire criminel, les institutions financières corrompues et les intérêts immoraux des entreprises, motivés par le pouvoir et la cupidité, alors qu’ils sont guidés par des sociétés secrètes.

 

Les forces puissantes au sein de l’État profond  sont massivement organisées contre le président Trump et la population. Ils contrôlent la plupart des médias grand public et ils font toujours partie de la Communauté de la Sécurité. Même au sein de son administration il y a toujours un nid de bellicistes. Ces forces sont toujours impliquées dans leurs propres batailles, guerres, sanctions, taxes et droits de douane. Ils fonctionnent sur une programmation de contrôle mental à l’ancienne. – Une guerre commerciale est tout aussi fictive qu’une guerre à la drogue, une guerre contre le crime ou une guerre contre le terrorisme. Aucune  ne vaut la peine de se battre. Et aucune  ne peut être gagnée. Elles sont toutes conçues pour récompenser les élites aux dépens des peuples.

Dépenses excessives, dette, fausse monnaie, faux prix, fausses guerres; ce sont les choses qui corrompent l’élite, faussent l’économie et déprécient la société. Et ce sont les choses que le président Donald J. Trump devrait arrêter. Sa vertu est qu’il n’est pas comme les autres politiciens. C’est un outsider, il n’est pas lui-même un membre de l’élite . Il était un spéculateur immobilier, pas un politicien. Et il avait des affaires légitimes, partout dans le monde; il n’est pas redevable à l’État profond pour son argent, sa renommée ou sa fortune. Il est exactement ce dont l’Amérique a besoin, quelqu’un qui est trop riche pour se soucier de ce que les MS disent, et qui est suffisamment audacieux pour s’attaquer à l’État profond.

 

 

Deux gouvernements différents au travail simultanément

Le gouvernement fantôme de l’État profond veut la guerre et se débarrasser du président Trump. Par conséquent, leurs marionnettes au Congrès encouragent la guerre et la destitution à chaque tournant. Cependant, la mise en accusation présente un aspect sérieux: c’est la lutte contre l’État profond et la crise qui est sur le point de ratrapper l’économie américaine. Cela a à voir avec les courants politiques et économiques plus profonds, ceux qui mènent à la guerre, à la faillite, à la dépression et à la pauvreté. L’enquête Dems sur la destitution à propos de la prétendue tentative de Quid Pro Quo du Président Donald Trump n’a pas apporté la moindre preuve. Les Démocrates n’ont absolument rien.

Mais remarquablement, la Russie n’a rien donné à la campagne Trump. Mais elle a fait un don de 145 600 000 $ à la Fondation Clinton. Pour lequel le président Trump a été investigué!

De plus,  Nancy Pelosi a invité des étrangers en situation irrégulière à se rendre à  l’État de l’Union. Alors que le président Trump a invité les victimes des étrangers illégaux à l’État de l’Union. Pensez-y, quelle différence cela fait!

L’impression est donnée que le gouvernement Trump se prépare à la guerre et à l’invasion du Venezuela, ce qui n’est pas le cas. Rappelez-vous qu’il y a deux gouvernements différents au travail : le gouvernement de l’ombre de l’État profond et l’administration Trump. Cela rend très difficile la compréhension de ce qui se passe réellement par les non-initiés. Tous deux agissent comme s’ils constituaient le Gouvernement légitime à peu près au même moment et au même niveau.

 

Le président Trump n’est que le quatrième président de l’histoire des États-Unis à se battre pour le peuple, contrairement aux 41 autres, qui ont principalement canalisé l’argent du public dans des banques privées. Le premier président, Andrew Jackson, a été abattu après avoir détruit la banque centrale alors appellée « la Seconde Banque Nationale », qu’il accusait ouvertement d’être contrôlée par les Rothschild et The City à Londres. Le président Abraham Lincoln a été assassiné après avoir imprimé ses «greenbacks», monnaie nationale émise par l’État pour payer les soldats parce que Lincoln avait refusé d’emprunter de l’argent à Rothschild à un taux d’intérêt de 24%. Le troisième est John F. Kennedy, tué à Dallas en novembre 1963 pour des raisons qui allaient à l’encontre des intérêts des banques et du complexe militaro-industriel. Et à ce jour, ils ont fait plus de quinze tentatives d’assassinat pour tuer le président Donald Trump, parce qu’il voulait «rendre l’Amérique à la population».

 

Tous les indicateurs économiques réels sont négatifs

L’or monte et descend. Mais elle ne s’en va pas. Et à long terme, cela donne plutôt une bonne idée de ce que valent les choses. Le prix en or des actions, sur une période de 50 ans, indique que les actions ne sont pas aussi précieuses que le pensent les investisseurs et que l’économie n’est pas aussi performante que le président Donald Trump le croit.

Après tout, les marchés et les économies sont encore cycliques. Lorsque Donald Trump a commencé à travailler dans le bureau ovale, les républicains de l’époque ont ouvert les portes du sas plus loin avec leur réduction d’impôt de Noël en 2017. Mais maintenant, avec les Dems,  la marée descend.

Les indicateurs clés «réels» récents sont tous négatifs. Des ventes au détail aux permis de logement et tout le reste, tout est en baisse, ce qui indique une récession imminente. Même les chiffres du PIB n’offrent aucun confort non plus. Ils sont passés d’un sommet d’un peu moins de 5% au deuxième trimestre de 2014 à 2,3% au premier trimestre de 2017, lorsque M. Trump a pris le relais, tombant à tout juste 2% au deuxième trimestre, puis à 1,9% au troisième trimestre de cette année. Et la Réserve Fédérale de New York estime un nouveau ralentissement à 0,92% au quatrième trimestre.

 

Une récession nous attend assurément. Et les actions vont certainement chuter, comme après 2000 et après 2007. Les marchés et les économies respirent. Ils se développent et se contractent.

Le président Trump a probablement commis une grave erreur en se félicitant des derniers trimestres de l’expansion. Il n’a pas provoqué l’essor, et maintenant il ne peut pas être blâmé pour le ralentissement, qu’il ne causera pas non plus.

Pour faire une conclusion honnête: le président Trump a peu ou pas d’influence sur l’économie. Bien que tous les indicateurs suggèrent que l’économie est en train de basculer dans une récession inévitable. Les récessions sont des moyens naturels et normaux pour éliminer le bois mort de la forêt. Les créances irrécouvrables, les entreprises non rentables, les entrepreneurs incompétents sont tous nettoyés pour laisser place à une nouvelle croissance.

Dans les années 50, 60 et 70, la situation était plus ou moins normale et le rapport stocks / PIB variait d’un minimum autour de 30% à un maximum autour de 80%. En 1999, il a atteint un record de 136%. Par la suite, il a de nouveau chuté et, dans le crash de 2008, il a atteint un creux d’environ 56%.

Mais, 10 ans plus tard, en injectant de plus en plus d’argent dans l’économie, ce ratio est maintenant de 140%, un niveau sans précédent, et plus du double de l’ancien «normal», et lorsque le feu se déclarera, cela donnera un grand spectacle!

L’économie des États-Unis est en déclin depuis l’an 2000, se repliant par rapport à d’autres nations dans presque toutes les mesures. Les dettes ont augmenté. La puissance de l’État profond a augmenté. Et en 2015, les États-Unis étaient clairement en recul. Le président Trump est confronté à deux défis: il doit sortir les États-Unis de ses guerres aveugles, sans fin et sans victoire, et il doit «drainer le marais».

Jusqu’à présent, il n’y a eu aucun retrait majeur des forces américaines ni aucune réduction de l’ingérence de l’État profond. Depuis mai dernier, quelque 14 000 soldats américains supplémentaires ont été envoyés au Moyen-Orient. Les pourparlers de paix ont été à l’origine annulés, ce qui aurait dû mettre fin à la guerre longue de près de 18 ans en Afghanistan. Mais maintenant, lors de sa visite de Thanksgiving dans les forces américaines, le président a repris ces négociations.

 

Les frappes de drones et le resserrement des sanctions ont accru le risque de guerre avec l’Iran. Selon des informations parues dans la presse, 1 000 soldats américains d’opérations spéciales ont été retirés de la Syrie et transférés en Irak. Mais près de 3 000 soldats supplémentaires ont été approuvés pour être envoyés en Arabie Saoudite. La question se pose: si le président Trump est un tel ami des fauteurs de guerre l’État profond, pourquoi veulent-ils le destituer?

 

État profond contre Potus

Les deux principales factions de l’État profond, les républicains et les démocrates, se battent pour le contrôle du gouvernement. Les gros titres parlent de chaque bombe lancée et de chaque missile lancé lors de la procédure de mise en accusation engagée par Schiff et Pelosi. Mais, la mise en accusation a un aspect sérieux, il s’agit de la survie de l’Etat profond et de la crise qui est sur le point de ratrapper l’économie. Cela a certainement à voir avec les courants politiques et économiques plus profonds : ceux qui mènent à la guerre, à la faillite, à la dépression et à la pauvreté publique.

À mesure que la lutte pour le contrôle d’un empire s’intensifie, les menaces réelles sont ignorées. Au cours du dernier quart de siècle de l’empire romain, par exemple, il y a eu tant de combats entre les Romains eux-mêmes que l’empire ne pouvait pas se préparer correctement pour se défendre contre le véritable ennemi.

La santé des États-Unis s’est elle aussi affaiblie, du moins depuis le début du siècle. Les États-Unis feront faillite à l’ancienne, en dépensant plus qu’ils ne peuvent se permettre. S’ils gonflent la valeur des obligations américaines, par exemple, ils vont aussi faire disparaître les espoirs de retraite de toutes les personnes dont les pensions dépendent d’eux. Et, quand ils «imprimeront» plus d’argent pour le donner à leurs petits amis, ils l’utiliseront pour réclamer plus de biens et services appartenant aux autres.

Au total, l’Amérique suit un chemin très dangereux, semblable à celui suivi par l’Argentine et le Venezuela. Depuis janvier 2017, le pays augmente sa dette quotidienne de près de 3 milliards de dollars, pour un total de 3 000 milliards de dollars.

Le président s’est chargé de l’État profond qui contrôle le gouvernement. Et maintenant, les initiés contre-attaquent. Ils sont allés de l’ingérence étrangère de la Russie dans les élections, à l’empêchement des non-citoyens de voter aux élections américaines.

Ils étaient contre le mur du président Trump, qui coûte moins cher que le site Web Obamacare. Pensez à ça! – Les États-Unis sont maintenant à une élection des frontières ouvertes, du socialisme, de la confiscation des armes à feu et de l’avortement à terme au niveau national. Ils combattent le mal. Envoyant plus de troupes et d’armements pour envahir le Venezuela  qui, il y a 60 ans, avait le 4ème indice mondial de liberté économique. Aujourd’hui, ils sont 179ème et leurs citoyens meurent de faim, à la suite de sanctions américaines.

Rappelez-vous: les «sanctions» permettent à l’État profond de mener une guerre économique contre des pays et des individus ciblés, afin de voler leurs ressources. Aucun vote du peuple, aucun acte du Congrès, aucune preuve d’acte répréhensible n’est requise. Cela laisse les «ennemis» potentiels à la recherche d’alternatives. Et quand ils les trouveront et échapperont à l’hégémonie du système du dollar, cela marquera un autre grand glissement pour l’économie américaine.

Une fois qu’il existera une alternative viable pour le dollar, les étrangers vont prendre des sanctions contre les États-Unis. Tous ces dollars, maintenant détenus à l’étranger comme des «réserves», pourraient alors rentrer chez eux et plonger l’économie américaine dans une hyperinflation comme celle du Venezuela. Les étrangers pourraient s’emparer des terres, des ressources et des industries des États-Unis.

Pour conquérir et conserver le pouvoir afin d’influencer les affaires politiques de divers pays, ils ont fait chanter des politiciens et des élites mondiales par le biais d’une adoration régulière mais secrète de Satan lors de cérémonies de Sacrifice d’Enfant lors de soirées pédophiles. Plus la victime était innocente, plus elle se sentait puissante lors de la cérémonie. Ils ont obtenu leurs enfants et les victimes de la traite des êtres humains grâce à l’utilisation de diverses mafias, impliquées dans le trafic international d’enfants à des fins sexuelles, le trafic d’êtres humains, la drogue et des armes à feu, avec l’argent blanchi par la Banque du Vatican.

Les actions désespérées de l’État profond sont visibles aux quatre coins du globe, et à juste titre. Si une protestation n’est pas contre l’État profond, il s’agit sûrement de s’emparer de ressources par le biais de protocoles de changement de régime – comme en Bolivie actuellement –  ce qui implique la classe supérieure et l’armée, dans le seul but de maintenir le système élitiste à flot.

Là encore, le président Trump, l’Alliance et les patriotes ont commencé à éliminer l’État profond, une tâche vraiment redoutable. Les principaux acteurs connus sont les Rothschild, les Rockefeller, les Clinton, les Obama, les dirigeants de grandes sociétés, les sociétés secrètes, les Francs-Maçons, les Jésuites, tous les membres de la Royal European, des agents de la CIA, des Banquiers américains, la corporation des États-Unis,  la Cité de Londres et le Vatican qui contrôlent le système monétaire mondial et qui dirigent des gouvernements parallèles. En outre, ils font appel aux services de nombreuses mafias pour gérer les réseaux internationaux d’exploitation des enfants, de prélèvement d’organes humains, de trafic d’armes et de trafic de drogue.

 

Élections anticipées

Le rapport de l’Inspecteur Général du Ministère de la Justice sur les abus de la Loi sur la Surveillance du Renseignement Étranger (FISA-Abuse) sera bientôt publié. Le rapport serait aussi épais qu’un annuaire téléphonique et contiendrait des accusations contre 80% du Congrès Démocrate, ainsi que plusieurs élites politiques républicaines de premier plan. Des changements et des réformes spectaculaires au sein du gouvernement américain devraient avoir lieu par la suite.

Comme près de 90% des membres du  Congrès ne reviendront pas, de nouvelles élections doivent avoir lieu. De plus, USA INC. sera aboli avec le rétablissement de la République d’Amérique initiale. Des élections honnêtes, sans truquage ni ingérence, changeront le paysage politique. Très probablement, le président Trump sera réélu pour achever son travail d’assèchement du marais. Le standard or, le QFS et le GESARA seront mis en œuvre dans le monde entier. L’économie de marché populaire deviendra  un fait. Il n’y aura plus de truquage des prix. L’Or et l’Argent, entre autres, trouveront leur vraie valeur marchande. C’est définitivement le début de la fin de l’État profond. Des mesures doivent être mises en place pour garantir que jamais un groupe criminel privé malhonnête ne pourra prendre en charge l’économie du peuple et le système financier.

Le président Trump est le meilleur président américain, non pas parce que sa politique est bonne, mais parce qu’il est le président le plus transparent. – Sur la scène politique, la Cabale a perdu tout son terrain. Ils ne s’arrêtent à rien pour causer le chaos. Mais tout ce qu’ils tentent échoue simplement. Le système bancaire s’est répandu comme une toile laide dans le monde entier, dans toutes les villes et il a volé les gens sans pitié.

Maintenant, le temps est venu pour la justice. Les banques se contractent. Leurs pouvoirs diminuent et ce n’est pas un hasard. – Personne ne peut diriger une organisation basée sur le mensonge et le faux argent.

 

La réinitialisation mondiale de la monnaie

Le plan initial était que la Chine soit la première à annoncer l’étalon-or et à abandonner le système de Petro Dollar fiat. Maintenant, apparemment, ils ont jeté leur gant dans le ring après que leur monnaie ait été adossée à de l’or. Le reste du monde devrait suivre bientôt. Le dollar fiduciaire américain ne sera pas en mesure de rivaliser avec une devise adossée à l’or et il disparaîtra par conséquent.

Le Global Currency Reset (GCR) est financé par le traité sur l’or signé par 209 pays pour lesquels l’or appartenant aux Ainés chinois est utilisé. Le GCR active le système financier Quantique QFS afin de s’assurer qu’aucune «devise mondiale unique», telle que le DTS ou autre, ne puisse être utilisée. Dans le cadre de ce processus, chaque pays reviendra à sa monnaie souveraine.

Le système monétaire international actuel sera fermé au fur et à mesure de l’implémentation du GCR, afin d’éviter toute ingérence de l’État profond. En outre, les banques centrales ne pourront plus faire disparaître de l’argent par l’intermédiaire de la Banque du Vatican ou par des transferts en Ukraine.

Le Standard Or est inévitable et amènera les banques à genoux. Des temps dorés pour les peuples du monde commenceront en 2020. Le pouvoir et la richesse doivent être rendus à la population. L’abondance sera partagée, pour le plus grand bien de tous. Il faut mettre fin au contrôle de l’État profond sur les gouvernements, le Congrès-parlements, les tribunaux, les universités, le Pentagone, la bureaucratie, les monnaies, le budget et les médias. Les premiers pas sont en cours pour progresser et ils seront bientôt visibles. Le prince Andrew, Hillary Clinton et Netanyahu iront au tribunal. Alors que d’autres changements majeurs dans le système financier sont attendus.

Une demande à tous les lecteurs, partagez cette nouvelle importante avec tout le monde dans le but de laisser enfin commencer le Grand Réveil! The  Great Awakening!

Rédigé par Nouvelle Conscience

Publié dans #Donald Trump

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article