Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Phare (traduction)

Publié le 5 Juillet 2019

Le Phare (traduction)
Le pouvoir et la richesse, pas l’économie
Comment l’Angleterre a été achetée et payée
Comment l’économie mondiale est contrôlée par quelques initiés
Puis Donald Trump est devenu président
L’argent – créé, non gagné – est à attraper
Événements historiques de la cabale

 

 

Cela semble incompréhensible

La racine des problèmes actuels montre clairement que l’histoire n’a pas été une série d’événements aléatoires, mais plutôt une «conception» soigneusement planifiée et exécutée d’accaparement de terres, de richesses et de ressources par un petit nombre d’individus fortunés et privilégiés incliné à la domination du monde. Cela a été fait à une telle échelle que cela semble presque incompréhensible, mais comme le dit le vieil adage, «les secrets les mieux gardés sont ceux qui sont cachés à la vue».

 

Commençons par revenir au début du XVIIe siècle, à la création d’une entreprise qui deviendrait celle de l’élite dirigeante et, à terme, des ingénieurs de l’histoire.

 

En 1600, la reine Elizabeth I a présenté une charte à la Compagnie des Indes orientales. L’histoire nous dit que leur objectif était d’établir des relations commerciales avec le monde oriental, à savoir l’Inde et la Chine. Officiellement, l’entreprise impliquait le commerce du thé. Bien que cela soit certainement vrai, l’histoire a un aspect beaucoup plus sombre. Les véritables objectifs de cette société étaient doubles: étudier les systèmes bancaires et financiers du monde oriental, en particulier de l’Inde, en vue d’une éventuelle manipulation, et introduire l’opium en Extrême-Orient. C’est grâce à ce dernier que la Compagnie des Indes orientales, qui appartient aux familles des lignées de sang, a été en mesure d’accumuler d’énormes quantités de richesses qui ont été stockées dans les coffres royaux. Depuis 1606, les trois états-cités de la Cabale: District de Columbia Washington – Cité de Londres – Vatican à Rome – ont régné sur le système économique mondial.

Aujourd’hui, les familles de sang transfèrent des milliards de dollars par jour sur les marchés boursiers mondiaux et dictent si les marchés vont à la hausse ou à la baisse, explosent ou s’effondrent. Les crashs de marché ne se produisent pas par hasard – cela est fait pour arriver. Si on sait d’avance que le crash est imminent, parce qu’ils vont le provoquer, ils savent qu’il faut vendre haut et racheter bas une fois que le crash est arrivé. Nathan Rothschild a augmenté ses avoirs massivement en acquérant des sociétés pour une fraction du coût d’avant les effondrements manipulés.

 

Comment l’Angleterre a été achetée et payée

 Un exemple classique des méthodes secrètes et sournoises mentionnées ci-dessus est celui de Nathan Rothschild lors de la bataille de Waterloo en 1815, quand il “acheta et paya pour” l’Angleterre, comme suit: “Au petit matin du 20 juin 1815, Nathan Rothschild, l’un des cinq fils de Mayer Amschel Bauer, a lancé l’un des stratagèmes financiers les plus sournois de l’histoire pour prendre le contrôle de la Bourse. Moins de deux jours auparavant, vers la fin de la soirée du 18 juin 1815, Napoléon fut vaincu à la bataille de Waterloo par une alliance alliée dirigée par l’Angleterre. Cela a mis fin aux guerres napoléoniennes. Nathan Rothschild, qui était à l’époque un homme fortuné et influent, avait pu annoncer la victoire de ses alliés par l’intermédiaire d’un messager privé plusieurs heures avant l’annonce officielle au public.

 

Dans un geste audacieux et trompeur, Rothschild commença à vendre de grandes quantités de consuls britanniques ou de rentes consolidées, appelées aujourd’hui stocks. Lorsque d’autres investisseurs à travers le pays ont remarqué l’action de Rothschild, une vague de panique s’est installée. Tout le monde a supposé que les actions de Rothschild indiquaient que Waterloo était une victoire pour Napoléon, et non pour les forces alliées, ce qui impliquait que la valeur des consuls tomberait, dans le cas d’une victoire française.

 

Un grand nombre de personnes lui emboîtèrent le pas et vendirent leurs consuls en prévision d’une prise de contrôle du pays par les Français. Puis, peu de temps avant l’annonce officielle de la défaite de Napoléon, Rothschild avait acheté des quantités énormes de consuls à des prix défiant toute concurrence.

 

Quand l’annonce a été faite, la valeur des consuls a grimpé en flèche et Nathan s’est retrouvé avec une augmentation de richesse de 6 500 fois supérieure à celle qu’il possédait auparavant. Essentiellement, il avait volé le pays aveugle et il devint, à tous égards, le propriétaire de la majeure partie de l’Angleterre. À partir de ce moment, sa famille, avec plus de richesses qu’elle n’aurait pu imaginer, devient un acteur influent du gouvernement et elle gouverna les décisions politiques à venir, les politiciens étant désormais achetés et payés. Il convient également de noter que ce projet de Rothschild était historiquement important pour une autre raison: il a montré comment la «fabrication» d’une catastrophe pouvait générer d’énormes gains financiers.

 

Comment l’économie mondiale est contrôlée par quelques initiés

L’économie mondiale est contrôlée par l’émission de fausse monnaie. En contrôlant l’émission de monnaie par le crédit, les Rothschild contrôlent l’ensemble de l’économie mondiale.

Ils peuvent la faire expansioner ou s’effondrer à volonté. La dépression qui a débuté en 2008 a été une nouvelle création des Rothschild pour poursuivre leur programme de finance mondiale centralisée et pour introduire la banque centrale mondiale planifiée de longue date.

 

Cela fait des siècles qu’ils construisent des booms et des crises pour faire avancer leurs objectifs. C’est simple à faire une fois que vous recevez des intérêts sur de l’argent et que vous contrôlez la création d’argent à partir de rien. La différence entre un boom et un effondrement est la quantité d’argent en circulation et sa valeur perçue. Les Rothschild dictent les deux. Ils décident combien d’argent sera émis et distribué à partir de leur contrôle des banques et des gouvernements. Stimuler un boom en facilitant le crédit – davantage d’argent en circulation -, ce qui incite la population à s’endetter fortement pendant les périodes de croissance économique. Ensuite, l’économie s’effondre en trouvant un prétexte pour retirer de l’argent de la circulation, rendant le crédit plus difficile à obtenir.

 

Ils manipulent la politique, la rendant toujours et partout, l’ennemi juré de la civilisation et du progrès économique. Plus important encore, cela est l’ennemi de la dignité et de la pensée critique.

 

Puis Donald Trump est devenu président

Beaucoup voudront blâmer Donald Trump. C’est lui qui a placé la politique au premier plan en matière d’économie, de commerce, d’immigration et de politique monétaire. Rarement un président américain est intervenu aussi directement dans les affaires des entreprises et des consommateurs ordinaires.

 

Il a commencé des guerres commerciales avec le Canada, l’Europe, le Mexique et la Chine; de son propre chef, il a augmenté les prix des importations pour tous les Américains. La Fed est censée être indépendante de la politique. L’absence de questions légitimes est une caractéristique constante de l’économie politisée. Plus ces banksters ont le contrôle, plus les gens deviennent pauvres.

 

Au cours des 10 dernières années, les banques centrales n’ont nullement créé une forte reprise. En fait, il s’agit du gain de PIB réel le plus faible de l’histoire au cours de la plus longue expansion. Reflétant des bulles massives dans le logement et les actions, ces prix sont bien au-delà des niveaux durables et c’est le problème. Quel sera le catalyseur qui va finalement déclencher l’énorme correction inévitable avec toutes les manipulations des banques centrales? Beaucoup pensent que ce sera la guerre commerciale. Ce qui pourrait ne pas être le cas, les guerres commerciales de Trump constituant le démantèlement de l’OMC de la Cabale, l’Organisation mondiale du commerce, qui ne favorisent que l’élite.

 

Néanmoins, il est dit :

“Le président Trump est un protectionniste sans scrupule, un défenseur nationaliste des politiques commerciales qui vont éventuellement perturber l’ensemble de l’économie mondiale, provoquer une récession qui est imminente, puis les marchés s’effondrent toujours lorsque la récession se produit.”

 

Des politiciens ambitieux veulent tout contrôler. Généralement, ils proposent des bannières colorées, de nouveaux programmes fabuleux, des plans quinquennaux et plus encore. En Union soviétique, Staline est allé jusqu’à dicter comment la terre serait cultivée – sous le collectivisme – et comment et quand les semences devraient être plantées.

 

Attiré par les théories stupides de l’agronome Trofim Lyssenko de 1898 à 1976, Staline demanda aux agriculteurs de convertir le blé d’hiver en blé de printemps en plantant des semences trempées directement dans la neige. Parfois cela a fonctionné. Souvent, cela n’a pas été le cas. Mais au moins Staline lui-même n’a jamais eu faim.

 

Comment un président peut-il savoir quand «dévaluer» l’argent du peuple ou quand assouplir sa politique monétaire? Comment pourrait-on savoir? La caractéristique constante de l’économie politisée est l’absence de questions légitimes. Les politiciens n’ont aucune idée du fonctionnement d’une économie et ne s’y intéressent pas vraiment. La fixation des prix ne fonctionne pas. La planification centralisée ne fonctionne pas. La stimulation ne fonctionne pas. Cela ne l’a jamais fait. Cela ne le fera jamais. Mais politiquement, dans un empire dégénéré au bout du rouleau, «Trump avec son plan» est de plus en plus hardi.

 

Pendant près d’un demi-siècle, les banques centrales ont tordu et corrompu l’économie avec de la fausse monnaie et de faux signaux de prix, principalement liés aux taux d’intérêt. Cela a nourri un capitalisme grotesque défiguré, où le travailleur moyen n’a pas eu d’augmentation depuis 45 ans, mais où les riches et les puissants ont gagné environ 50 000 milliards de dollars de richesses illégitimes.

 

L’élite corrompue domine maintenant la politique, la bureaucratie, les universités, l’armée, la presse et les grandes industries. Et ils utilisent leur influence pour s’assurer que le vrai capitalisme est supprimé. Au lieu d’une destruction créatrice dynamique, de vieilles sociétés zombies sont maintenues en vie avec de l’argent facile.

 

Les politiciens ne font que ce que toute personne rationnelle attend d’eux. Ils essaient d’émettre de bons sons pour les masses de voteurs, comme si le processus politique avait toute la profondeur et le sens d’une bande-annonce d’Alice au pays des merveilles. «À venir: espoir, changement et profits raisonnables!» Mais la plupart du temps, ils ont de mauvaises idées qui sont vouées à l’échec.

 

Les recettes fiscales ne correspondant pas aux prévisions, les déficits se creusent, les dépenses de déficit augmentent et les dettes augmentent. C’est là que la papier monnaie entre en jeu. Le papier monnaie n’est pas seulement bon pour financer une guerre. C’est également parfait pour réduire l’écart entre le déficit fiscal du gouvernement et les dépenses excessives.

 

L’argent – créé, non gagné – est à attraper

Les banquiers centraux utilisent l’inflation pour effacer leurs créances douteuses. C’est leur seul espoir. Ils pensent pouvoir contrôler l’inflation et ils pensent ou ils espèrent qu’ils ne perdront pas le contrôle, détruisant ainsi le système monétaire qu’ils ont construit. Ils finiront par se tromper. Leurs actions, avec par exemple un « assouplissement quantitatif », les ont engagés dans une politique inflationniste visant à sauver les banques et à poursuivre le système monétaire actuel. Cela signifie que les plus grandes banques du monde continueront d’être sauvées grâce à une manipulation continue de la masse monétaire. Ces politiques entraîneront une augmentation substantielle de la valeur de nombreux actifs – y compris l’or et l’argent. L’inflation est la lotion qui soigne toutes les blessures financières.

Ces politiques des banques centrales et l’inflation qui en résulte entraîneront une énorme augmentation de l’inégalité des revenus avec la baisse des salaires réels et la hausse considérable des bénéfices financiers. En fin de compte, ces politiques entraîneront un effondrement grave de la société civile, du fait de la perte de confiance dans le papier-monnaie. Cela s’est produit dans des dizaines d’autres pays au cours des dernières décennies. C’est le résultat inévitable des systèmes de papier-monnaie et des gouvernements dirigés par les Banques centrales.

 

«La vérité centrale de l’économie est la rareté. Il ne peut jamais y avoir assez de quoi satisfaire tout le monde. La vérité centrale de la politique est le favoritisme: promettre de tout donner à tout le monde. Le papier-monnaie est le pont entre l’économie et la politique .

 

Les dettes impayées de toute une génération de personnes des pays occidentaux sont presque dues. Les « baby boomers » ont grandi dans un monde dominé par le marxisme et l’économie keynésienne. Les deux sont de mauvaises idées. Elles sont vouées à l’échec.

 

Les libertés personnelles que nous connaissons sous le nom de libertés civiles reposent sur de l’argent sain. Les banques centrales ne peuvent pas générer plus de ressources, plus de capital réel, plus de compétences, plus d’emplois ou plus de production. Elles ne peuvent que produire plus de papier-monnaie et elles finissent par le donner à leurs «amis», dégradant ainsi l’argent que tout le monde détient. Cela abaisse inévitablement la valeur réelle des salaires et le prix réel des exportations; en bref, la vraie richesse des citoyens du monde.

 

Vous travaillez toute votre vie et vous valez, disons, 1 million de dollars. Ensuite, la Banque centrale imprime 40 milliards de dollars de plus, juste comme ça. Si cela était largement compris, cela saperait la confiance dans l’ensemble du système.

 

Tout à coup, les gens ne savent pas ce qu’ils valent. L’épargnant qui travaille fort, qui a travaillé toute sa vie pour économiser un million de dollars et le mettre dans un compte d’épargne à la banque, constate maintenant que son banquier, qui a spéculé sur les actions bancaires, vaut deux fois plus que lui. Il se demande ce qui va se passer ensuite. L’argent créé, non gagné – est à attraper. Et qui attrape le plus? Les plus proches de la source: les initiés. Plus les banques centrales distribuent d’argent, plus les initiés en obtiennent. Ainsi, les 1% les plus riches s’enrichissent.

 

Événements historiques de la Cabale

En 1871, la société US Inc. a été constituée afin de pouvoir fonctionner en dehors de la Constitution. En 1933, les États-Unis ont déposé le bilan. En 1936, la sécurité sociale fut créée pour donner « le peuple » en garantie aux banquiers Rothschild. Le 4 juin – 1963: le président John F. Kennedy a signé le décret 11110 qui donnait au Trésor américain le pouvoir d’émettre son propre argent, des billets de trésorerie, au lieu de compter sur des billets fiduciaires de la Réserve fédérale. Après l’inhumation de Kennedy, ces billets d’une valeur de 4 milliards de dollars en argent ont été retirés de la circulation et détruits, à l’exception de quelques échantillons de collection.

 

L’arrêté exécutif de Kennedy n’a jamais été retiré ni annulé. Malgré cela, il ne sera pas appliqué pour un autre 55 ans lorsque, en vue de l’adoption d’une norme or / adossée à des avoirs, le président Trump a présenté le projet de loi HR 5404 en mars 2018.

 

En août 1971: le président Nixon a signé une ordonnance par laquelle les États-Unis abandonnaient l’étalon-or. Le 10 octobre 2000, la loi NESARA sur le désendettement a été adoptée par la Cour suprême des États-Unis et a été promulguée par le président Bill Clinton, ce qu’il n’a fait que sous la menace des forces du Delta. NESARA n’a été mis en œuvre par aucun président américain depuis – jusqu’à l’entrée en fonction de Donald Trump en 2017. En mars 2018: le président Trump a renvoyé les États-Unis à des  Notes (USN) appuyés sur le Standard Or en inversant l’ordre exécutif de Nixon via l’introduction du Projet de loi  HR 5404. La divulgation publique de l’USN aura lieu après l’annonce de NESARA / GESARA.

 

Au début de 2019, 209 pays se sont réunis en Europe pour marquer de leur empreinte le Global Currency Reset (réinitialisation des devises). La devise RTGS du Zimbabwe est devenu internationalement reconnu.

 

Le 3 juin 2019, la reine Elizabeth a signé des documents qui a rendu à  «The People»  le contrôle sur les deniers publics américains et le système monétaire mondial auparavant exercé par (États-Unis – Royaume-Uni – Couronne britannique – Vatican). Le 6 juin 2019, jour J: La reine Elizabeth a signé des papiers avec le président Trump, qui a ensuite déclaré que les États-Unis n’étaient plus les otages de la Couronne Britannique et des sociétés secrètes.

 

Le jeudi 4 juillet 2019: Il est prévu que les annonces de la République restaurée et de NESARA-GESARA soient faites, et il pourrait être révélé que John F. Kennedy Jr. est toujours en vie et derrière le mouvement Q. On pense également qu’il peut accepter l’invitation de Trump à devenir son candidat à la vice-présidence pour les élections de 2020. Cela pourrait être un 4 juillet inoubliable.

 

Rédigé par Nouvelle Conscience

Publié dans #Le Phare

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article