Le Phare SORTIR DE L'ILLUSION - 3

Le Phare   SORTIR DE L'ILLUSION - 3

SORTIR DE L'ILLUSION - 3  LA GOUVERNANCE

Dans deux messages précédents j'ai traité du fait que l'humanité est à vivre une transition qui nous amènera individuellement et collectivement à sortir de l'illusion. Dans le premier texte, j'ai abordé ce sujet de l'illusion dans lequel nous vivons en rapport au fait de nous reconnaître dans notre nature véritable. Dans le deuxième texte j'ai abordé ce sujet en rapport avec le thème de l'argent, sa nature véritable et son mode de création.

À partir du moment où nous sortons de l'illusion quant à notre nature véritable et aussi quant à la nature de l'argent, cela permet d'aborder l'illusion dans laquelle nous vivons au niveau de la gouvernance.

Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, j'aimerais rappeler au gens que je soumets ces textes simplement dans le but de susciter une réflexion. Il n'y a pas de vérité absolue dans les dits textes.

Les informations que je transmets sont issues de connaissances acquises au cours de mon parcours de vie, soit suite à une certaine recherche, soit suite à des expériences personnelles vécues, soit suite à des observations personnelles ou encore elles me proviennent de l'intuition tout simplement. Lors de la rédaction de ces textes, j'essaie d'arranger le tout de façon accessible et cohérente.

Je le fais en réponse à un appel de vie et mon souhait premier, c'est évidemment d'être lu en entier. À partir de là, je souhaite vraiment susciter une réflexion chez les gens, étant conscient que la vérité absolue n'existe pas. Par contre, je crois que chacun de nous est habité par une parcelle de vérité et à partir du moment où nous avons des échanges entre nous, nous avons accès à de plus en plus de parcelles de vérité ce qui, de mon point de vue, peut être très stimulant et évolutif pour tout le monde. Et cela peut aussi amener dans une action très créatrice.

D'autre part, j'ai aussi compris et partagé dans mes écrits (livre Être maître de nos Vies disponible gracieusement en version numérique en allant sur www.aidojeunes.org) que j'étais responsable à 100%, 100%, 100% de tout, tout, tout ce qui se m'arrive dans ma vie, d'où l'obligation de me questionner, de m'instruire et de m'informer afin de pouvoir assumer de façon responsable ce pouvoir sur ma propre vie.

J'ai aussi appris et compris que nous sommes Un et que je ne peux absolument pas dissocier ma vie de celle de mon voisin, que celui-ci soit à l'autre bout du monde ou aux confins de notre vaste Univers.

Donc, c'est probablement de là que me provient, entre autre, ce besoin de communiquer à ce voisin des connaissances acquises et de partager des informations et des opinions tout en étant pleinement conscient qu'il n'y a jamais de vérités à travers ces communications, mais matière à réflexions parfois profondes cependant. Alors ce que je souhaite au plus profond de moi, c'est de susciter cette réflexion chez les gens et de la nourrir pour qui veut s'en nourrir, sans autre forme de prétentions. C'est ma façon de participer au processus évolutif, entre autre et à mon processus évolutif personnel en tout premier lieu.

Cela m'amène maintenant à parler de la situation qui prévaut actuellement sur notre planète où nous sommes entrés de plein pied dans une ère de révélations sans précédent. Dans cette ère de révélations qui pourrait aller en s'accentuant, pour une certaine période du moins, il pourra sembler à certains que notre monde est en train de s'écrouler. En fait nous sommes à vivre un passage qui pourra sembler terrible à certains suite à certaines révélations qui seront faites au grand jour. À ceux-là en particulier, j'aimerais rappeler que le moment le plus sombre de la journée se produit juste avant que le soleil se lève.

Personnellement, je crois que nous sommes à un tournant majeur et unique dans l'histoire de notre planète et que nous allons sortir de ce monde d'illusions pour entrer dans un nouveau monde que nous allons tous découvrir ensemble, un monde que j'anticipe avec beaucoup, beaucoup de bonheur et de joie, mais sans savoir réellement de quoi il en retournera en finalité.

J'en reviens donc à la gouvernance.

Dans l'illusion, nous avons acquis la certitude que nous vivons en démocratie. Cela me fait bien rire, car il n'est est rien...ou si peu. Vivre en démocratie véritable, ça ne se résume pas à aller dans un bureau de votation de temps à autre (aux 4-5 ans) pour faire une croix sur un bulletin de vote et à subir ensuite les décisions des gens que nous avons mis en poste.

J'ai mentionné dans le texte concernant l'argent: "Dans le monde dans lequel nous vivons, celui qui a le pouvoir de création monétaire détient le pouvoir sur tous les territoires qui dépendent des emprunts pour assurer le fonctionnement de l'état, ce qui est le cas de la majorité des pays de la planète". Et j'ai aussi ajouté: "Celui qui contrôle le pouvoir de création monétaire d'un pays contrôle l'économie de ce pays et la vie des gens, peu importe les lois qui sont passées".

Dans les faits, la démocratie n'existe que pour maintenir une certaine apparence car ce qui nous dirige, ce sont des corporations gouvernementales. C'est pour eux que nous travaillons et c'est à ces corporations que nous versons des impôts. Cela est un fait facile à vérifier en allant sur le site de la US Securities and Exchange Commission (SEC). Vous y remarquerez entre autre que le Québec y est enregistré comme une corporation gouvernementale étrangère dont l'adresse postale et l'adresse d'affaires se trouve au bureau du ministère des finances sur la rue Saint-Louis à Québec. Sur cette même page, vous aurez accès à des documents qui concernent la gestion gouvernementale québécoise. Cela soulève donc une question fondamentale: Que font de tels documents qui concernent la gestion gouvernementale sur un site qui concerne une corporation dont l'adresse est au bureau du Ministère des Finances?

En vous promenant sur le site de la SEC, il est aussi possible de constater que la majorité des pays de la planète se retrouvent enregistrés sur ce site en tant que corporations gouvernementales. Par la suite, cela m'a amené à un constat, simplement en lisant les nouvelles. Tous les pays dont les dirigeants refusent ou qui ont refusé de se plier à ce système, se retrouvent en guerre. Leurs dirigeants nous sont alors présentés comme des tyrans et on cherche à les éliminer ou à les neutraliser. Pour protéger la vertu et le bon peuple bien évidemment...selon ce qu'on nous présente.

Curieusement, il y a de nombreux pays où il y a de véritables tyrans qui organisent des génocides sur leur territoire et là on n'intervient peu ou pas. Il y a juste à s'informer au sujet de ce qu'a vécu le général Roméo Dallaire pour comprendre cette affirmation. Donc, la nécessité d'intervention ne semble pas du tout lié à des intérêts humanitaires, comme on veut nous le faire croire, mais à des intérêts économiques concernant le territoire en question. Règle générale, on veut s'approprier certaines ressources de ce pays et si on n'y parvient pas en soumettant ce pays au système en place, on le fait alors en déclenchant une guerre avec le pays concerné.

Cependant, pour maintenir une apparence de démocratie véritable, il arrive qu'on remette en question certaines décisions ou qu'on apporte des modifications quand le peuple démontre avec assez d'insistance son mécontentement. Car si ceux qui détiennent le pouvoir veulent se maintenir en place, ils doivent au minimum laisser croire au peuple qu'il a droit de parole et qu'ils sont les mieux placés pour le comprendre et le satisfaire.

Donc le monde dans lequel nous vivons est manipulé et dirigé par une infime partie de la population, soit moins de 1% de la population mondiale. Ce sont eux qui possèdent ces corporations gouvernementales et/ou qui les contrôlent par la biais des banques centrales. On pense que ces banques centrales sont sous la gouverne des états, mais dans les faits, soit qu'elles appartiennent à des intérêts privés ou soit qu'elles sont sous le contrôle d'intérêts privés ce qui revient un peu au même. Et c'est le cas pour la majorité des banques centrales de la planète, semble-t-il, car elles seraient possédés ou sous le contrôle de la famille Rotschild.

Il y a plusieurs conséquences à cet état de fait.

1- Comme la majorité des pays sont dirigés par un premier ministre ou par un président, il est très facile de contrôler ce personnage, de même que les principaux ministres d'un gouvernement. Il est très facile de les acheter à l'aide d'enveloppes brunes entre autres. Il est aussi facile de les impliquer dans un scandale qu'on peut faire éclater au grand jour au besoin ce qui permet de faire chanter ces dirigeants.

C'est particulièrement le cas aux États-Unis où on est actuellement à faire un très grand ménage sous la direction du président en place. Dernièrement, environ 5000 mandats d'arrestation ont été émis. Ces mandats ont été mis sous scellés mais elles concerneraient de nombreux membres du Congrès et de la haute direction du gouvernement des États-Unis. Ces gens font partie de la Cabale ou ils y sont étroitement liés. Certains de ces mandats concerneraient ou concerneront aussi des membres du milieu journalistique qui font un travail de désinformation pour la Cabale. Cela concerne la majorité des grands médias et on peut comprendre dans cette situation pourquoi les grands médias nous dépeignent un portrait peu reluisant du président en poste.

Trump a, semble-t-il, signé un ordre exécutif ordonnant la loi martiale qui devrait prendre effet sous peu ou qui sera déjà en effet au moment où vous lirez ces lignes. Cela permettra de juger ces gens devant un tribunal militaire où certains devraient être accusés de trahison en vertu de leur participation au scandale Uranium one. Certains devraient être accusés de crime contre l'humanité ayant participé à un réseau de trafic humain dans lequel de nombreux enfants ont été commercé en vue de s'en servir dans des actes de pédophilie et dans des rituels sataniques. Je ne donnerai pas de détails sur les actes scabreux qui sont alors commis, selon mes sources, mais ils semblent qu'on ait amené de nombreux dirigeants à participer à ce réseau et à ces actes, parfois en les droguant dans le but de les faire chanter ensuite. Et il semble aussi que plusieurs y participent de leur plein gré.

Ici au Canada et au Québec, nous sommes à même de constater la corruption qui règne. J'ose croire, espérer et imaginer qu'on n'en est quand même pas au niveau de corruption qui prévaut à Hollywood et Washington D.C. en particulier, en relation avec ces actes de pédophilie et de rituels sataniques.

2-Notre système électoral, qu'il soit à date fixe et à des dates déterminées au gré du parti au pouvoir est un système très, très facile à manipuler et à maintenir dans une forme de corruption ou une autre.

3-Notre système électoral est aussi facile à manipuler à partir du moment où on met un parti ou un autre au pouvoir. Il est alors facile de choisir un dirigeant de parti qui fera le travail pour ceux qui sont les propriétaires des corporations. Celui-ci pourra ensuite choisir comme ses principaux lieutenants ceux et celles qui vont accepter dans la direction des ordres que ce chef a reçu des ses supérieurs. Et il est actuellement de plus en plus facile de constater, selon moi, que ces supérieurs ont des intérêts qui n'ont rien à voir avec ceux du peuple.

4-Malgré tout, on doit laisser croire au peuple que c'est lui qui détient le pouvoir. Alors on organise des campagnes électorales qui ne sont en fait que de formidables campagnes de marketing et ce sont, en finalité, ceux et celles qui savent le mieux utiliser les médias pour se vendre au public qui remportent la mise. Pour ce qui est du dirigeant élu, qu'il soit d'un parti ou au autre a peu d'importance, car la plupart du temps il a probablement été présélectionnés par ceux qui possèdent les corporations gouvernementales. Et advenant qu'un individu vraiment intègre et ayant des buts nobles réussit à se faufiler au pouvoir comme principal dirigeant, on aura tôt fait de le ramener dans le "droit" chemin. Pour bien comprendre comment ça fonctionne, il suffit de lire le livre "Confession d'un assassin politique". Je confesse que je n'ai pas lu ce livre, mais j'ai par contre écouté des entrevues vidéo de John Perkins, l'auteur et ex assassin politique pour savoir de quoi il en retournait.

5-Les élus n'ont pas de réels comptes à rendre ou si peu sur le plan personnel qu'ils peuvent se permettre nombre d'abus sans en payer le prix sur le plan personnel. En finalité, ils se foutent carrément du peuple et ils le font de plus en plus ouvertement et de façon de plus en plus cynique selon ce que nous avons pu observer dernièrement.

Donc pour pallier à ces difficultés, il faudrait refaire la constitution et que cette refonte ne soit pas confiée aux dirigeants, mais au peuple par le biais d'une assemblé constituante. Selon moi, dans cette constitution il faudrait entre autre, prévoir:

-des mesures pour protéger le peuple des abus de pouvoir des dirigeants

-une autre méthode de scrutin qui permet l'élection de représentants indépendants et par conséquent abolir les partis politiques, car ceux-ci sont une aberration, les élus ayant l'obligation de voter selon la ligne de parti et non selon leur conscience.

-l'élimination des campagnes électorales qui ne sont devenues que de vastes campagnes de marketing et procéder par tirage au sort ce qui limiterait de beaucoup la possibilité de corruption.

-prévoir des mécanismes qui donnent plus de pouvoirs décisionnels dans les régions là où le peuple peut participer au processus décisionnel de façon plus régulière et en finalité de façon plus responsable.

Je souligne que ça, c'est ma vision personnelle de la chose. Par contre je suis convaincu que la nouvelle façon d'exercer la gouvernance est déjà prévu dans le NESARA et que cela aussi nous sera communiqué au moment de l'annonce. Je rappelle que le NESARA lui-même s'applique aux États-Unis. Pour la version mondiale, cette loi prend le nom de GESARA. Donc, au moment de l'annonce du NESARA, il est prévu que le gouvernement en place soit dissous sur le champ et que des élections aient lieu à l'intérieur des 120 jours suivants. Ces élections se feront sous surveillance, probablement militaire, afin qu'elles ne puissent être manipulées par des intérêts particuliers.

Cette annonce permettra aussi la restauration de la République et par conséquent le retour à Constitution originale.

Un autre aspect qui découle du fait que ce que nous pensons être des états démocratiques et qui sont en fait des corporations gouvernementales, c'est la façon dont on nous a liés en tant qu'être humains à ces corporations gouvernementales afin de s'approprier notre capacité créatrice par laquelle nous sommes le prolongement du Créateur sur terre, comme je l'ai mentionné dans mes communications précédentes.

Ici au Québec, à l'article #1, le Code civil mentionne: Tout être humain possède la personnalité juridique; il a la pleine jouissance des droits civils.

A l'article #5, le même Code civil mentionne: Toute personne exerce ses droits civils sous le nom qui lui est attribué et qui est énoncé dans son acte de naissance.

Il y a donc deux entités distinctes: un être humain et une personnalité ou personne juridique qui exerce ses droits civils sous le nom qui lui est attribué dans son Acte de naissance. C'est donc cette personne juridique qui est soumise aux lois, et celles-ci se présentent sous forme de codes: Code civil, Code criminel... C'est donc cette personne, qui est en l'occurrence une feuille de papier (Acte de Naissance dont l'existence est certifiée par le certificat de naissance), qui fait le lien entre l'être humain et le système en place.

C'est donc cette même personne (feuille de papier) qui doit répondre devant les instances gouvernementales quand elles agissent sous la forme de corporations gouvernementales. Il en est ainsi pour le système judiciaire tout comme pour le système d'imposition. En vertu de ces articles de loi, nous devrions donc pouvoir nous présenter devant des tribunaux en faisant valoir que nous sommes des êtres humains et que nous sommes présents devant la Cour pour parler au nom de la personne juridique que nous possédons. En agissant ainsi nous respectons parfaitement la loi tel que présenté dans le Code civil.

On nous dit que nul ne doit ignorer la loi. Bien dit mais il semble que cela ne soit que de belles paroles et que cela ne soit mentionné que pour donner bonne bouche. Car je peux témoigner qu'au moment où quelqu'un se présente devant un juge en mentionnant qu'il est un être humain et qu'il est là pour parler au nom de la personne juridique, cet être humain peut s'attendre à ce que sa vie devienne rock'n roll à partir de ce moment là. J'ai personnellement été témoin de telles situations.

Mais comment peut-il en être autrement? Car si nous comprenons que nous faisons affaire avec des corporations gouvernementales qui en finalité appartiennent à des intérêts privés, cela signifie aussi, en finalité, que le système de justice que nous croyons public est en fait un système de justice privé et qu'il appartient à ces même corporations gouvernementales. Bien évidemment, si je me présente devant la Cour pour résoudre un conflit avec un de mes semblables, il est possible que j'obtienne justice mais ce sera d'abord en vertu de règles de droit, ce qui parfois, n'a rien à voir avec la justice elle-même. Mais je répète que cela ne concerne que la personne juridique, que nous possédons en vertu des articles #1 et #5 du Code civil.

Par contre si je me présente devant la Cour au nom de cette personne juridique, afin de résoudre un différent avec les instances gouvernementales (les corporations gouvernementales), et en particulier si ce conflit concerne et touche aux entrées d'argent et au financement de ces mêmes corporations gouvernementales, comment puis-je avoir gain de cause facilement au nom de la personne juridique que je possède, étant donné que les juges sont en conflit d'intérêt profond, étant rémunérés par ces même corporations gouvernementales? Ils sont alors placés dans un dilemme profond.

Donc pour pallier à ce système judiciaire qui n'a en fait rien à voir avec la justice, mais qui ne concerne que la personne juridique et le droit, le NESARA prévoit restaurer la Loi constitutionnelle. Il prévoit aussi rétablir cette même Loi pour tous les tribunaux et en matière judiciaire et il prévoit que tous les juges et les avocats devront se réformer à cette Loi constitutionnelle.

Ce sera donc un retour au véritable droit commun dont la règle fondamentale est: Ne fais pas de mal à ton prochain. Selon ma compréhension et pour faire le lien avec notre nature véritable, tel que je l'ai présenté dans mes messages précédents, j'en reviens au plus grand commandement que Jésus nous a transmis lors de son passage sur terre et que nous retrouvons entre autre dans l'évangile selon Saint-Luc: "Luc 1026Jésus lui dit: Qu'est-il écrit dans la loi? Qu'y lis-tu? 27Il répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même."

Chacun de nous est le prolongement du Créateur ici sur terre, donc le prolongement de Dieu. Il nous faut donc découvrir et intégrer la compréhension de cet état de fait en comprenant bien comment nous sommes apparus sur terre dans ce véhicule physique à partir de la première cellule à laquelle ont donné naissance nos parents. Une fois qu'on a bien compris cela pour soi-même, il devient évident qu'il en est ainsi pour chacun d'entre nous et que chacun d'entre nous est un prolongement de Dieu sur terre. Cet autre est donc une partie de moi comme je suis une partie de lui. Vu sous cet angle il devient clair que nous sommes finalement UN. Comment puis-je alors faire souffrir cet autre partie de moi.

En finalité cela revient à dire, qu'idéalement , je ne devrais pas faire aux autres ce que je ne veux pas qu'on me fasse à moi. Et la contrepartie, est que je devrais faire pour les autres ce que je souhaite qu'on fasse pour moi. Voilà exactement là où ce qui est prévu dans le NESARA nous conduira en finalité. Il est évident que cela nécessitera une forme de basculement de conscience. Le NESARA prévoit le cadre pour faciliter ce basculement et cela se fera en son temps individuellement et collectivement. Nous sommes déjà profondément engagés dans cette transformation actuellement et cela est très perceptible pour qui veut le percevoir.

J'aimerais maintenant aborder ce sujet de la gouvernance en rapport avec la relation qui existe entre le système, qui nous sommes réellement et la nature de l'argent et son utilisation. toujours dans le but de comprendre l'illusion perpétuée à l'intérieur de ce système. C'est la cerise sur le sundae et le comble de l'illusion, selon moi.

La Réserve Fédérale (FED) a été créée en 1913. On a savamment choisi le nom de cet organisme pour nous laisser croire que la FED agissait sous la gouverne de l'État et qu'elle possédait des réserves monétaires. Or il n'en est absolument rien, car cet organisme est un cartel de banques privées et il n'a absolument aucune réserve car l'argent qu'il imprime est obtenu à partir d'absolument rien. C'est ce qu'on appelle de la monnaie de singe.

Mais dès sa création , par un tour de passe-passe, on est parvenu à faire voter une loi par laquelle on obligeait le gouvernement américain à emprunter à la FED l'argent dont il avait besoin pour la gestion de l'État, avec intérêts bien évidemment. Graduellement et rapidement , une grande partie des pays de la planète se sont retrouvés dans la même situation.

Or ce qui devait arriver arriva. Suite la grande dépression des années 29-30, une dépression créée de toutes pièces par ces mêmes grands banquiers soit dit en passant, les États-Unis se sont retrouvés dans l'incapacité de faire leurs paiements en 1933. La même chose est arrivée au Canada en 1935. Ces pays se sont donc retrouvés en situation de faillite. Mais un pays ne peut faire faillite, car il dispose d'énormes ressources sur son territoire. Alors qu'à-t-on fait pour résoudre cette difficulté du moment?

Dans un premier temps, on a saisi tout l'or qui était du domaine public. Comme cela ne suffisait pas à rembourser la dette, on a forcé les gouvernements à passer une loi qui obligeait ceux et celles qui possédaient de l'or au niveau privé à le retourner à l'État à défaut de quoi ces gens risquaient des pénalités très sévères allant même jusqu'à l'emprisonnement. On a ainsi récupéré presque tout l'or physique qui était alors en circulation. Mais cela ne suffisait toujours pas à rembourser la totalité de la dette. Alors qu'a-t-on fait?

On a saisi la population de ces pays. Qu'est-ce que cela signifie dans les faits? Quand un être humain vient au monde, cela garantit une activité économique. Nous créons cette activité économique à partir de notre pouvoir Créateur, celui-là même qui est le prolongement du Créateur (Dieu). Nous manifestons ce pouvoir Créateur physiquement pas notre travail, nos loisirs, et par tous nos actes de consommation.

Or cela est saisi dès notre naissance par l'intermédiaire de l'Acte de naissance. Comme je l'ai mentionné, cela crée une personnalité juridique qui porte le même nom que l'être humain, mais qui est écrit en lettres majuscules. Cette personne juridique appartient à l'État mais nous la possédons, ce qui signifie que nous en disposons. Cette personne juridique fait le lien entre le système et nous comme être humain. Tout appartient à cette personne juridique. Par conséquent, tout ce dont nous disposons appartient à l'État, et en particulier tout ce qui est acquis par des transactions qui nécessite l'intervention de l'État et qui passe par des bureaux d'enregistrement (automobiles, maisons, REER, etc.) . Nous n'en sommes les propriétaires que dans l'illusion que nous nourrissons même si nous avons fait tous les paiements requis pour acquérir les dits biens. Par nos paiements, nous n'avons que "renforci" notre droit de disposition, et c'est tout. à la lecture de ceci, vous devenez sceptiques tout-à-coup?

Voici donc une déclaration de Pierre André Paré, ex sous-ministre du revenu, paru dans le Devoir en 1996: "Tout est privilège consenti par l'État, votre voiture, votre maison, votre profession, bref, votre vie, et l'État peut tout vous reprendre si vous n'êtes pas un contribuable docile".

Par mon expérience vécue dans la démarche que j'ai entreprise avec les instances gouvernementales, je suis en mesure de confirmer pleinement cette déclaration.

Est-il possible alors de saisir l'ampleur de la manipulation, l'ampleur de l'illusion. Quand nous saisissons bien la démonstration que j'ai faite à travers les textes qui traitent de notre nature véritable et de nos origines divines, puis de la nature de l'argent et maintenant de la gouvernance, il devient possible de comprendre que nous ne vivons pas du tout en démocratie, et que nous ne sommes pas du tout libre comme nous le croyons.

Il devient possible de comprendre que nous avons été véritablement transformé en esclaves à notre insu malgré le fait que nous croyons vivre dans le "plusssss merveilleux pays du monde" comme le disait si bien Jean Chrétien. La liberté véritable dont nous disposons, c'est celle de choisir nous-mêmes comment nous voulons gérer notre relation avec nos chaînes.

Je pourrais aussi élaborer au sujet des guerres qui sont créées de toute pièce par ces mêmes banquiers qui soutiennent toujours toutes les parties impliquées dans les conflits. Cela génère pour eux une économie qui leur est particulièrement profitable à bien des niveaux. À remarquer que la première guerre mondiale est survenue immédiatement après la création de la FED.

Et c'est pendant cette guerre qu'on a lancé l'impôt sur le revenu, une mesure qui devait être temporaire et qui devait servir à soutenir l'effort de guerre. Cette loi, comme toutes les lois votées par les corporations gouvernementales concernent la personne juridique et non pas l'être humain car l'être humain lui-même se situe dans une juridiction supérieure dans sa relation avec ces instances gouvernementales corporatives.

Mais ce n'est pas tout. Si nous avons été littéralement transformé en esclaves, une situation que nous perpétuons nous-mêmes par notre ignorance et notre manque d'éducation, et si nous ne faisons que disposer des biens que nous avons pourtant acquis à la sueur de notre front, mais dont cet État est en finalité le propriétaire, ne devient-il pas évident que cet État, qui agit alors en maître, doit pourvoir entièrement et complètement à tous nos besoins. Ne devrait-il pas en être ainsi dans toutes relation maître/esclave? Puisque l'esclave n'est propriétaire d'aucun bien personnel, le maître n'est-il pas en devoir de pourvoir entièrement à tous ses besoins?

Ah mais attendez! Ils ont prévu le tout et ils l'ont même enregistré dans un texte de loi. Dans la charte des droits et libertés de la personne du Québec, à l'article 1, il est inscrit: Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu'à la sûreté, à l'intégrité et à la liberté de sa personne . Il possède également la personnalité juridique.

Dans cet article, on fait clairement la différentiation entre l'être humain et la personne juridique. Et en termes juridiques, ce qu'on appelle la sûreté ne signifie pas que nous avons le droit de nous promener dans la rue en toute sûreté et sans craintes de nous faire tirer par le premier venu. Non. Une sureté, c'est une fiducie qui est créée au nom de la personne juridique et dans laquelle des sommes d'argent sont déposées, et dont nous devrions pouvoir disposer tout au cours de notre vie pour couvrir l'ensemble de nos dépenses de vie.

La contrepartie de cet argent, mis à notre disposition, c'est l'Acte de naissance qui crée la personne juridique et dont le numéro est en lien avec le numéro inscrit sur l'enregistrement de naissance vivante, un document qui est émis à notre naissance et qui confirme qu'un être humain vivant est apparu sur cette planète. Selon moi, le montant qui est déposé dans cette fiducie dès l'émission de l'Acte de naissance doit correspondre à une estimation de l'ensemble de l'activité économique que nous générerons en tant qu'individu tout au cours de notre vie.

Quand nous comprenons bien l'ensemble de toute cette démonstration, il devient possible de réaliser que, dans notre monde actuel, l'argent conditionne toutes nos vies. L'argent est une pure convention, qui facilite les échanges entre nous lorsque nous mettons notre pouvoir créateur à l'oeuvre. Quand nous mettons ce pouvoir créateur à l'oeuvre, nous déployons de l'énergie, et à ce titre l'argent utilisé est une contrepartie de cette même énergie et le tout est soutenu par une convention. Le fait que l'argent ait une contrepartie en or n'est qu'une façon de rendre tangible d'une autre façon l'échange d'énergie qui est activée lorsque nous procédons à des échanges entre nous lorsque nous mettons notre pouvoir créateur à l'oeuvre.

En finalité ce qui ressort de tout cela, c'est que pour que l'argent puisse exister, il doit y avoir un collatéral. Et chacun de nous , comme être humain, constituons ce collatéral par l'intermédiaire de notre pouvoir créateur et en tant que prolongement du Créateur sur terre.

J'en reviens donc à la fiducie. En tant qu'êtres humains vivants, transformés en esclaves à leur insu et en tant que possédant d'une personne juridique dont nous devrions pouvoir disposer à notre gré, nous devrions avoir accès librement à cette fiducie. Nous devrions pouvoir administrer ces sommes qui ont été mises à notre disposition tel que prévu par la loi.

Alors je pose une première question: Comment pouvons-nous avoir accès à la libre administration de cette fiducie si nous ne sommes pas d'abord informé librement au sujet de son existence d'une part, et si nous ne sommes pas éduqués ouvertement sur la façon d'y obtenir accès?

Une deuxième question: sommes-nous vraiment libre d'y avoir accès à notre gré?

Une troisième question: à partir du moment où nous devenons un peu plus perspicace et que nous posons des questions aux servants publics au sujet de la procédure à suivre pour avoir accès à cette fiducie, ne sont-ils pas en devoir de nous répondre? Après tout, ne sont-ils pas des servants publics?

Mon expérience personnelle me démontre que cette loi n'existe que pour nourrir l'illusion, même pour ceux qui sont plus perspicaces. Car j'ai choisi d'administrer les impôts réclamés à la personne juridique que je possède à partir de cette fiducie. Lors de l'envoi des documents que j'ai fait parvenir j'ai clairement exprimé une demande à l'effet de m'informer sur la marche à suivre advenant le fait que ma façon de procéder ait été erronée. Et je l'ai fait à plusieurs reprises.

En tant que servants publics n'avait-on pas l'obligation de me répondre? Je n'accuse pas ici ces servants publics de ne pas m'avoir répondu. Je suis très conscient que ce sont des être humains vivant sur cette terre en ce moment tout comme moi et que, tout comme moi, ils doivent composer avec un système qui les met en état de survie. Alors, sont-ils vraiment libres de répondre sans risquer de lourdes conséquences pour leur propre vie et celles de leurs dépendants? Alors non seulement je n'ai pas obtenu de réponses, mais on m'a dépossédé de tous les biens dont je disposais en étalant le tout avec grand fracas dans les journaux.

Et pardessus tout on a envoyé chez moi un reporter de télévision qui, après de longues négociations m'a convaincu qu'il souhaitait vraiment m'aider. J'ai fait avec lui une entrevue d'environ 25 minutes dont il a fait un savant montage de 2 minutes qui en finalité me fait perdre toute crédibilité, au yeux de la population qui a écouté ce reportage. Ne serait-ce pas une façon très habile de neutraliser quelqu'un qui a eu accès à des informations à laquelle on ne souhaite pas que le grand public ait accès?

Pourtant , je n'ai fait qu'utiliser la loi, telle qu'elle a été prévue pour faciliter mon passage ici sur cette terre en tant qu'être humain.

Alors cela justifie la question suivante: est-ce que ces lois n'ont été mises en place que pour nourrir l'illusion?

Je félicite ceux et celles qui se sont rendus jusqu'ici dans la lecture de ce texte. Vous êtes sans nul doute très déterminés (es) à vous instruire dans le but d'agrandir votre champ de connaissances et de compréhension.

En terminant j'aimerais préciser que je n'ai absolument rien contre ce système dans lequel nous vivons. Je trouve même qu'il a été très brillamment conçu pour nous permettre de vivre dans un monde de troisième dimension axé sur la dualité. J'ai même beaucoup d'admiration envers l'intelligence des gens qui ont conçu celui-ci. Le problème cependant, car il y a un problème, c'est qu'on a négligé, sciemment ou non, de nous instruire ouvertement et adéquatement au sujet de la façon dont il fonctionne. Tout ce dont j'ai fait mention dans ce texte devrait impérativement nous être enseigné à l'école.

Mais maintenant nous sommes, individuellement et collectivement, engagés dans un processus ascensionnel qui nous conduira à vivre dans un monde de cinquième dimension. Je ne sais pas en quoi cela consistera mais je suis assuré que cette dualité n'existera plus dans un tel monde. Ce processus ascensionnel n'est pas quelque chose à venir. C'est déjà là en ce moment même et il est possible d'en observer les multiples manifestations pour qui le souhaite.

Est-il alors possible de comprendre la nécessité que soit annoncé rapidement le NESARA, car ce document, qui est une loi, prévoit des réformes majeures par lesquelles nous retrouverons pleinement notre liberté, un document dont les clauses mettront fin à toutes les incongruités du système actuel axé sur la dualité? Donc la mise en place des réformes liées à son annonce permettra la mise en place de conditions favorables à la transition que nous sommes à vivre comme humanité, en marche vers la cinquième dimension.

Nous sommes vraiment rendus à quelques pas d'une telle annonce. Selon mes sources, tout, absolument tout, est en place actuellement pour que cette annonce se fasse incessamment.

En fait le NESARA est déjà entièrement mis en place semble-t-il. Mais pour qu'il puisse être annoncé, puis activé sans encombres, les gens qui avaient la main mise sur le système dans lequel nous avons vécu doivent être neutralisées, arrêtés, jugées et condamnées, entre autre pour crime contre l'humanité, car ils nous ont transformé en esclaves à notre insu.

Ces gens ont mis en place un système qui nous a maintenu dans une illusion profonde. Ce sont des gens dits de l'ombre. Mais, comme nous sommes Un, ces gens ne sont en finalité que la représentation de l'ombre que chacun de nous porte en lui. Dans le processus ascensionnel, dans lequel nous sommes engagés individuellement et collectivement, nous sommes ou nous serons éventuellement confrontés à la part d'ombre que nous portons en chacun de nous afin de l'accueillir et de la laisser se dissoudre et/ou de la transformer.

Je nous souhaite de vivre cette transition dans la plus grande des paix et d'en arriver rapidement à la Joie, la Joie profonde qui est liée à notre essence même. J'espère avoir fourni des informations qui permettront à ceux et celles qui le désirent de mieux comprendre d'où nous arrivons et ce qui pulse derrière la transition que nous sommes à vivre afin de favoriser cette paix profonde et cette Joie.

Le Phare par Yves Dubé

Ci vous voulez le relire vous le retrouver l'article dans l'ongelt Page en haut de la page d'acceuil du blogue.

Rédigé par L'Équipe au Sol

Publié dans #Le Phare

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :