Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous sommes des êtres qui entretiennent le royaume terrien en attendant les plans du grand architecte...

05 Oct

SNOWDEN, GREENWALD SONT DES IMPOSTEURS DE LA CIA

Publié par Chevalier de lumière  - Catégories :  #Divulgation, #SNOWDEN

 SNOWDEN, GREENWALD  SONT DES IMPOSTEURS DE LA CIA
 SNOWDEN, GREENWALD  SONT DES IMPOSTEURS DE LA CIA
 SNOWDEN, GREENWALD  SONT DES IMPOSTEURS DE LA CIA
 SNOWDEN, GREENWALD  SONT DES IMPOSTEURS DE LA CIA
 SNOWDEN, GREENWALD  SONT DES IMPOSTEURS DE LA CIA
 SNOWDEN, GREENWALD  SONT DES IMPOSTEURS DE LA CIA

SNOWDEN, GREENWALD

SONT DES IMPOSTEURS DE LA CIA

D’APRÈS UN RAPPORT DU GOUVERNEMENT RUSSE.

Par Ian Greenhalgh* le 21 septembre 2016

*Ian Greenhalgh est un photographe et historien ayant intérêt particulier dans l'histoire militaire et les causes réelles des conflits.

Ses études en histoire et en arrière-plan dans l'industrie des médias lui ont donné une perspicacité dans l'utilisation des médias de masse en tant que créateur de conflit dans le monde moderne.

Ses domaines privilégiés d'étude comprennent : l'état parrain du terrorisme, les médias qui fabriquent la "réalité" devant nous être imposée et le rôle des services de renseignement dans la manipulation des populations et la perception qu'ils doivent avoir des événements.

(Note de l’éditeur : Ce document est de la vraie dynamite, il réduit en miettes toute idée qu’Edward Snowden soit autre chose qu’un imposteur, un agent de désinformation de la CIA.

Donc nous pouvons maintenant le ranger aux côtés de Julian Assange et de Wikileaks sur le rayon des menteurs professionnels. Ce rapport révèle également que plusieurs autres publications médiatiques sont sous le contrôle de la CIA, une chose que nous savions déjà depuis un moment … Ian.)

---------------------------

Rapport du gouvernement russe : Snowden, Greenwald sont des imposteurs de la CIA

Par le Dr. Les (Leszek – Leslie) Sachs

Ci-dessous vous trouverez la première partie d’un rapport des services moscovites des services de renseignement et de sécurité russes du SVR (renseignement extérieur) et FSB (sécurité intérieure), sur l’imposture toujours en cours de l’agent de la CIA Edward Snowden et de ses liens avec les médias contrôlés par la CIA tels que:

- Glenn Greenwald, le Guardian britannique, le New York Times, etc.

Ce rapport destiné au gouvernement de la Fédération de Russie, cite plusieurs autres documents importants pour comprendre et prouver l’imposture de la CIA de « Snowden »

- les liens à ces documents étant les suivants :

(1)« Rapport de police de l’UE sur l’imposture de Wikipédia de la CIA »

Un rapport de police émanant de divers services de police de pays de l’UE, examinant en détail les crimes de contrôle des médias de la CIA-Wikipédia-Google, dont l’imposture de Snowden-CIA fait partie. (Egalement la fraude de l’appel aux dons de Wikipédia UE, et 20 techniques principales de tromperie de Wikipédia). Le rapport contient des documents significatifs tels que le dossier de police britannique de Pearson SA condamnée pour avoir soudoyé 3 juges américains – les mêmes qui s’occupent de Snowden / Assange, et concernant des actes criminels commis par des médias liés à Snowden – le Guardian, le New York Times – des médias qui soutiennent à fond la censure de l’internet d’un authentique dissident américain ou autre, tout en faisant la promotion de « l’Opération Snowden » de la CIA.

Le dossier de police de l’UE sur l’imposture CIA-Wikipédia peut être consulté ici : http://homment.com/FB3PjBQ2DF ou ici : http://pastebin.com/BeppgiMJ

Marie de Paris: Je rappelle que mon blog principal créé, au départ pour les journalistes, vient d'être à nouveau bloqué et que le moteur de recherche Google ignore tous mes blogs, sauf celui sur la chanson que l’Arabie Saoudite adore.

(2)« Censure par la CIA à travers Google Inc. d’un authentique dissident des Etats-Unis (par opposition aux médias liés à la CIA qui font la promotion de l’agent Snowden de la CIA).

Photo de capture d’écran en direct de Google reconnaissant qu’il empêche des douzaines de sites internet d’apparaître sur le résultat des recherches, preuve de ce que le dossier de la police britannique décrit comme la corruption par Pearson SA de 3 juges américains, Google étant complice de diffamation, censure et destruction d’un important critique de la corruption des tribunaux américains, copain d’université de Harvard de dirigeants des Etats-Unis :

http://www.flickr.com/photos/22325431@N05/61006682…

(3)La correspondance avec Edward Snowden et Julian Assange, relayée par les avocats de Snowden, Anatoly Kucherena (Moscou) et Plato Cacheris (Washington DC), et l’ambassade d’Equateur à Londres.

Le document était un « test » aussi bien pour Snowden que pour Assange, pour aider à fournir la preuve concluante que Snowden et Assange étaient des agents en exercice de la CIA et des imposteurs.

En apparence, le document propose les instruments nécessaires pour que Snowden puisse voyager librement au niveau international, et pour qu’Assange soit libre de quitter l’Ambassade d’Equateur à Londres. Aussi bien Snowden qu’Assange ont refusé cette aide, et ont au contraire accentué leurs éloges mensongers pour les partenaires médiatiques de la CIA, tout en sachant parfaitement que le Guardian et le New York Times contribuaient à diffamer, censurer et assassiner de véritables dissidents américains. La correspondance de Snowden / Assange peut être consultée ici :

http://homment.com/6JkR33pBeJ ou ici : http://pastebin.com/Pr6xYbc3

* * * * *

Rapport du FSB et du SVR de la Fédération de Russie : « Edward Snowden » un imposteur de la CIA

Alexandre Vasilyevich Bortnikov, Directeur du FSB, Moscou

Mikhail Yefimovich Fradkov, Directeur du SVR, Moscou

Par les bons soins de Son Excellence Alexandre Alexandrovitch Romanov, Ambassadeur de la Fédération de Russie au Royaume de Belgique

66, avenue De Fré, B-1180 Uccle, Belgique

Le rapport confirme qu’Edward Snowden est actuellement un agent en exercice de la CIA :

- Actes criminels de Snowden-CIA sur le territoire russe pour promouvoir les médias liés à la CIA ;

- Rôle de Snowden dans le terrorisme de la CIA-OTAN, le meurtre d’Ukrainiens et de citoyens ukrainiens russophones ;

- Mensonges de Snowden aux autorités russes selon le plan de CIA, au moment de son entrée en Russie ;

- « Opération Faux Dissident » de Snowden-CIA, constituant une menace pour la sécurité de la Russie et de l’UE, les relations entre la Russie et l’Europe, la stabilité mondiale et les authentiques dissidents des Etats-Unis et des pays de l’OTAN.

De Son Excellence l’Ambassadeur Romanov, le Directeur Bortnikov et le Directeur Fradkov

Avec ce rapport, je vous présente la confirmation pleine et entière regrettable mais importante que le prétendu «réfugié politique» américain Edward Snowden continue actuellement d’être un agent en exercice de la CIA, qui a menti de manière criminelle lors de son entrée en Russie, afin d’utiliser la Russie comme une plateforme pour soutenir des médias liés à la CIA – des médias qui contribuent au massacre d’Ukrainiens et de citoyens ukrainiens russophones ; pour poursuivre la guerre et des activités terroristes de la CIA ; et soutenir le programme de la CIA de domination des contenus d’internet.

Par son soutien à ces médias mensongers et meurtriers de la CIA, Edward Snowden contribue aux massacres en Ukraine et à porter atteinte aux bonnes relations qui devraient exister entre la Russie et l’Europe centrale et occidentale.

Contre son propre peuple, Snowden contribue à réduire au silence et à tuer d’authentiques dissidents américains et des fonctionnaires intègres des Etats-Unis, et à détruire le « Mouvement pour la Liberté » militant pour la réforme interne des Etats-Unis d’Amérique.

La révélation des mensonges des médias de la CIA dans « l’Opération Faux Dissident Snowden », va contribuer à montrer à l’Europe et au monde qu’eux-aussi sont victimes des canulars des médias de la CIA.

Nous savons maintenant « qu’Edward Snowden » est un imposteur de plus de la CIA-OTAN, qui poursuit au moins 10 objectifs de la CIA – mentionnés ci-dessous – et encouragés par les éloges mensongers des médias de la CIA qui se présentent comme de «courageux journalistes soutenant Snowden».

Nous savons maintenant que Snowden n’a jamais «volé» le moindre document, que son escapade à Hong Kong n’était que de la comédie pour dissimuler comment les «journalistes de Snowden» sont alimentés directement en informations par la CIA.

Dans une nouvelle version de la vieille astuce de la «vérité partielle» du Nazi Goebbels, les médias de la CIA jouent une «mauvaise farce de la NSA» séduisante, mais trompeuse, dans le but de promouvoir des mensonges par l’intermédiaire des médias des «journalistes de Snowden», préparant le terrain pour le putsch et les massacres en Ukraine.

Comme nous le constatons, c’est donc la CIA elle-même, par l’intermédiaire des «journalistes de Snowden», qui a directement cherché à intimider, mettre dans l’embarras et humilier la Chancelière allemande Angela Merkel, avec l’aide de médias contrôlés par la CIA à propos de la «surveillance de la NSA», tout en faisant pression sur elle pour soutenir le bain de sang en Ukraine, et en refusant de lui restituer l’or de l’Allemagne, qui a probablement été vendu pour retarder l’effondrement du dollar américain.

Bien sûr, la sécurité russe a soupçonné dès l’origine une supercherie de la CIA, étant donné que l’arrivée de Snowden avait été claironnée sur tous les toits par les principaux médias de la CIA, faisant la promotion et l’éloge de Snowden, ce qui ne se produit jamais avec les authentiques dissidents américains ; en plus d’autres indications multiples que Snowden était un imposteur. Les médias de la CIA qui faisaient la promotion de Snowden – le Guardian, le New York Times, le Washington Post – sont les mêmes médias qui faisaient la promotion agressive des mensonges des Etats-Unis-OTAN, des actes terroristes et des crimes de guerre en Syrie, en Ukraine, et dans beaucoup d’autres endroits. Il est risible de penser que ces médias de la CIA qui encourageaient le mensonge, le meurtre et le bain de sang, auraient eu temporairement un éclair d’honnêteté en faisant la promotion intensive des «révélations de Snowden», qui, comme l’ont déclaré publiquement les officiels russes, ne révèlent rien de nouveau, mis à part l’amplification par les médias et certains détails.

L’imposture de Snowden de la CIA tente de réaliser de multiples objectifs de la CIA (listés ci-dessous).

«L’Opération Faux Dissident Snowden» était essentielle pour soutenir les meurtres terroristes des Etats-Unis et pour attiser le conflit en Ukraine, en détournant l’attention du grand public, et en cherchant à légitimer d’autres mensonges plus anciens des médias de la CIA (Guardian, NY Times, Washington Post), et en aidant à créer de nouveaux médias mensongers de la CIA – par exemple la société «FirstLook» de Glenn Greenwald, directement financée par un des milliardaires de la CIA qui finançait le massacre et le chaos en Ukraine.

En plus de promouvoir les médias mensongers de la CIA, et de poursuivre d’autres objectifs comme de contribuer à détruire et tuer d’authentiques dissident américains, «l’Opération Snowden» constitue également un processus d’intimidation et de terrorisme mondial – assez semblable au livre Mein Kampf d’Hitler, où le diable annonce ce qu’il va faire.

Cela a démontré la grande force de la Fédération de Russie, que de permettre à Snowden de rester en Russie, tout en le considérant comme une menace importante pour la sécurité de l’état russe. Il y a eu en effet des avantages pour la Russie, l’Europe et le monde, de permettre à cette «Opération Faux Dissident» de suivre son cours pendant un moment, ce jeu maléfique dont la vedette était l’agent de la CIA Edward Snowden, un menteur et un acteur, qui a tragiquement trahi la confiance de dizaines de millions de personnes.

Il était amusant de voir récemment le grand président russe Poutine parler en face à face avec Snowden, avant que ce dernier fasse l’objet d’une série d’interrogatoires intenses sur ses mensonges et son activité criminelle. Nous avons vu Snowden arborer un grand sourire de «satisfaction trompeuse», l’indice facial révélateur d’un menteur croyant avoir réussi à duper tous ses auditeurs.

https://www.youtube.com/watch?v=yTXHMiFvZ8Q

Snowden et ses supérieurs de la CIA ont dû bien rire, en se félicitant eux-mêmes de ce qu’ils imaginaient avoir été une pénétration réussie du gouvernement russe, en utilisant la Russie comme une scène pour promouvoir les médias et les meurtriers de la CIA, les soi-disant «courageux journalistes de Snowden». Mais grâce à nos récents tests et démonstrations, dans lesquels Snowden et Assange se sont révélés sans le moindre doute être des menteurs pervers classiques de la CIA, le temps est venu de transformer le rire de la CIA en humiliation – et de sauver des vies humaines, en Ukraine et dans le monde entier, en révélant cette escroquerie médiatique mondiale commanditée par la CIA.

Au cours des dernières semaines, en conséquence des tests que nous avons effectués sur eux, nous avons vu émerger la nature glacée, meurtrière aussi bien d’Edward Snowden que de Julian Assange. Tous deux se moquent bien que tous leurs partenaires médiatiques aient contribué à assassiner des personnes innocentes, à verser le sang des innocents, et à réduire au silence et détruire d’authentiques dissidents américains qui ne sont pas des agents de la CIA comme eux. Au contraire, Snowden et Assange ont intensifié leurs éloges envers les partenaires de la CIA impliqués dans des crimes odieux, comme si plus de mensonges de la part de faux « héros célèbres » comme eux pouvait faire s’évaporer la vérité.

* *

Le tissu de mensonges de Snowden se défait rapidement, et nous voyons déjà que le régime des Etats-Unis sème déjà dans les médias des indices d’un prochain «accord» pour «faire revenir Snowden à la maison» chez ses collègues de la CIA, et les Etats-Unis pourraient accélérer désespérément ces efforts avec la publication de ce rapport. Rien que l’évocation d’un «accord» confirme par elle-même l’appartenance de Snowden à la CIA, par contraste avec la manière dont les Etats-Unis assassinent et détruisent l’existence des véritables dissidents. Il faut espérer que le criminel Snowden sera rendu à ses maîtres américains en contrepartie de quelque chose d’équivalent de la part des Etats-Unis, et après un interrogatoire minutieux par les services de sécurité russes, pour laisser Snowden méditer sur la longue peine de prison qu’il mérite pour avoir contribué à verser du sang slave.

Peut-être que cet agent de la CIA, ce comédien et menteur qu’est Snowden, va lui-même finir par reconnaître la nature mensongère de ce projet criminel avec son équipe de médias de la CIA, de préférence à une condamnation à de nombreuses années dans une prison russe. Avant que Snowden ne soit libéré et autorisé à retourner aux Etats-Unis et à la CIA, le monde sera plus sûr quand «l’Opération Faux Dissident Snowden» sera minutieusement révélée et publiée, afin que les stratagèmes médiatiques de la CIA en faveur de la guerre et de la machine à tuer américaine, n’aient plus jamais la même capacité à verser le sang qu’ils ont eu dans la période récente.

Comme la Russie l’avait estimé depuis le début, il y a eu certains effets bénéfiques à laisser le menteur de la CIA Snowden et son équipe jouer leur jeu pendant un certain temps. Parmi ces effets bénéfiques on trouve un respect accru dans le monde pour la Russie, pour avoir donné refuge à une personne prétendant être un dissident américain – quelque chose qui a une signification particulière pour moi, étant donné que je suis un authentique réfugié politique des Etats-Unis, et pas un imposteur promu par les médias de la CIA comme M. Snowden.

Il est bien évident que le traitement et les éventuelles poursuites pénales russes de Snowden demandent du doigté et de la méthode et la prise en compte de nombreuses considérations internationales. Bien que Snowden soit un individu malveillant qui a aidé à répandre le sang des Slaves et à tuer des gens ici en Europe, ainsi que dans sa patrie, il ne serait certainement pas approprié de traiter Snowden avec la même brutalité grossière que les amis de Snowden – ses «journaliste» mensongers liés à la CIA et son gouvernement – m’ont traité moi.

La vérité demande à être révélée au moment et à l’endroit opportuns, afin que ceux qui entendent cette vérité et qui ont besoin de l’entendre, puissent réaliser ce qui est vrai, et à quel point les gens malveillants leur ont menti.

Mais il est du moins temps à présent de prévenir M. Snowden, qu’il doit immédiatement cesser de répandre ses mensonges hautains au profit des partenaires médiatiques de la CIA, qui ont aidé à répandre le sang slave en Ukraine ces dernières semaines. Et qu’il ne lui sera pas permis de rentrer aux Etats-Unis chez ses amis de la CIA à moins qu’il ne fournisse un récit complet de ses mensonges et de ses actes.

* *

Comme la Russie le sait, je suis un copain d’université de Harvard de beaucoup de dirigeants politiques des Etats-Unis d’Amérique, et je connais assez bien certains des meilleurs conseillers des Président Obama et Bush, et je suis devenu un des citoyens les mieux éduqués de l’Empire américain. Après avoir travaillé brièvement au ministère de la Justice, j’ai refusé trop d’opportunités pour devenir un haut-fonctionnaire des Etats-Unis, et j’ai choisi au contraire d’aider les gens ordinaires, en devenant un auteur expert des systèmes de corruption des Etats-Unis. J’ai acquis une renommée nationale dans les médias américains, jusqu’à ce que des amis des Bush et des Clinton ne décident de me pourrir l’existence. Et comme le sait la Russie, j’ai réussi à quitter l’Amérique en vie de justesse, avec de nombreux dossiers sur les crimes des Etats-Unis, à destination de mon refuge européen aux Pays-Bas et en Belgique.

La Russie sait comment je suis devenu en Europe un des meilleurs journalistes internationaux sur les sujets les plus redoutés et interdits par le gouvernement américain – les tentatives de la CIA de dominer et d’étouffer la vérité sur l’internet ; mais par-dessus tout, la corruption et la subornation du système judiciaire américain, et les raisons pour lesquelles les Etats-Unis n’ont plus de tribunaux indépendants du pouvoir. Les tribunaux américains ne ressemblent en rien à de ce que montrent les films de Hollywood, et ne sont plus qu’une machine terroriste destinée à violer, léser et incarcérer les citoyens américains, et à menacer et léser les individus et les sociétés de toutes les autres nations.

Le régime des Etats-Unis a commencé à avoir une peur obsessionnelle de mon travail de journaliste, car j’avertissais les Européens des dangers de l’Amérique, alors que je correspondais et réconfortais plusieurs milliers de victimes du système judiciaire américain, et que j’aidais les Américains à voir que leur propre gouvernement constituait une menace mortelle pour eux.

Lorsque le mythe des «tribunaux américains» s’effondrera, il en ira de même du soutien des citoyens américains pour leur régime cruel. La réalisation que les tribunaux américains sont des simulacres, sera encore plus dérangeant pour les citoyens américains, que d’apprendre que le 11 septembre 2001 a été un massacre à grande échelle de citoyens américains – un autre sujet que «l’équipe» de la CIA d’Edward Snowden semble vouloir étouffer et passer sous silence.

Comme le sait la Russie, mon travail de journaliste est devenu une telle menace pour le régime des Etats-Unis, que le gouvernement américain, les médias de la CIA et des organisations comme CIA-Google, et les juges américains corrompus, ont organisé en commun une campagne criminelle pour effacer tous mes sites internet des moteurs de recherche, tout en diffusant des milliers de lignes de mensonges sur moi sur l’internet par le biais de médias lés à la CIA, et que CIA-Google m’empêchait d’y répondre – ce blocage illégal, en violation des lois de l’UE, étant un des sujets majeurs qui vont émerger dans les procès à venir dans l’UE.

Avec mes références et ma documentation, et les dossiers de milliers de victimes américaines qui m’ont raconté leurs histoires et fourni leurs documents, j’ai la preuve que le Président Obama, son ministre de la Justice (jusqu’en 2015) Eric Holder, et le Sénateur des Etats-Unis John McCain, ont tous menti au monde à propos des «protections de la loi américaine» et des «tribunaux américains». Leur nature criminelle n’est cachée qu’en raison du contrôle des médias de la CIA et de la censure de CIA-Google, me prenant dans le collimateur en raison de l’obsession de la CIA.

Par une véritable coïncidence divine, les actes terroristes commis à mon encontre impliquent le même groupe de juges fédéraux américains haut placés qui devraient engager des poursuites et instruire le procès des poseurs et imposteurs de la CIA que sont Edward Snowden et Julian Assange – s’ils étaient légitimes et non des agents de la CIA !

En outre, en tête des entreprises médiatiques de la CIA qui ont touché des pots-de vin pour imprimer des informations fausses et diffamatoires sur moi, des entreprises qui approuvent la censure de mon travail de journaliste et mon bannissement, des entreprises qui essaient d’avoir ma peau, se trouvent les mêmes « journalistes courageux de Snowden récompensés » des journaux de la CIA comme le Guardian et le New York Times, élevés au pinacle par leur ami menteur de la CIA, Glenn Greenwald.

Une autre connexion CIA-Snowden, qui a été rendue évidente par le biais d’attaques contre moi, est que « l’organisation des libertés civiles » américaine factice, l’ACLU (American Civil Liberties Union ») liée à la CIA, qui se présente comme un groupe d’aide aux Américains, les réduit en fait au silence et les assassine. L’ACLU accorde un soutien crucial au système américain de corruption des tribunaux et des juges, tout en aidant à abuser le monde et à mener des opérations d’extorsion et d’assassinat pour le compte de la CIA.

On se sent saisi de crainte respectueuse par la manière dont Dieu planifie les choses, qu’avec tous les efforts de la CIA pour me détruire, me censurer et « m’éliminer », je me retrouve dans la position particulière d’être capable de me mettre de manière unique au service de la Russie et de l’Europe, et d’aider à sauver de nombreuses vies, en contribuant à la divulgation complète et dévastatrice de l’imposture de « l’Opération Faux Dissident Snowden » de la CIA.

La révélation publique de la supercherie CIA-Snowden, fera beaucoup de bien au monde, en aidant toute l’Europe à comprendre comment elle est une cible continuelle de la CIA qui ment à travers ses médias, en Ukraine, au Moyen-Orient, autant qu’elle l’a fait dans « l’Opération Faux Dissident Snowden ».

La révélation de la tromperie de la CIA avec Snowden, ses médias de la CIA, et les gangsters pédophiles américains qu’ils soutiennent, sera également d’une grande aide pour les Américains qui subissent des menaces de mort dans leur « mouvement pour la Liberté », alors que de courageux et authentiques Américains essaient de raviver les droits de l’homme et les libertés, et à démanteler la machine de guerre américaine. Autant que la divulgation en cours des tromperies concernant le 11 septembre 2001, la révélation de « l’Opération Faux Dissident Snowden » de la CIA contribuera à assurer que jamais plus les Américains ne feront confiance aux médias de la CIA qui étouffent la vérité, ou à de faux « héros » présentés par la CIA comme Snowden / Greenwald.

Il est notable que ce gang meurtrier et mensonger de « journalistes de Snowden » primés et récompensés, comme Edward Snowden le sait parfaitement, sont réputés être des agents de la CIA qui s’emploient à réduire au silence, à bannir et à assassiner de véritables journalistes et activistes, tout en militant pour la « liberté de la presse » au profit de leur collègue manipulateur et imposteur, Edward Snowden.

Il est tragique que ce gang de journalistes de la CIA, sous la houlette de menteurs comme Edward Snowden, Glenn Greenwald et Julian Assange, soient complices des crimes les plus pervers et les plus psychopathes. Ils contribuent à verser le sang en Ukraine, tuant des Ukrainiens et des Russophones. Ils contribuent également à assassiner des dissidents américains, et des fonctionnaires honnêtes en Amérique. Ils soutiennent les plaisirs pervers et psychopathes de leurs parrains, y compris l’emprisonnement de gens innocents pour leur amusement et le viol de corps d’enfants.

* *

Ironiquement, comme je l’ai dit à Edward Snowden, il est risqué pour lui d’être autorisé à rejoindre ses collègues de la CIA, précisément en raison de cette imposture de la CIA – les Etats-Unis vont être très tentés de lui faire subir un « accident » quelconque, précisément parce qu’il en sait bien trop sur « l’Opération Faux Dissident Snowden » de la CIA. Snowden devrait se rappeler la mort subite qui a frappé les soldats américains qui ont apparemment « tué Ben Laden »* (en fait son sosie, NdT.) – ceux qui sont avides de servir les Etats-Unis peuvent être supprimés parce qu’ils en savent trop, au même titre que les critiques ou les dissidents américains.

* Août 2011 Un hélicoptère Chinook de l’armée US s’est écrasé vendredi soir vers 23h, dans une province du centre de l’Afghanistan, après avoir été touché par deux grenades RPG-7 tirées par la résistance afghane. L’attaque a fait 38 morts, dont 30 membres du « Navy SEAL Team 6 » qui avaient participé à l’opération l’ « Opération Neptune’s Spear ».

Sur la mort d’Oussama Ben Laden, il n’y avait ni corps ni photographie. Depuis vendredi soir, il n’y aura plus aucun témoins direct non plus, puisque les membres du « Navy SEAL Team 6 », troupe d’élite» de l’armée américaine, qui avaient participés à l’ « Opération Neptune’s Spear », sont morts dans le crash de l’hélicoptère qui les transportait.

* *

Comme la Russie le sait, je suis un également un Slave, un citoyen polonais par ma mère née en Pologne, mes ancêtres comprenant des intellectuels polonais, des Protestants unitariens du XVIème siècle. En raison de la persécution des Protestants par le Vatican, certains de mes ancêtres polonais ont choisi de se convertir au judaïsme au lieu du catholicisme, et cette partie de mon héritage partiel juif est la cause d’agressions néo-nazies fétichistes à mon encontre de la part de criminels américains, avides de localiser les « Juifs » qui paraissent vulnérables (c’est-à-dire des Juifs chrétiens) – tout comme les Néo-Nazis qui bénéficient actuellement de financements américains en Ukraine.

Ma mère a survécu en 1940 parce que sa famille est revenue au christianisme, mais a été énormément traumatisée par la guerre, comme de nombreux Russes peuvent le comprendre. Voir ma mère souffrir m’a donné un fort préjugé antifasciste, m’amenant à devenir un dissident américain aidant les gens normaux, au lieu de rejoindre les rangs de mes copains d’université de Harvard qui répandent des mensonges, provoquent des guerres, pratiquent la torture et tuent des gens innocents, en trompant et escroquant le monde entier.

Comme beaucoup de Slaves et de Russes, je suis une personne spirituelle. Alors que l’histoire du monde est actuellement à un tournant, alors que l’empire américain perd sa domination impériale, il s’agit d’un moment crucial pour la Russie, dont les actions se fondant sur les principes du droit international sur la scène mondiale, ont suscité tant d’espoir chez les gens du monde entier, et même aux Etats-Unis. Beaucoup d’entre nous en Occident, bien sûr, percevons la raison de la campagne de diffamation américaine dirigée contre la Russie. L’imposture CIA-Snowden constitue une grande partie de cette campagne mensongère, un jeu qui est voué à l’échec, et j’ai le privilège à présent de contribuer à la défaite de la machine de propagande meurtrière des Etats-Unis.

Les actions de la Russie me rendent fier d’être un Slave. En tant que citoyen polonais, je suis désolé que la Pologne ait un gouvernement* qui soutienne aussi stupidement la machine de guerre des Etats-Unis et la déstabilisation de l’Europe. Que Dieu accorde à la Pologne d’avoir de nouveaux dirigeants, qui auront la sagesse de rétablir de bonnes relations entre la Pologne et la Russie, et qui respecteront les actions courageuses et admirables de la Russie en faveur d’un monde meilleur.

*Le précédent président avait bien sur été assassiné. Accident de l'avion présidentiel polonais à Smolensk. Le 10 avril 2010, le Tupolev 154 transportant le président polonais Lech Kaczyński s'écrase lors d'une tentative d'atterrissage sur l'aéroport de Smolensk-nord, ne laissant aucun survivant parmi les 96 personnes à bord. Outre le chef de l'État, son épouse Maria Kaczyńska, le chef d'état-major des armées Franciszek Gągor ainsi que les dirigeants des différents corps de l'armée polonaise, le gouverneur de la Banque nationale de Pologne, le vice-ministre des Affaires étrangères, des membres des deux chambres parlementaires (dont les vice-présidents des deux chambres), des membres du cabinet présidentiel, des membres du clergé polonais et des représentants des familles des martyrs de Katyń périssent dans cette catastrophe

* *

Etant donné que ce rapport sera lu par un grand nombre de gens à l’extérieur de la Russie, je vais récapituler ci-dessous les nombreux aspects du schéma d’imposture de la CIA-Snowden-Greenwald, et des opérations de la CIA américaines, qui sont déjà très bien connues des services de sécurité russes.

En tout cas, ce rapport servira de résumé utile, du principal fauteur d’activités terroristes et guerrières des Etats-Unis-OTAN, financé par des dizaines de milliards de dollars de la CIA : les programmes de propagande, de contrôle des contenus des médias et de l’Internet de la CIA, que l’agent de la CIA, menteur et imposteur Edward Snowden, a si désespérément tenté de soutenir grâce à sa longue opération de supercherie de la CIA, menée de l’intérieur même de la Russie.

Au cœur de ces efforts médiatiques de la CIA, favorisés par l’agent et imposteur de la CIA, Snowden, affectant gravement la plupart des citoyens des pays de l’OTAN, se trouve le fait que la CIA-Google étouffe les informations, activités et sites internet dissidents sous 5 niveaux de propagande et de canulars de la CIA.

La CIA-Google, en plus de la censure flagrante de la vérité et de la publication et de la promotion agressive de mensonges, est sur le point de parvenir à une sorte « d’hypnose médiatique » du public occidental, qui est très difficile à combattre à moins qu’elle ne soit révélée et comprise.

Le contenu ci-dessous est organisé selon les chapitres suivants :

- A. Psychologie sous-jacente à l’imposture de la CIA-Snowden

1.L’imposture CIA-Snowden, si flagrante que même les écoliers occidentaux en rigolent ; la joie des Etats-Unis au vu des mensonges et de la supercherie ; la mafia corrompue des juges-avocats américains et l’élite américaine (cabale).

2.Les citoyens du monde et des Etats-Unis espèrent désespérément que des héros s’opposent au régime criminel des Etats-Unis, créant ainsi l’aveuglement par rapport aux mensonges flagrants de la CIA-Snowden.

3.Les « révélations » sur la NSA de la part de l’imposteur Snowden, ont été choisies parce que

- (a) elles n’étaient pas vraiment une nouveauté,

- (b) qu’elles étaient en apparence fascinantes, ajoutant du prestige aux médias de la CIA

- (c) que la révélation des médias de masse n’empêchait pas la surveillance, et augmente la terreur de ceux qui sont au courant, ajoutant à la réussite de la CIA-NSA.

4.Les jeux de propagande et de mensonges sont désespérément nécessaires pour dissimuler les actes criminels des Etats-Unis, un indice flagrant de la perte de puissance des Etats-Unis.

5. L’Etat-secret américain – le meurtre de fonctionnaires américains honnêtes ; la corruption, l’intimidation et le meurtre de juges américains ; le meurtre et la réduction au silence de journalistes et dissidents américains.

- B. Contrôle des médias par la CIA, poursuite par les Etats-Unis de la domination de la propagande mondiale

6. Les médias américains du secteur privé plus étroitement contrôlés que les médias d’état – censure et menaces par l’extorsion du gouvernement de l’ombre de l’Etat Secret

7. Le contrôle des contenus de l’Internet par le système CIA-Google et par CIA-Wikipédia, étouffant la vérité quand ce n’est pas de la censure pure et dure :

Niveau 1 – CIA-Google – censure et gestion des résultats de recherches par un programme de la CIA

Niveau 2 – CIA-Wikipédia (« Chaque imbécile sur cette planète croit ce que dit Wikipédia ») – artificiellement mis en avant par CIA-Google pour apparaître en tête des résultats de recherche, un « Cheval de Troie » pour imposer les mensonges et les idioties de la CIA – voir le rapport de police de l’UE sur l’escroquerie de l’appel aux dons de Wikipédia :

http://homment.com/FB3PjBQ2DF

Niveau 3 – Sites multiples de clones de CIA-Wikipédia (par exemples : Answers.com), remplissage par Google des résultats de recherches par des répliques de CIA-Wiki, permettant de supprimer et de dégrader la vérité.

Niveau 4 – Les médias du « secteur privé » liés à la CIA (Par exemple le New York Times, le Guardian, le Washington Post), les médias mensongers acquérant un nouveau prestige par « l’Opération Snowden ».

Niveau 5 – La création continuelle de nouveaux faux sites « dissidents » de médias de la CIA, tels que « First Look – The Intercept » par le menteur et amplificateur Glenn Greenwald, de sites « d’opposition contrôlée » servant à enterrer la vérité, et à piéger, anéantir, tuer et délégitimer de véritables dissidents.

Niveau 6 – Finalement une partie de la vérité émerge, au prix de la suppression de certains sites dissidents et de leur censure par la recherche Google, d’autres effectivement anéantis et étouffés par 5 niveaux de sites Internet liés à la CIA répandant des mensonges sur eux.

C. Mise en évidence de l’imposture de la CIA-Snowden

8. Corruption de 3 juges américains et actes de terrorisme commis par la société britannique Pearson SA, dans les dossiers de la police britannique et de ceux de la justice américaine – par l’implication criminelle primordiale du gang de la CIA des « journalistes de Snowden » et des avocats de Snowden.

9. Edward Snowden et le massacre de masse de citoyens américains (11 septembre 2001).

10. Dix objectifs de « l’Opération Faux Dissident » Snowden de la CIA et Assange – Ce que la CIA voulait accomplir en implantant Edward Snowden en Russie, et Julian Assange dans l’Ambassade d’Equateur à Londres -

Les 10 objectifs de « l’Opération Faux Dissident » de la CIA (Edward Snowden – Julian Assange) :

(1) Restaurer la crédibilité des médias anglophones moralement en faillite et mensongers liés à la CIA, soutenant les actes terroristes et le meurtre et travaillant pour les milliardaires américains – « Opération Mockingbird » (oiseau moqueur) de la CIA, du New York Times et du Washington Post, du Guardian britannique corrompu et contrôlé par les Rothschild, et de l’émanation du Guardian-CIA Glenn Greenwald.

(2) Créer la fausse impression que les Etats-Unis / Le Royaume Uni / l’OTAN bénéficient toujours de « médias libres », les histoires de Snowden – Assange donnant du crédit aux « fausses informations mensongères » destinées à promouvoir les actes de terrorisme international et les crimes de guerre, diffusées par les médias liés à la CIA-Snowden-Assange (par exemple les reportages mensongers du Guardian soutenant les crimes commis avec l’aide des Etats-Unis en Syrie).

(3) Aider à identifier et à anéantir les authentiques dénonciateurs américains, britanniques et membres des pays de l’OTAN, en les incitant à faire confiance à de faux « journalistes courageux » de Snowden (Greenwald, le Guardian, NYT, soutenus par la CIA), ensuite ces médias aident la CIA à réduire au silence, anéantir, faire chanter, tuer tous les véritables lanceur d’alerte, dénonciateurs et dissidents.

(4) Augmenter la peur générale, la terreur et également l’acceptation de l’appareil de surveillance « Big Brother » des Etats-Unis-OTAN, intimidant même des alliés des Etats-Unis comme l’Allemagne – la CIA ayant estimé que la publication des « révélations de l a NSA » ne l’empêcherait pas de poursuivre ses activités, étant donné:

- (1) la soumission des alliés des Etats-Unis

- (2) la poursuite plus secrète de la surveillance tout en la niant

- (3) l’état de ruine du système judiciaire et politique des Etats-Unis – à mettre en parallèle de la manière dont des décennies de « révélations » des pratiques de torture de la part des Etats-Unis n’ont jamais mis fin à la torture.

(5) Encourager tous les autres gouvernements du monde – embarrassés par les « Wikileaks » filtrés et sponsorisés par la CIA, sélectionnés pour mettre dans l’embarras d’autres pays beaucoup plus que les Etats-Unis – à soutenir en silence la censure et le contrôle de l’Internet, afin d’éviter à l’avenir des embarras similaires aux membres des gouvernements.

(6) Marginaliser et discréditer effectivement tout véritable dissident ou dénonciateur américain ou membre d’un pays de l’OTAN, et leurs révélations, parce qu’ils ne réussiront pas à capter l’audience des médias comme dans le cas de Snowden ou la couverture médiatique des fameux « journalistes de Snowden » - de façon similaire à celle dont la corrompue ACLU américaine, le faux groupe des « libertés civiles », marginalise les critiques authentiques et les dizaines de milliers de victimes de la corruption des tribunaux américains, simplement parce qu’ils ne bénéficient pas du soutien de la « fameuse » ACLU.

(7) Faire progresser la partie CIA de l’ancien domaine CIA-NSA qui est en discussion dans le gouvernement des Etats-Unis, en faveur de la CIA plus traditionnellement alliée aux familles américaines dirigeantes fortunées ; en réussissant à limiter les pouvoirs de la NSA, qui avait été ressentie comme une menace générale (chantage) et même une menace financière (délits d’initiés) pour les familles dirigeantes américaines.

(8) Préparer le terrain pour un nouveau régime international occidental des oligarques américains, après la survenance du prochain et inévitable effondrement du « pétrodollar » et de l’économie américaine, grâce auquel les familles dirigeantes américaines chercheront à maintenir le pouvoir de l’Occident même après la faillite du gouvernement des Etats-Unis – en canalisant le dédain envers les Etats-Unis vers des « entités internationales » vantées par les médias, qui vont « superviser » une « solution » aux « abus de la NSA » et autres « problèmes » mis en avant par la CIA, et bien sûr promus par les fameux « journalistes de Snowden ».

(9) Détourner l’attention des personnes honnêtes et dévouées du monde occidental, grâce à leurs faux « héros » fournis par la CIA, de la perception que la réalité occidentale est dominée par la CIA, y compris le fait que cette dernière impose un contrôle des contenus au monde occidental par le biais de la censure CIA-Google des résultats de recherches et de la diffusion de mensonges par CIA-Wikipédia en les mettant en tête des résultats des recherches.

http://homment.com/FB3PjBQ2DF

(10) Pénétrer les services de sécurité et de renseignement en Russie, en Equateur et dans d’autres pays et manipuler les pays indépendants des Etats-Unis, en fournissant une plateforme grâce à laquelle des menteurs comme Snowden et Assange pourront promouvoir les médias de la CIA et de futurs actes de terrorisme, d’appels à la guerre et de meurtre.

11. Récent test de Snowden et Assange, les deux se révélant être des agents de la CIA, dans la folle escalade de leurs mensonges au profit des médias et organisations partenaires de la CIA.

- D. L’équipe des menteurs de la CIA Edward Snowden (et Julian Assange) – les faux « journalistes courageux » de la CIA, les « avocats » et les imposteurs des « groupes de libertés civiles » liés à la CIA.

12. Faux CV de Snowden et faux récit du « vol de documents »

13. La farce de Snowden à Hong Kong, fausse « remise » à Glenn Greenwald et à l’équipe de journalistes de la CIA, en fait des documents fournis directement par le gouvernement américain.

14. La longue histoire des faux « journalistes courageux », l’agent de renseignement Bob Woodward et le canular du « Watergate », le « Coup d’état silencieux » de la CIA-Militaires américains contre Nixon.

15. Le faux « journaliste courageux » lié à la CIA, Bart Gellman, parrainé par le faux « journaliste courageux » de la génération précédente, Bob Woodward du Washington Post.

16. Le New York Times corrompu, meurtrier, lié à la CIA, soutenant la suppression du droit à la parole, la censure, la diffamation et le meurtre de véritables dissidents.

17. Le Guardian britannique corrompu, meurtrier, lié à la CIA, connu de la police britannique comme le média le plus corrompu de Grande-Bretagne, coupable d’obstruction à la justice en matière pénale ; le Guardian soutenant la suppression du droit à la parole, la censure, la diffamation et le meurtre de véritables dissidents.

18. Glenn Greewald lié à la CIA, au service des familles de trois milliardaires, recevant à toute vitesse des dizaines de millions de fonds provenant de la CIA, lié à Omidyar (Pierre Omidyar, fondateur d’e-Bay, NdT.) qui a contribué à financer les opérations américaines qui ont répandu le sang des innocents en Ukraine, en soutien de ses amis meurtriers de la CIA.

19. Les partenaires gouvernementaux britanniques de la CIA, les coups tordus pour soutenir le Guardian-CIA et Greenwald-CIA, les fausses « attaques » ridicules pour détruire les ordinateurs du Guardian (haha !), la mise en scène du harcèlement du « mari » homosexuel de Greenwald.

20. L’ACLU américaine, une fausse organisation des « libertés civiles » liée à la CIA, soutenant les mensonges de Snowden et des médias de la CIA, tout en contribuant à réduire au silence et à tuer de véritables dissidents, à enterrer la vérité sur des crimes cruciaux du régime des Etats-Unis, la corruption judiciaire des Etats-Unis, le 11 septembre 2001 ; Plato Cacheris, l’avocat de Snowden, lié à la CIA, impliqué pendant des décennies dans des opérations de la CIA, y compris deux attaques de la CIA contre des présidents américains, qui négocie actuellement le retour de Snowden chez ses amis de la CIA.

* *

Voici maintenant les détails des 20 chapitres énumérés précédemment :

A. La psychologie sous-jacente à l’imposture de Snowden-CIA

1. L’imposture de Snowden-CIA qui est si flagrante que même des écoliers occidentaux en rigolent ; la joie des Etats-Unis au vu des mensonges et de la supercherie ; la mafia corrompue des juges-avocats américains et l’élite américaine (cabale).

L'agent Snowden de la CIA a été un imposteur depuis le début, comme le soupçonnaient dès le départ de nombreux observateurs pas seulement des services de sécurité russes, mais également en Occident, au sein des authentiques dissidents, et par exemple parmi des observateurs perspicaces des sites financiers fréquentés par les investisseurs occidentaux, où de nombreux commentateurs se sont empressés de qualifier de « conneries » le déballage de mensonges d’Edward Snowden et de ses « journalistes » qui ont touché des millions de dollars fournis par la CIA.

De nombreux « chiffons rouges » se sont immédiatement agités à la vue du drame de Snowden amplifié par les médias de la CIA, tels que les liens de Snowden avec la famille du principal conseiller de la CIA auprès du gouvernement américain et avec le grand architecte de la stratégie antirusse, Zbigniew Brzezinsky*. Le fils de Zbigniew, Ian, était un collègue de Snowden chez Booz Allen, un sous-traitant de la CIA-NSA, et la fille de Zbigniew, Mika, une journaliste liée à la CIA et au régime, a été une des premières à diffuser son « histoire ».

*Ancien conseiller à la sécurité de Jimmy Carter et héritier de la noblesse « noire » polonaise.

Les chiffons rouges se sont multipliés avec l’approbation immédiate par la CIA et le régime américain du livre écrit à toute vitesse par le menteur de la CIA Glenn Greenwald, dont la plus grande récompense a été un prix de 50 millions de $ ( ! ) de la part du milliardaire américain Pierre Omidyar, qui a contribué à financer le programme de la CIA en Ukraine qui a entraîné l’effusion de sang de tant d’innocents. Greenwald et Omidyar ont bien rigolé de leurs deniers sanglants de Judas, en posant comme « propriétaires » des « documents volés au renseignement américain », étalant librement leur richesse sur le sol américain, ignorés de la « justice » américaine. Quiconque est familier du gouvernement américain sait parfaitement qu’ils auraient fait l’objet de poursuites judiciaires, de confiscations et de « sanctions » s’ils n’avaient pas appartenu à la CIA.

Peut-être que le plus risible des mensonges de la CIA dans l’histoire de Snowden a été la contribution des partenaires de la CIA dans le gouvernement britannique, avec leur vidéo et leur histoire de destruction des ordinateurs du journal Guardian lié à la CIA, une pantalonnade absurde que le gang CIA-Snowden prétendait être une « agression contre le journalisme de Snowden ».

Les jeunes d’aujourd’hui comprennent parfaitement la notion de stockage sécurisé de données à l’étranger et inaccessibles par Internet. La police britannique sait parfaitement que le Guardian est le journal le plus corrompu de Grande-Bretagne (Pearson SA versant des pots-de-vin à l’éditeur Alan Rusbridger) – donc le Guardian et les partenaires de la CIA au Royaume Uni étaient assez désespérés pour initier cette farce.

Pourquoi la CIA et le régime des Etats-Unis se risqueraient-ils à une imposture aussi flagrante ? Une partie de la réponse réside dans la grande prédilection américaine pour la supercherie médiatique, comme méthode d’influence des êtres humains. Le pouvoir de tromperie et de manipulation des esprits est quelque chose que les dirigeants américains apprécient autant que les changements de régime, la fraude économique et la domination militaire. En observant les victimes qui semblent croire leurs mensonges, les Américains ressentent un « pic » d’euphorie, et l’apprécient autant que de verser le sang humain.

C’est lié avec une faille particulière de la culture américaine – le culte américain des juges et avocats corrompus qui rendent tous les crimes « légaux » avec des mots. Pour l’élite américaine (la cabale), le meurtre, la torture, les sévices sur les enfants, l’incitation à la guerre, tous les type de crimes psychopathes, deviennent tous « légaux » par une approbation (souvent secrète) par un juge américain, peu importe que les juges soient corrompus, menacés de mort, ou recueillent de faux témoignages, etc. Pour beaucoup d’Américains, les « mots » adéquats, quand ils sont acceptés par un juge ou une autre autorité, rendent « légaux » tous les actes criminels et sanguinaires.

Le culte américain de la corruption judiciaire – l’outil principal de la mafia du gouvernement de « l’Etat secret » – n’est pas très connu, parce que les experts en la matière – comme moi - sont « éliminés » des recherches sur internet, alors que des juges américains « ordonnent » directement à Google de censurer les preuves et les travaux des journalistes qui documentent leurs crimes. Au lieu de cela, le monde est trompé et dupé par l’image des tribunaux américains que véhiculent les films d’Hollywood et les recherches Google sur le sujet – dissimulant ainsi la triste réalité.

Le rôle central de la mafia des juges-avocats américains est la raison pour laquelle plus d’1 million d’Américains sont devenus des avocats dans ce qui constitue le système judiciaire le plus profondément corrompu de la planète. Bien que de nombreux avocats américains soient désormais au chômage ou ne perçoivent que de faibles revenus, ils sont souvent devenus des avocats d’abord parce qu’ils espéraient accéder au moins à un rôle subalterne dans la mafia des tribunaux américains, avec un permis de voler la richesse des autres.

Dans la mentalité américaine, les « mots » sont ce que vous utilisez pour détruire, violer, voler et tuer, et également pour dissimuler ce que vous faites – comme cela se produit quotidiennement dans les tribunaux américains, tous « légaux ». Les Américains pensent souvent que toutes les actions de la CIA, tous les meurtres, les sévices sur les enfants, tout le reste, sont tous « légaux » parce qu’un quelconque juge pourri aux Etats-Unis leur a établi un blanc-seing. C’est le point de vue d’Edward Snowden et de ses acolytes médiatiques de la CIA, quand ils mentent à la Russie et au monde sur leur véritable nature.

Tout cela se goupille avec la foi narcissique des Américains dans le fait que tout le monde est trompé par le mensonge habile des Américains, et que personne n’est aussi habile que les gangsters criminels américains. Le régime des Etats-Unis, qui est un élève appliqué des Nazis d’Adolf Hitler et de leurs techniques, a pris à cœur le principe Hitler-Goebbels que les gros mensonges sont plus faciles à vendre que les petits, étant donné la tendance individuelle à douter que de tels mensonges seraient jamais proférés, et seraient inlassablement répétés, sur Google et Wikipédia par exemple, jusqu’à hypnotiser tout le monde.

Comme un observateur l’a écrit avec justesse : « dans la société américaine, les dissidents sont systématiquement calomniés, stigmatisés, harcelés et diabolisés. Dès qu’ils connaissent la réussite, ils se font assassiner » (Stephen De Voy, « Brisez vos chaînes »). C’est la véritable situation dans laquelle se trouvent les dissidents américains – même parmi les précédents dénonciateurs de la NSA, AUCUN n’a bénéficié d’un traitement de star de la part des médias de la CIA, comme cela a été le cas de l’agent de la CIA, menteur et imposteur Snowden.

Et maintenant, Edward Snowden lui-même, son collègue de la CIA Julian Assange, et leur partenaire de la CIA Glenn Greenwald, reçoivent tous les éloges huileux des entreprises médiatiques de la CIA, qui assassinent des Européens, et contribuent à calomnier et tuer les véritables dissidents de leur propre pays. Ils font l’éloge de gens dont ils savent tous qu’ils sont impliqués dans les crimes les plus écœurants, en versant le sang et violant des corps d’enfants. Il est absolument flagrant que Snowden a été un imposteur de la CIA depuis le début.

2. Les citoyens du monde et des Etats-Unis souhaitent désespérément voir des héros s’opposer aux crimes du régime des Etats-Unis, créant l’aveuglement par rapport aux mensonges flagrants de la CIA-Snowden.

Quant aux millions de gens abusés par la tromperie de la CIA-Snowden, nous pouvons voir au sein de l’humanité émerger un grand optimisme et la foi et l’espoir dans la bonté humaine, et un désir de s’opposer aux crimes horribles et à l’hégémonie des Etats-Unis. La vulnérabilité du monde et du public américain à l’imposture de la CIA-Snowden, réside précisément dans l’envie émotionnelle des gens de voir un sauveur / héros / leader populaire s’élever contre les crimes du régime américain, et cette envie a été exploitée à fond par la CIA dans cette imposture d’Edward Snowden.

Les gens aspirent si intensément, désespérément et émotionnellement à vouloir un « héros » qui semble se dresser pour s’opposer aux Etats-Unis. Et, étant donné que les gens modernes sont des créatures profondément influencées par les « vedettes » que leur présentent les médias, les gens veulent que leur héros soit une « célébrité internationale », qu’ils puissent célébrer avec des millions d’autres gens.

Comme la CIA l’a justement estimé, ces émotions sont si fortes, que

- (a) les gens ont pu être dupés par les propres moyens des médias de la CIA, quant à qui allait incarner un tel « héros » ;

- et (b) les gens séduits par quelques mots de ce faux « héros » monté en épingle par les médias, seraient ensuite aveugles à toute indication que le « héros » était un usurpateur, soutenant des menteurs et des meurtriers, tout comme le fait Snowden.

Les gens n’ont pas remarqué que Snowden les menait par le bout du nez, pour soutenir les médias et les organisations de la CIA qui contribuent activement à assassiner des gens innocents en Europe et aux Etats-Unis. Ils ne remarquent pas que Snowden alimente la machine de guerre de la CIA, que Snowden contribue à réduire au silence, à censurer, à calomnier et tuer les véritables dissidents américains.

Les dissidents américains du « Mouvement pour la Liberté » digèrent mal que la CIA-Snowden soit le principal représentant de commerce d’un gang criminel essayant d’étouffer la « vérité sur le 11 septembre », la question qui le plus souvent éveille les dissidents américains, lorsqu’ils apprennent que c’est le gouvernement américain qui a massacré ses propres citoyens. Avec la promotion de Snowden par les médias de la CIA, les gens sont frappés par le vedettariat de leur faux « héros », donc ils ignorent les mots par lesquels ils s’incrimine lui-même, lorsqu’il reconnaît que ses « révélations » sont directement gérées et approuvées par le gouvernement américain lui-même.

En fait, l’agent Snowden de la CIA, s’exprimant sous les spots des médias de la CIA, dit quelques mots gentils sur la « vie privée » et la « Constitution des Etats-Unis », pour immédiatement après se répandre en éloges absurdes sur les criminels meurtriers, pédophiles, sanguinaires, déniant tous droits humains, les « médias » de la CIA acquérant une toute nouvelle crédibilité en raison des illusions de « Snowden ».

« L’erreur » cruciale que la plupart du monde a commise dans l’imposture de la CIA-Snowden, est de « faire confiance » émotionnellement aux sources des médias liés à la CIA, pour leur dire qui est un héros ou pas. La CIA sait qu’elle peut utiliser le pouvoir des médias de masse comme une sorte de pouvoir hypnotique, satisfaisant émotionnellement, même si les faits ne correspondent pas à « l’illusion » Snowden.

La vérité évidente, tragique et dépassionnée est qu’Edward Snowden n’est qu’un imposteur, un menteur américain de plus, un autre usurpateur et meurtrier américain de la CIA soutenant les crimes les plus pervers et psychopathes du régime des Etats-Unis. Mais Snowden sera peut-être un des derniers imposteurs américains à tromper à ce point le monde.

3. Les « révélations » sur la NSA de la part de l’imposteur Snowden, ont été choisies parce que :

- (a) elles n’étaient pas vraiment une nouveauté,

- (b) qu’elles étaient en apparence fascinantes, ajoutant du prestige aux médias de la CIA

- (c) que la révélation des médias de masse n’empêchait pas la surveillance, et augmente la terreur de ceux qui sont au courant, ajoutant à la réussite de la CIA-NSA.

Comme l’ont fait remarquer des dirigeants russes et d’autres, il y avait en réalité peu de « nouveautés » dans les révélations de Snowden, mis à part certains détails et du relief et en donnant les noms spécifiques de certaines activités connues de la NSA. Les activités de la NSA, telles que « révélées » par le gang criminel de la CIA des « courageux journalistes de Snowden » comme l’onctueux menteur Glenn Greenwald, étaient en fait bien connues non seulement des grands services de renseignement nationaux, mais également de la plupart des lecteurs des divers sites internet « dissidents » et « conspirationnistes » contenant des documents significatifs sur les crimes de l’empire américain.

Comme la Russie l’a bien enregistré, il y a eu une bonne demi-douzaine de lanceurs d’alerte précédents de la NSA, qui ont présenté le même contenu que Snowden, et qui ont en fait souvent révélé ces documents d’une manière beaucoup plus tranchante – par exemple en parlant de la manière dont chaque fonctionnaire du gouvernement, chaque juge fédéral, chaque Sénateur ou Représentant au Congrès, et même le Président Obama, étaient sous la menace constante d’un chantage en raison des dossiers de la NSA sur leurs activités.

Mais tous ces précédents lanceurs d’alerte de la NSA ne faisaient pas partie du plan de la CIA qui se déroule actuellement par « l’Opération Faux Dissident » avec Edward Snowden. Ces précédents lanceurs d’alerte, sans l’intense promotion des entreprises médiatiques de la CIA, ont souvent végété dans l’anonymat, leurs révélations étant la plupart du temps enfouies dans les archives des sites internet « conspirationnistes », sous les 5 niveaux de suppression internet de Google (voir ci-dessous).

Pour le grand public, qui ne regarde et ne lit que les « grands médias », c’est-à-dire ceux qui bénéficient du soutien de la CIA, les « révélations de Snowden » apparaissaient comme une nouveauté, et c’était la première fois qu’il entendait parler de ces activités. Pour le grand public, les révélations étaient bien sûr, fascinantes, intéressantes et séduisantes.

L'imposture de la CIA-Snowden était, à un certain point, un canular assez brillant, même s’il tombe maintenant en morceaux. En apparence, il semblait que tous ceux qui parlaient de ces horribles activités de la NSA « devaient être authentiques » - peu de gens ont prêté attention à ce que Snowden disait d’autre. Lorsqu’il sort des limites étroites du récit scénarisé par la CIA sur les « révélations sur la NSA », le rôle de Snowden est celui d’un représentant de commerce louche et obséquieux pour les médias de la CIA impliqués dans des actes de terrorisme, le meurtre d’innocents, le viol de corps d’enfants, l’étouffement et le bannissement de véritables dissidents, la corruption de juges américains, et la dissimulation de la vérité sur le 11 septembre 2001.

Même pour de nombreuses personnes qui avaient précédemment été au courant des crimes et activités de surveillance de la NSA, c’était également attrayant de voir les grands médias répandre l’histoire de « Snowden » dans le monde entier. La plupart des gens aujourd’hui ne s’avouent pas facilement à quel point ils sont émotionnellement attirés ou affectés par le pouvoir des médias, même de ceux dont ils savent intellectuellement qu’ils sont corrompus et liés à la CIA.

Même pour de nombreux critiques du régime des Etats-Unis et des dissidents, le drame de « Snowden » les a amenés à abandonner temporairement tout esprit critique habituel par rapport aux médias, et à accepter soudainement toute l’histoire mensongère des « courageux journalistes de Snowden », comme si les médias mensongers et meurtriers de la CIA s’étaient en quelque sorte « convertis à la religion » et à la foi en Dieu pour devenir finalement honnêtes. A cet égard, les « révélations de Snowden » de cette « Opération Faux Dissident » de la CIA, ont été brillamment calculées par leurs psychologues politiques (et ils en ont beaucoup).

Bien que ne révélant que peu de nouveautés par rapport à ce qui était déjà rendu « public » (bien que sous une forme moins spectaculaire), ces « révélations de Snowden » ont été indéniablement attirantes, non seulement pour un public moins informé, mais même pour des critiques américains bien informés dont on attendait mieux.

En même temps, un autre aspect assez brillant de choisir les « révélations sur la NSA » pour « l’Opération Faux Dissident Snowden » est que l’exposition médiatique de ces activités de la NSA n’allait pas et n’irait pas provoquer de changements significatifs dans les activités elles-mêmes.

Les psychologues de la CIA qui ont essayé de tromper la Russie et le monde avec “Snowden” ont correctement calculé qu’avec le système de gouvernement brisé et dysfonctionnel de l’Amérique, avec ses deux faux « partis politiques » qui en réalité n’en font qu’un ; et avec le système judiciaire brisé et non-indépendant de l’Amérique, composé de juges fédéraux corrompus et sous le coup de menaces d’être liquidés ; il n’y aurait pas de changements matériels dans les activités de la NSA.

La CIA a calculé que les « révélations de Snowden » deviendraient une nouvelle distraction sans fin, sans conséquences, pour les éléments de la dissidence américaine, qui seront du même coup distraits et incités à faire confiance aux médias de la CIA et aux groupes « de soutien à Snowden ».

Certains ajustements mineurs de nature cosmétique seraient apportés aux activités de la NSA, pour apaiser les partenaires internationaux et créditer d’une fausse « victoire » l’Opération Snowden, pendant que les mêmes activités de la NSA se poursuivraient, peut-être avec un peu plus de discrétion et de dissimulation qu’auparavant, grâce à des autorisations secrètes de l’exécutif américain, et par l’intimidation / corruption des juges américains.

La NSA également, était une cible probable pour la réorientation de son statut, étant donné qu’il s’agit d’un service plus « récent » capable de faire du chantage sur les familles politiques américaines, et également capable de délits d’initié qui pouvaient affecter des milliards de transactions financières, et qui était de ce fait devenu un élément perturbateur pour les principales familles politiques américaines, par rapport à une CIA plus traditionnelle qui a longtemps été le principal bras armé de « l’Etat secret » des Etats-Unis – le pouvoir du Gouvernement de l’ombre. (Voir ci-dessous les 10 objectifs de la CIA dans « l’Opération Faux Dissident Snowden »).

4. Les jeux de propagande mensongère sont désespérément nécessaires pour dissimuler les actions criminelles des Etats-Unis, un indice du déclin du pouvoir des Etats-Unis

Comme le sait bien la Russie, et comme le comprennent même beaucoup de gens aux Etats-Unis, ces derniers sont très vulnérables comme empire déclinant, en ce moment de l’histoire où leurs techniques de contrôle de longue date sont en train de s’affaiblir et de s’effondrer.

Une partie de cette vulnérabilité réside dans le fait que les tromperies financières des Etats-Unis fondées sur le « dollar américain monnaie de réserve mondiale » s’acheminent vers leur fin inévitable au cours de cette décennie. Dans un proche avenir, les Etats-Unis seront incapables de financer leur énorme déficit commercial avec l’impression de dollars et l’émission d’obligations gouvernementales, menant à un appauvrissement croissant des Américains, déjà durement éprouvés par les exigences financières des militaires.

Il ne reste que peu de temps où les dollars et les obligations du trésor américains seront encore considérés comme des valeurs sûres, en vertu de l’illusion actuelle. Les dirigeants américains savent que l’heure tourne, et qu’il y aura bientôt un nouveau système financier mondial, dans lequel les Etats-Unis devront payer leurs importations avec quelque chose de concret ayant une réelle valeur – et non plus avec du papier de la dette américaine.

Dans cette période de déclin de la puissance des Etats-Unis, les élites dirigeantes américaines vont essayer d’utiliser tous leurs leviers – leur influence militaire, leur contrôle des flux des ressources mondiales et des alliances comme l’OTAN – pour optimiser leurs positions avant que ne survienne la crise du dollar et des obligations du trésor.

En partie à cause de la nature de la technologie des médias modernes – et en partie à cause des opérations de propagande intensive de longue date des Etats-Unis eux-mêmes, vendant au monde l’image trompeuse de l’Amérique véhiculée par le « cinéma Hollywoodien » et les stupidités de la CIA par Google – le régime des Etats-Unis doit essayer de dissimuler ses actions malhonnêtes, agressives, en violation des lois internationales, derrière une forte dose de propagande médiatique.

Nous nous trouvons maintenant dans la situation, par exemple, où le citoyen européen moyen et l’homme d’affaire européen, n’a aucune envie d’accepter l’hostilité officielle de l’OTAN envers la Russie. Les gouvernements européens peuvent sentir l’opposition de leurs électeurs à leur alignement servile sur les positions des Etats-Unis. Le cadre dans lequel opèrent les Etats-Unis nécessite une lourde propagande et beaucoup de tromperie, pour maintenir un semblant de crédibilité pour eux-mêmes et leurs partenaires.

A mesure que la propagande des Etats-Unis est révélée comme étant une escroquerie, les dirigeants d’autres pays, même membres de l’OTAN, sont trop embarrassés pour s’aligner sur les positions extrêmes des Etats-Unis. Au cours de l’année dernière, nous avons assisté à la révélation d’un certain nombre de mensonges et de tromperies propagés par les Etats-Unis, sur la situation en Syrie, en Ukraine et sur d’autres sujets. Cette révélation a été le fait de médias qui ne sont pas liés à la CIA et au gouvernement américain – des médias de pays non-membres de l’OTAN, et les médias de journalistes indépendants, de blogueurs et de dissidents, qui luttent pour révéler les mensonges, malgré les tentatives américaines de saturer l’internet de fausses informations.

C’est là qu’entre en jeu « l’Opération Faux Dissident Snowden » de la CIA, de mensonges désespérés - et tombant à plat - où nous voyons cet imposteur de Snowden et ses partenaires comme Glenn Greenwald, essayer de restaurer le lustre du programme des médias de la CIA, et même tenter de créer un nouveau « média alternatif » soutenu par la CIA pour aider à éliminer les authentiques médias alternatifs qui disent la vérité sur l’Amérique.

Pendant maintenant 100 ans, les élites anglo-américaines avaient acquis la primauté de la propagande, et ont avidement parrainé et financé les meilleurs esprits de gestion de la propagande qu’ils ont pu trouver. Le maître des médias nazis, Joseph Goebbels lui-même, a bâti sur ce qu’il avait appris des pays anglophones et l’Amérique d’aujourd’hui s’inspire à son tour de Goebbels.

Les principes de base du ministre de la propagande nazie, Goebbels, demeurent les principes fondamentaux des efforts de contrôle des médias de la CIA. – Répétez inlassablement les mêmes mensonges – Les gros mensonges sont plus faciles à vendre que les petits – Mélangez-les avec quelques vérités et vous pourrez vendre autant de mensonges que vous voulez – Proférez quelques vérités qui éveillent l’intérêt et la fascination, et ensuite utilisez votre prestige pour vendre d’énormes mensonges qui tuent et provoquent un bain de sang.

C’est cela, verser le sang humain par la vente de mensonges, qui est le rôle de l’agent de la CIA et faux dissident Edward Snowden.

5. « l’Etat secret » des Etats-Unis – Meurtre d’honnêtes fonctionnaires ; corruption, intimidation et assassinat de juges ; meurtre et étouffement de journalistes et de dissidents américains

Pour comprendre l’imposture d’Edward Snowden et son fonctionnement, il est important de comprendre l’histoire occulte de l’extorsion et de l’assassinat politique aux Etats-Unis, dont sont directement issus le projet Snowden, les journalistes de Snowden et même les avocats de Snowden. La série interminable d’assassinats politiques, d’extorsions et de brutalités politiques aux Etats-Unis, aident également à clarifier pourquoi Snowden est un imposteur, pour lequel la CIA crée maintenant un « accord » pour le faire « revenir chez lui ».

Ce que la Russie sait parfaitement, mais que la plupart des Américains ignorent encore, est que l’appareil gouvernemental des Etats-Unis, a été capturé il y a longtemps par un « Etat secret » - un appareil gouvernemental de l’ombre composé des familles politiques les plus riches de l’Amérique, qui « possèdent » (contrôlent) toutes les 3 branches du gouvernement des Etats-Unis, plus tous les principaux médias américains, et qui utilisent la CIA comme leur instrument.

Dans la période de l’immédiate après-guerre, la CIA, ses services connexes et ses prestataires, ont évolué pour devenir l’instrument de prédilection des familles dirigeantes des Etats-Unis, dont les actions se situaient bien au-dessus des lois et des membres du gouvernement des Etats-Unis.

Avec un permis illimité de tuer, faire chanter, extorquer ; contrôlant et intimidant les médias comme outil principal, et avec des sources de financement telles que le trafic de drogue ; le complexe de la CIA n’est que théoriquement « sous l’autorité » du Président des Etats-Unis. Son « véritable patron », ce sont les familles politiques de milliardaires et de multimilliardaires, pour lesquels il agit sans aucune éthique ni aucun scrupule, les assistant dans les crimes les plus écœurants et les plus psychopathes, tels que prendre du plaisir avec les corps d’enfants morts.

L'imposture de la « démocratie républicaine » des Etats-Unis d’Amérique est que tous les Sénateurs et Représentants du Congrès, tous les juges des cours suprêmes, et même le Président des Etats-Unis, s’ils ne font pas eux-mêmes partie de ces familles régnantes, n’en sont que des serviteurs, sous la menace constante de chantage, d’extorsion et même de mort s’ils ne se soumettent pas à « l’Etat secret – au gouvernement de l’ombre », qu’ils servent en lieu et place du peuple américain.

Comme il apparaît clairement dans le langage corporel, le visage et la voix du Président Obama, il n’est pas un « Président » véritablement puissant des Etats-Unis d’Amérique, mais plutôt un porte-parole et un représentant de commerce agissant sous les ordres, et sous la menace s’il s’éloigne de trop de ce qu’on lui dit de faire. Propulsé au pouvoir pour son habilité de vendeur, les scandales lui collent aux basques pour rappeler à Obama que sa vie ne lui appartient pas, qu’il peut être « évincé » à tout moment.

C'est plus compliqué que cela !

Comme le sait la Russie, la CIA est directement impliquée dans les attentats brutaux et violents destinés à éliminer 4 des 10 derniers Présidents des Etats-Unis, avec deux Présidents sur lesquels on a tiré (John Kennedy assassiné et Ronald Reagan blessé, NdT.) et deux autres ayant subi des « scandales » de mise en accusation en vue de destitution (Richard Nixon destitué, Bill Clinton qui s’en est tiré, NdT.) avec l’aide de la propagande médiatique. Ces « éliminations de Présidents américains » ont un lien direct avec l’imposture d’Edward Snowden, avec un mentor crucial des journalistes de Snowden et l’avocat américain de Snowden, Cacheris, impliqués dans les attaques de la CIA sur des Présidents des Etats-Unis.

Le monde dans lequel agissent les familles politiques dirigeantes de l’Amérique est un monde froid et déprimant sur lequel flotte l’odeur de la mort. Ils n'éprouvent aucune émotion. Pour ceux d’entre nous qui avons un cœur et une âme spirituels, il n’y a aucune tentation de rejoindre un tel monde – même si mes copains d’université de Harvard sont devenus Juge à la Cour Suprême, Président de la Réserve Fédérale, Secrétaire de la Sécurité Intérieure (Homeland Security), responsable médiatique du Président des Etats-Unis, etc. Ils sont riches à millions, mais leur « pouvoir », leur « richesse » ont été acquis au prix d’avoir souillé leur âme, et ils ne semblent être que les prisonniers de luxe d’un pénitencier qu’ils ont contribué à construire. Alors que moi, qui suis pauvre et sous la menace, je mourrai au moins en homme libre avec une âme intacte.

Beaucoup de gens se posent des questions sur la clique de familles politiques qui dirige l’Amérique – quelques milliers de gens, dont quelques centaines de dirigeants-clés ou « décideurs » - et sur la manière dont ils opèrent et prennent leurs décisions, les instruments qu’ils utilisent, tels que le CFR (Council on Foreign Relations) lié à la CIA. Mais ce qui est parfaitement évident, c’est que si à un certain niveau ces familles jouissent d’une grande « liberté de manœuvre », pour détruire, extorquer, ruiner, emprisonner et tuer des gens innocents, violer des corps d’enfants, etc. – à un autre niveau, ces familles sont très encadrées dans ce qu’elles font, et ne peuvent agir comme elles le veulent dans des domaines cruciaux pour d’autres familles.

Même les milliardaires américains, ne peuvent pas rompre les rangs avec les autres familles dirigeantes, de peur d’encourir de terribles conséquences de la part de la CIA et de ses alliés en utilisant les leviers des tribunaux et du gouvernement contre eux. Aussi longtemps qu’ils vivent ou possèdent des biens aux Etats-Unis, ils doivent respecter le consensus des familles dirigeantes américaines, ou être détruits.

Les deux hommes les plus riches d’Amérique, mon copain d’université de Harvard Bill Gates (Microsoft) que je connais depuis l’enfance, et Warren Buffett (Berkshire Hathaway), ont été tous deux menacés lorsqu’ils agissaient trop indépendamment au goût de la classe dirigeante américaine. Ils ont tous deux, été menacés de poursuites judiciaires – par les juges et autorités de régulation corrompus et sous pression. Lorsqu’ils se sont « calmés » et se sont soumis aux politiques américaines, les menaces de poursuites judiciaires et réglementaires à leur encontre se sont évanouies comme par enchantement.

Curieusement, aussi bien Buffett que Gates, ont des liens familiaux avec la « mafia » politico-judiciaire de l’Amérique. Buffett est le fils d’un ancien membre du Congrès. Gates est le fils d’un avocat ayant des relations politiques haut-placées, et Gates est devenu riche après que des juges américains (sous pression/corrompus/menacés ?) aient rendu une décision « surprenante » défavorable à l’énorme société IBM, permettant ainsi à Gates « d’assister » IBM en vertu de la décision de justice. Mais même après avoir amassé des milliards, aussi bien Buffett que Gates ont appris « à la dure », qu’ils étaient à la merci de voir leurs milliards américains se volatiliser ou être confisqués, et peut-être pire, s’ils ne se soumettaient pas aux autres familles politiques américaines.

Moins riche, mais figurant tout de même parmi les 125 milliardaires les plus riches au monde, il y a Pierre Omidyar, dont le financement lié à la CIA a permis de perpétrer le bain de sang en Ukraine, et qui a récompensé le faux « journaliste de Snowden », Glenn Greenwald, de 50 millions de $ avec le soutien de la CIA pour fonder la société de soi-disant « journalisme courageux », FirstLook, qui n’est qu’une coquille creuse et vide.

L’histoire risible de la CIA qu’on a essayé de nous faire avaler, est que le régime des Etats-Unis n’entreprenait rien contre Omidyar, malgré le fait qu’il était « en possession » de « dizaines de milliers » de documents d’espionnage volés. Alors que bien sûr, si « Snowden » n’était pas une opération de la CIA, tout l’enfer américain se serait déchaîné contre Omidyar, Greenwald et les autres, en ciblant les biens et les personnes sur le territoire des Etats-Unis.

La Russie se rit bien sûr de ces mensonges flagrants de « l’Opération Faux Dissident Snowden », mais compte-tenu des médias contrôlés par la CIA et des agents d’influence liés à la CIA comme le faux groupe des « libertés civiles » qu’est l’ACLU, nombreux seront les gens qui continueront à être dupés.

Parfois les attaques menées par l’Etat secret de l’Amérique le sont par l’intermédiaire du système judiciaire. Mais dans beaucoup de cas, il s’agit de meurtres, ou récemment de faux « suicides » mis en scène. Les assassinats de Présidents américains, de Sénateurs, de juges fédéraux et de procureurs, servent d’avertissement aux autres détenteurs de ces fonctions, et rendent les menaces de mort proférées par la CIA plus crédibles.

La longue série de meurtres politiques aux Etats-Unis, de morts suspectes et d’opérations de révocation de fonction, vaut la peine d’être passée en revue, car elle constitue l’arrière-plan essentiel pour comprendre les motifs et le bain de sang occasionné par « l’Opération Faux Dissident Snowden » de la CIA.

Comme nous l’avons vu précédemment, parmi les 10 derniers Présidents des Etats-Unis, 4 se sont fait violemment et brutalement, soit tirer dessus ou ont fait l’objet de procédures humiliantes de mise en accusation en vue de destitution, démontrant ainsi à quelle fréquence les Etats-Unis subissent des situations de coup d’état impliquant l’Etat secret – le gouvernement de l’ombre.

L'implication de la CIA dans l’assassinat en 1963 du Président John Kennedy, partiellement motivé* par la décision de Kennedy de trouver un accord raisonnable avec la Russie (l’URSS) est bien connue. Ce qui fait l’objet de peu de débats est que la CIA est également impliquée dans le meurtre du fils de Kennedy, John F. Jr, un courageux journaliste et éditeur de magazine dont l’avion a mystérieusement explosé en 1999, un incident dûment camouflé avec l’aide des militaires américains.

*Les motivations de l’assassinat de Kennedy (supervisé par George Bush, pour la CIA) sont multiples et touchent au cœur du pouvoir de l’Etat secret : remplacement prévu par Kennedy du dollar de la Réserve Fédérale (banque privée) par une monnaie émise par le Département du Trésor (et garantie par du métal précieux mis à disposition par le Président indonésien Soekarno) ; et suppression de la CIA (notamment comme protecteur du Programme spatial secret et membre de Majestic Twelve qui le supervise). NdT.

Par rapport à ce dernier sujet du Programme spatial secret, il n’est pas étonnant que parmi les 4 Présidents ciblés, tous les 4 aient été, soit impliqués, soit très au courant ou très (trop ?) curieux :

- Kennedy était un proche de James Forrestal, Secrétaire à la Défense du Président Truman, et membre fondateur de Majestic Twelve et lui-même « suicidé », donc très au courant du sujet.

- Nixon était le Vice-président d’Eisenhower et le dernier Président en exercice à connaître la vérité de première main sur le sujet.

- Reagan était le Président de la « Guerre des Etoiles », très curieux et parfois trop prolixe sur le sujet.

- Clinton, dès son accession au pouvoir, a demandé à son avocat et confident un rapport sur le même sujet. (NdT.)

En 1981, le Président des Etats-Unis Ronald Reagan a survécu aux tirs d’un homme proche de la famille de George Bush, George Herbert Walker Bush étant à l’époque Vice-président, sur la lancée pour devenir Président 8 années plus tôt si Reagan était décédé. Des millions de pots-de-vin versés par la famille de George Bush à la CIA, sont à l’origine des attaques contre moi (voir ci-dessous).

Comme la Russie le sait parfaitement au vu de ses documents d’archive (du KGB), mais que peu d’Américains savent malgré les livres publiés sur le sujet, la démission forcée en 1974 du Président Richard Nixon était également un coup d’état « silencieux », la mise en accusation dans le pseudo-scandale du Watergate n’étant qu’une supercherie organisée par la CIA et les militaires américains, qui étaient furieux une fois de plus qu’un Président des Etats-Unis ait compris qu’il valait mieux vivre en paix avec les nations du monde communiste.

L’imposture du « Watergate » sert directement de modèle et d’inspiration à celle de la CIA-Edward Snowden. Tout comme dans le cas du menteur lié à la CIA, Glenn Greewald aujourd’hui, l’affaire du Watergate avait également son faux « reporter courageux » encensé, Bob Woodward, qui avait servi comme agent de renseignement en partenariat avec la CIA sous le vice-amiral Maurer qui est devenu plus tard chef d’état-major de la Marine américaine, alors que Woodward était implanté en tant que « reporter » avec l’appui de la CIA dans le journal Washington Post de « l’Opération oiseau moqueur » de la CIA.

Couvert d’éloges et encensé par les médias américains, tout comme les « journalistes-menteurs de Snowden », Bob Woodward, en tant qu’instrument et agent de la CIA, a joué un rôle toujours largement ignoré. Les connexions avec Snowden vont même plus loin – au Washington Post, dans les dernières années, Woodward a servi de conseiller, mentor et coach à un jeune collègue, Bart (Barton) Gellman … un des principaux menteurs de la CIA se présentant comme un « journaliste courageux de Snowden » !

Comme on dit, « cela ne s’invente pas », les Américains sont si prévisibles dans la conduite de leurs opérations de tromperie criminelle. Le plan de la CIA du « Watergate » destiné à en finir avec Richard Nixon il y a 40 ans était un tel succès avec le faux « reporter courageux » Woodward, que la CIA a même décidé d’utiliser le poulain de Woodward comme faux « reporter courageux » aux côtés de Greenwald dans « l’Opération Faux Dissident Snowden ».

Bien que l’avocat de la CIA de Snowden ne tarisse pas d’éloges sur Gellman, le choix de Bart Gellman pour faire « les révélations de Snowden » n’est qu’une preuve de plus que Snowden est un imposteur de la CIA. Aucun authentique dissident ne choisirait jamais un « initié » du régime des Etats-Unis comme Gellman pour lui confier des documents secrets. Par exemple, Gellman a beaucoup écrit sur l’effondrement des Tours à New York le 11 septembre 2001, et il est précisément un esclave du régime des Etats-Unis-CIA quand il ne tient aucun compte des conclusions des architectes et ingénieurs, des vétérans de l’armée et des services de renseignement qui révèlent les mensonges du gouvernement américain sur cette journée, au cours de laquelle le gouvernement des Etats-Unis a massacré des milliers de ses propres citoyens.

Un autre projet de la CIA pour évincer un Président des Etats-Unis, dans le style Watergate, a été la comédie de 1999 impliquant le Président Bill Clinton, avec les médias de la CIA prétendant qu’un stupide incident avec une fille (en fait une collaboratrice du Mossad, NdT.) à la Maison Blanche était un « motif de destitution ». Le véritable motif, cependant, était de forcer Bill Clinton à entamer des bombardements et des massacres dans les pays des Balkans en Europe, ce qu’il a commencé à faire peu après son « acquittement » lors d’un « procès » grotesque devant le Sénat des Etats-Unis. Barack Obama avait bien sûr ce fait en mémoire lorsqu’il a autorisé la campagne américaine de meurtres et de terrorisme en Ukraine, soutenue par les médias liés à la CIA de « l’Opération Faux Dissident Snowden ».

Il est encore plus hilarant, dans la révélation de l’imposture d’Edward Snowden, que son avocat de Washington DC, Plato Cacheris, n’est pas seulement associé à de multiples opérations de la CIA, ni seulement un « bon copain » qui échange des faveurs contre des pots-de-vin, dans l’assassinat de juges en Virginie – Cacheris était un personnage-clé aussi bien dans le jeu de destitution de la CIA du Président Nixon, que dans la comédie encore plus ridicule de la tentative de destitution par la CIA de Bill Clinton ! Dans cette dernière affaire, Cacheris était l’agent traitant juridique de la CIA de la copine occasionnelle de Bill Clinton, Mlle Lewinsky. Cacheris est au centre même de la mafia politico-judiciaire américaine, et se trouve être l’avocat du père de Snowden, Bruce Fein, et Cacheris est l’homme désigné pour conclure un « accord » avec le soutien de la CIA pour faire revenir Snowden pour qu’il rejoigne ses collègues de la CIA, et organise une immense fiesta pour fêter leur grosse arnaque qui a abusé le monde entier.

Mis à part l’assassinat de Présidents des Etats-Unis et l’organisation de scandales pour leur destitution, on peut également examiner une série de meurtres ou de morts suspectes d’officiels américains dans les trois branches du gouvernement des Etats-Unis, qui laissent suspecter une implication crédible de la CIA.

Le Sénateur du Minnesota, Paul Wellstone, a été « mystérieusement » assassiné en 2002, après s’être opposé à l’invasion américaine illégale de l’Irak.

En 2004, le Sénateur du Minnesota Mark Dayton s’est enfui de Washington et a pris sa retraite, après avoir reçu des menaces de mort parce qu’il avait dénoncé publiquement les mensonges du régime des Etats-Unis sur l’effondrement des Tours de New York le 11 septembre 2001.

Ont également été assassinés dans des accidents d’avion « suspects » : les membres du Congrès Nick Begich et Hale Boggs (1972 – Boggs enquêtant sur l’assassinat de Kennedy) ; le membre du Congrès Larry McDonald (1983 – enquêtant sur des groupes de la CIA comme le CFR) ; le Sénateur John Tower (1991 – critiquant les scandales Reagan-Bush) ; et le Gouverneur du Missouri Mel Carnahan (2000 – opposé à l’initié du régime John Ashcroft, il a gagné l’élection alors qu’il était déjà mort).

Après avoir fait des révélations publiques critiquant les politiques des Etats-Unis, l’ancien directeur de la CIA William Colby lui-même a été retrouvé mort en 1996, à la suite d’un improbable « accident de canoë ».

Le membre du Congrès Wayne Owens a quant à lui été retrouvé mort en Israël en 2002, alors qu’il enquêtait sur des liens de corruption avec les Etats-Unis.

Parmi les attaques et les assassinats les plus significatifs, certains sont relatifs au meurtre et aux menaces de mort de juges fédéraux, et de membres du Congrès qui supervisent ces juges. C’est un élément crucial, parce qu’un des buts principaux de la CIA, une des impostures les plus cruciales du régime américain, est de tromper le monde sur la véritable nature du système judiciaire des Etats-Unis. C’est la raison de l’acharnement et des millions de $ investis dans des attaques à mon encontre, avec les gros risques pris par les Etats-Unis pour commettre une série d’actes criminels sur le territoire de l’UE.

En 1998, le membre du Congrès Sonny Bono – ancienne vedette de la musique pop et époux de la star hollywoodienne Cher (Sonny & Cher) – était assassiné en menant une enquête tambour battant sur la Commission des Affaires Judiciaires de la Chambre des Représentants. En 2008-2009, le Représentant de Detroit, John Conyers, un Noir abusé par l’imposture de Barack Obama, et prévoyant de révéler les crimes de juges américains envoyant en prison des Noirs innocents, a été menacé de mort « comme Sonny Bono », et a vu son épouse se faire incarcérer pour souligner la menace, l’empêchant ainsi de révéler toute la problématique de la corruption des juges américains qui abuse le monde entier.

En janvier 2011, quelques jours après avoir eu le courage de rendre une décision du tribunal contre le Président Obama et les familles dirigeantes des Etats-Unis, le juge fédéral John Roll s’est fait tirer dessus et tuer sur le coup en pleine rue dans le style classique de la CIA, avec un « tireur isolé » drogué jusqu’aux yeux qui a immédiatement avoué son forfait. Le meurtre de ce juge fédéral a été à peine mentionné dans les médias – le but principal étant d’avertir tous les juges en Amérique, qu’eux-aussi, seront exécutés s’ils désobéissent aux ordres politiques et refusent d’accepter les pots-de-vin pour rendre leurs décisions.

En Russie on connaît le procureur fédéral de Boston, Carmen Ortiz, qui est actuellement occupée à chercher le moyen de tuer Dzhokhar Tsarnaev, dont toute l’affaire (attentat à la bombe du marathon de Boston, les frères Tsarnaev servant de boucs émissaires – innocents, NdT.) regorge de faits bizarres et douteux. Carmen Ortiz est connue pour avoir harcelé le jeune et vulnérable pirate informatique Aaron Swartz jusqu’à ce qu’il soit « suicidé », et elle est également un personnage-clé dans les menaces américaines pour me tuer, moi, et s’est retrouvée elle-même victime de menaces de mort si elle engage des poursuites criminelles contre moi.

Le plan criminel des Etats-Unis-CIA contre moi et les crimes commis contre moi en Europe, seront décrits ultérieurement dans ce rapport. Avec des millions de $ de financement pour des actes terroristes de la part de la société britannique Pearson SA – qui a personnellement versé des pots-de-vin à l’éditeur du Guardian Alan Rusbridger – les actes criminels perpétrés contre moi en Europe sont organisés directement à partie du bout de la rue où se trouve le bureau de Carmen Ortiz, dans la société d’avocats Ropes Gray, où l’avocate Joan Lukey a plaisanté sur le fait d’assassiner Carmen Ortiz si elle poursuit les actes criminels commis à Boston.

Comme les crimes commis contre moi comprennent également la corruption de la famille Bush ainsi que celle de deux juges fédéraux, je rappelle à Carmen Ortiz que deux autres femmes procureur, Thelma Colbert et Shannon Ross, ont été retrouvées mortes après s’être opposées aux intérêts de la famille Bush. Je demande à Ortiz si elle aimerait être la 3ème femme procureur à être tuée. Le procureur général Eric Holder (2009-2015) soutient les menaces de mort contre Ortiz et a approuvé une lettre de Joan Lukey promettant l’absence de poursuites pour tous les crimes qu’elle commettrait dans le cadre d’un plan de corruption et de menaces de mort contre des gens.

Avec tant d’assassinats et de menaces de mort même contre des officiels américains haut-placés, il est ridicule que le gang de Snowden entre et sorte du territoire des Etats-Unis en possession de « documents d’espionnage gouvernementaux volés », et qu’il soit aussi facile de négocier un « accord » pour permettre à Snowden de « rentrer chez lui ».

Glenn Greenwald, un soi-disant « avocat constitutionnel », est un instrument important de la CIA pour torpiller la vérité sur l’imposture des tribunaux américains. Lui et les autres « journalistes de Snowden » liés à la CIA, qui forment à l’évidence un gang d’imposteurs, semblent présenter peu de points communs psychologiques avec les authentiques journalistes courageux qui sont morts, souvent assassinés dans d’étranges circonstances, c’est-à-dire avec DEUX balles dans la tête, ce qui n’empêche pas les autorités d’invoquer le « suicide ». C’est même devenu une expression toute faite en Amérique, « être suicidé » comme méthode d’assassinat avec de fausses allégations de suicide – précisément ce dont on m’a menacé aux Etats-Unis.

Certains journalistes et activistes qui sont morts mystérieusement dans un passé récent : Gary Webb, John F. Kennedy Jr., Danny Casolaro, Steve Kangas, Mark Lombardi, James (Jim) Howard Hatfield, Philip Marshall, Sunny Sheu, Aaron Swartz, Michael Hastings, Michael Ruppert.

Nous avons bien sûr quelques personnages du régime des Etats-Unis qui ont évoqué en plaisantant leur souhait de « tuer Edward Snowden » - en même temps que leurs collègues en appellent généreusement à une « amnistie » et à un « accord » pour « ramener Snowden chez lui » - à ses amis de la CIA, ha !

Comme la Russie le sait, ces fausses menaces envers Snowden, et les « chefs d’accusation » déposés à son encontre, sont une technique des services de renseignement connue sous le nom de « noyer le poisson », faire semblant d’attaquer votre agent double lorsque vous l’envoyez raconter des mensonges « à l’intérieur » du territoire d’une autre nation.

La manière dont le gang de Snowden obtient des millions de $ de la CIA de la part des médias de la CIA et de personnages liés à la CIA qui ont du sang sur les mains comme le milliardaire Omidyar, et dont ils s’ébattent tous librement aux Etats-Unis, rend la situation tout à fait limpide.

B.Le contrôle des médias par la CIA, la quête des Etats-Unis pour la domination de la propagande mondiale

6. Les médias américains du secteur privé sont plus étroitement contrôlés que les médias d’état – censure et menace par la rétorsion du « gouvernement de l’ombre » de l’Etat secret

Des sources américaines et des autres pays de l’OTAN adorent souvent calomnier et diaboliser des entreprises médiatiques n’appartenant pas à l’OTAN, telles que Ria Novosti et Russia Today, parce qu’elles comportent des éléments d’intervention et de soutien de l’état. Cependant, elles oublient de mentionner l’excellence des entreprises médiatiques russes dans la révélation de la vérité sur de nombreux sujets, que les informations américaines ou britanniques évitent de traiter ou présentent de manière biaisée. Sur les commentaires des forums internet, de nombreux Américains expriment leur gratitude envers les programmes de Russia Today, qui fournissent les informations cruciales et les faits qui sont totalement censurés par les grands médias américains.

Cette gratitude est partagée par de nombreux Européens intéressés par le domaine financier et de l’investissement, qui consultent régulièrement Russia Today et d’autres médias d’information de pays n’appartenant pas l’OTAN, afin de bien comprendre la situation géopolitique et économique mondiale.

La propagande américaine consiste à prétendre que leurs médias appartiennent au « secteur privé » et sont de ce fait des « médias libres et indépendants », mais comme la Russie le sait parfaitement, ce n’est qu’un « gros mensonge » de plus du style Goebbels de la part des familles politiques américaines. Comme le prouve une abondante documentation, presque tous les principaux médias en Amérique sont aux mains d’environs six entreprises – qui possèdent près de 1500 journaux, 1500 stations de télévision, 9000 émetteurs de radio, 2400 publications et 1100 magazines populaires. Ces empires sont de ce fait sous le contrôle d’une petite clique de familles politiques américaines, qui soit sont directement propriétaires de ces médias, ou menacent leurs propriétaires de conséquences soudaines et brutales, s’ils ne se plient pas aux désirs des familles dirigeantes américaines, parce qu’elles contrôlent « l’Etat secret », qui corrompt les juges et les fonctionnaires des autorités de réglementation des Etats-Unis.

L’idée que les Etats-Unis ont des « médias libres » parce que ce sont techniquement parlant des « entreprises privées » n’est qu’une plaisanterie vraiment risible, compte tenu des menaces de rétorsion brutale auxquelles sont soumis ces médias, s’ils ne sont pas directement des porte-paroles des familles dirigeantes américaines.

Comme la Russie le sait de longue date, et comme les Américains eux-mêmes commencent à le digérer, cela signifie que les médias américains sont en réalité des médias de la CIA – et la CIA va parfois jusqu’à s’en vanter. Ce qui est encore plus crucial, est que Google & Wikipédia figurent au sommet de la pyramide des médias de la CIA, dissimulant la vérité et les informations ne provenant pas de pays de l’OTAN sous 5 niveaux de tromperie de la CIA-Google.

Comme un directeur de la CIA l’a admis et s’en est vanté : « La CIA possède quiconque a une certaine importance dans les principaux médias ». Comme un autre officiel américain l’a confirmé au nom de la Défense des Etats-Unis – les pouvoirs militaires en place : « Nous contrôlons chaque mot et chaque image que vous voyez dans les principaux médias en Amérique ». Le programme de contrôle des médias de la CIA par les grandes familles politiques de l’Amérique se poursuit depuis des décennies, souvent sous la désignation de la CIA « d’Opération oiseau moqueur » (Operation Mockingbird). La CIA a directement copié la métaphore nazie de Joseph Goebbels qu’il s’agit d’un « orgue » sur lequel la CIA « joue un air de musique pour le public », dans lequel la CIA et ses alliés prennent le nom d’un orgue de théâtre populaire et l’appellent un « Puissant Wurlitzer* ».

*Fabricant américain d’instruments de musique, y compris d’orgues dits de théâtre ou de cinéma assurant l’accompagnement musical au temps du cinéma muet, plus connu ultérieurement comme fabricant de juke-box.

C’est cependant dans cette période actuelle de domination par la Google Inc. de la CIA et de domination des médias américains concentrés en quelques entreprises, que le contrôle des médias par la CIA a atteint sa plus grande intensité. Cette quête désespérée du contrôle des médias par la CIA, provoque directement le bain de sang en Ukraine, et constitue le principal motif de l’imposture mondiale de l’agent de la CIA et menteur Edward Snowden.

Lorsque même des milliardaires américains sont attaqués et menacés s’ils « essaient de faire des vagues », il est clair que le « menu fretin » des médias indépendants est grandement menacé à l’intérieur des Etats-Unis, ou même lorsque certains d’entre nous réussissent à quitter l’Amérique en vie.

Aux Etats-Unis, même des figures médiatiques d’audience nationale qui deviennent indépendantes, sont attaquées et détruites rapidement, quasiment du jour au lendemain. Cela se produit, par exemple, si une figure médiatique bien connue s’exprime devant des milliers d’architectes, d’ingénieurs et de vétérans de l’armée et des services de renseignement, qui examinent les mensonges du gouvernement concernant l’effondrement des Tours new-yorkaises le 11 septembre 2001.

Comme je l’ai dit plus haut, moi-aussi, un copain d’université de Harvard de dirigeants des Etats-Unis, j’étais une figure médiatique d’audience nationale, invité sur les plateaux des télévisions nationales – mais cela s’est terminé d’un coup, avec un juge corrompu m’ordonnant instantanément de garder le silence et de ne pas réagir aux mensonges répandus sur moi dans les médias d’information, sur Google et l’Internet, et des amis du juge corrompu menaçant de me tuer peu après, en me disant que je devais les payer si je ne voulais pas mourir.

Et les gens qui menaçaient de me tuer et qui répandaient des mensonges sur mon compte sur l’internet, font partie du même gang de criminels de la CIA qui entourent Edward Snowden – le New York Times, le Guardian britannique, les « avocats » de l’ACLU, qui font cause commune avec les juges corrompus. Snowden lui-même est maintenant au courant de tout cela, mais n’hésite toujours pas à faire l’éloge de ses amis meurtriers, menteurs et violeurs de corps d’enfants.

La manière dont la CIA et ses partenaires des gouvernements anglo-saxons attaquent les entreprises médiatiques, est rendue évidente dans un autre cas qui a fait la une des journaux, avec les procès au Royaume Uni du scandale du « piratage téléphonique » impliquant les médias d’information de l’empire de Rupert Murdoch.

Ce qui n’est généralement pas compris, est que le battage médiatique entourant ces crimes de « piratage téléphonique » a été un projet de la CIA, promu par ce que la police britannique affirme être le média le plus criminel de Grande-Bretagne : le journal et le site britannique du Guardian lié à la CIA, dirigé par son éditeur corrompu Alan Rusbridger, une personnalité criminelle internationale et un terroriste, figure de proue des attaques contre moi et de la diffusion de l’imposture d’Edward Snowden.

Rupert Murdoch est un des plus importants propriétaires de médias du monde anglo-saxon, assez dominateur et puissant dans l’information américaine. Mais le fait est que le Guardian a été poussé par la CIA à attaquer Murdoch en Grande-Bretagne, comme punition et vengeance du soutien médiatique « excessif » apporté par Murdoch aux pro-populistes en Amérique.

Bien que Murdoch soutienne généralement la politique étrangère américaine, son approche médiatique des questions intérieures américaines, en a « trop dit » en faveur de la Constitution des Etats-Unis et des sujets du Mouvement de la Liberté qui sont populaires auprès du public américain. Murdoch en a « trop dit » sur ce que les citoyens américains voulaient entendre, et la CIA et les familles dirigeantes américaines voulaient lui flanquer une bonne claque.

Les incidents du « téléphone piraté » étaient de véritables délits, mais sans les médias de la CIA pour les révéler, les délits auraient été traités sur un mode mineur, le gouvernement britannique étant « conseillé » par l’Amérique de ne pas trop insister sur l’affaire. Pourtant, le Guardian lié à la CIA – un instrument permanent de la CIA pour contribuer au meurtre et la destruction de gens innocents, pour aider les Américains à verser le sang et à molester les corps d’enfants, comme dans le cas des informations sur la Syrie, des attaques contre moi, et de la supercherie de Snowden – a été extrêmement agressif pour exécuter la punition de la CIA contre Murdoch. Rupert Murdoch est sur la liste des cibles à élininer s’il ne met pas fin à son soutien « trop important » aux Constitutionnalistes américains.

Les autorités britanniques reconnaissent que les actes criminels et terroristes internationaux commis par le journal britannique Guardian sous Alan Rusbridger, sont en fait bien pires que ces délits de « piratage téléphonique » de la part de Murdoch. Mais le gouvernement britannique est soumis à la pression américaine, de ne pas agir contre le plan de corruption et de terrorisme du Guardian et de Pearson SA, avec des millions de dollars versés aux Présidents, Sénateurs, et 3 juges américains. Donc Rusbridger continue de diffuser ses mensonges de « courageux média de Snowden », tout en recueillant les éloges stupides de Snowden en personne, de son ancien collaborateur Glenn Greenwald, et du reste du gang de « l’Opération Faux Dissident Snowden ».

(La suite de ce reportage, avec les chapitres 7 à 20, sera disponible bientôt.)

Respectueusement,

* Dr. Les (Leszek – Leslie) Sachs

-Diplômé d’histoire judiciaire et religieuse, détenteur de 7 licences universitaires de 3 universités, les deux premières de l’Université d’Harvard, aux côtés de nombreux dirigeants américains ;

-Ancien journaliste de renommée mondiale, spécialisé dans la corruption du système judiciaire des Etats-Unis et du contrôle médiatique de la CIA, auteur d’articles maintenant « effacés » de l’internet, avec des sites illégalement bloqués par la CIA-Google, et diffamé et calomnié en permanence par la CIA-Wikipédia et par des racketteurs, racistes et meurtriers travaillant pour le compte des familles dirigeantes de l’Amérique.

-Auteur de: “America’s Corrupt Legal System – A Danger to Visitors, Travellers as Well as USA Residents’; Foreign Companies Face Risk of US Court Corruption: Doing Business in the Big Bribery Nation’; ‘Americans Murdering Their Judges, and the US Crisis of Judicial Corruption”;

-Ancien résidant des Etats-Unis qui risquait d’être torturé à mort, pour avoir essayé de défendre les droits de l’homme et constitutionnels à l’intérieur des Etats-Unis, en affrontant des avocats gangsters et terroristes dans un tribunal américain, rien que parce que les avocats américains tremblent de peur devant des juges corrompus.

-Ancien auteur d’audience nationale de livres anti-corruption, éditeur de média, maintenant la cible de menaces américaines de meurtre terroriste politique, peut-être mort prochainement ;

-Récompensé par le US Department of Justice Superior Performance Award, à une époque lointaine où les Etats-Unis étaient un état moins fasciste, lorsque l’Amérique n’avait pas la peine de mort ;

-Citoyen polonais et de l’Union Européenne, avec l’héritage de l’insurrection des Juifs de Varsovie, et la Renaissance de la culture polonaise de la tolérance ; maintenant de spiritualité asiatique reconnaissant le divin dans les animaux, la nature, et les voies asiatiques du dharma et du tao ;

-Bruxelles, Belgique, chroniqueur photo du « Bruxelles historique » et des martyrs de la résistance contre les Nazis, enterrés au Ereperk der Gefusilleerden – Enclos des Fusillés ; bénéficiaire de la protection européenne et belge contre les actes criminels des Américains.
http://www.veteranstoday.com/2016/09/21/russia-govt-report-snowden-greenwald-are-cia-frauds/

Traduction Patrick T.

Commenter cet article

À propos

Nous sommes des êtres qui entretiennent le royaume terrien en attendant les plans du grand architecte...