Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous sommes des êtres qui entretiennent le royaume terrien en attendant les plans du grand architecte...

04 Oct

Mars : la vérité (2/2)

Publié par Chevalier de lumière

Publié le 16 septembre 2016 par Aurélia LEDOUX

Voici la suite de cet article, dont la première partie se trouve juste ici :

Il est élaboré à partir d’images, qu’il convient de bien agrandir pour vous faire une idée juste.

En effet, la quasi-totalité des images de la NASA apparaît patiemment retouchée au grossissement, afin que le grand public ne perçoive pas de détails trop incongrus.

C’est ce que nous explique Donna Hare, une scientifique qui affirme avoir eu recours à la technique de l’aérographe, pour masquer des constructions, entre autres, et également plusieurs personnes qui ont travaillé à la NASA.

Le sergent Karl Wolfe témoigne également sur la page suivante, très intéressante, et met au cause le niveau de résolution des instruments.

http://feairplane.canalblog.com/archives/2013/06/05/27334856.html

Même si l’on éprouve une vive admiration pour les chercheurs de la NASA, force est de reconnaître que les clichés des sondes sont d’une résolution trop pauvre au grossissement.

Seuls les chercheurs accrédités peuvent accéder aux vrais clichés, le grand public ne peut télécharger que des versions basse résolution, d’à peine 2 Méga pour les meilleures.

Afin de pallier à ces difficultés et pour faire croire à une haute résolution de 16 Mo, les photographes assemblent entre elles plusieurs vues bien floutées de Curiosity.

Il en résulte des panoramas, certes admirables, mais bien pauvres en détails au niveau du sol, comparés à une prise de vue sur Terre avec un appareil numérique bas de gamme.

Pour se faire une meilleure idée, il convient d’examiner les clichés couleur de Spirit, puis Opportunity, et enfin Curiosity. Leur nombre et leur qualité décroit avec le temps, malgré les performances exceptionnelles des satellites de prise de vue, comme ceux de Google Earth.

Mais, bien plus tôt, le physicien Gilbert Levin nous a avertis de ces manipulations arbitraires de clichés, qui datent de 1976, lorsque la sonde Viking produit la première image historique de Mars, intégralement vermillon.

Tout ceci est réellement bien dommage, et il est grand temps que les chercheurs honnêtes de la NASA et de l'ESA, prennent le pas sur les instigateurs réels de ces maquillages.

Persister à nier l’évidence, nuit à l’image de marque des agences spatiales auprès du public, qui se doute évidemment bien de tout ceci.

Les raisons les plus communément admises pour expliquer autant de mensonges, sont économiques et liées à la présence probable de gisements sur Mars.

Si une quelconque vie est découverte, bien sûr, les chercheurs voudront aussitôt l’étudier, et en faire éventuellement une réserve naturelle, une zone protégée, comme l’Antarctique.

Dès lors, cette vie bien encombrante, est http://www.unepetitelumierepourchacun.com/2016/09/mars-la-verite-2-2.html​

Commenter cet article

À propos

Nous sommes des êtres qui entretiennent le royaume terrien en attendant les plans du grand architecte...