Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous sommes des êtres qui entretiennent le royaume terrien en attendant les plans du grand architecte...

13 Apr

tous les travaux sur L’Energie libre :

Publié par Chevalier de lumière  - Catégories :  #Énergie libre

tous les travaux sur L’Energie libre : L’énergie électromagnétique contenue dans l’espace et dans la matière.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, nous verrons dans cet article que les laboratoires du monde entier commence à exploiter cette fameuse énergie. Certains éminents physiciens théoriques commencent à comprendre pourquoi et comment cela est possible. Plusieurs entreprises en sont au stade d’un début de mise sur le marché de ces dispositifs viables qui produisent nettement plus d’énergie que ce qui est nécessaire pour les faire fonctionner…

« Encore quelques générations qui passent, et nos machines seront conduites par la force obtenue à n’importe quel point dans l’univers… C’est une simple question de temps et les hommes réussiront à connecter leurs machines aux rouages mêmes de la nature. » – Nikola Tesla

En effet, il a été démontré que le vide contient une énorme quantité d’énergie, proche du zéro absolu (le point zéro), une énergie utilisable en abondance :

L’énergie libre, ou énergie du vide (éther).

C’est une source d’énergie renouvelable disponible gratuitement appelée aussi « énergie du point zéro ». C’est l’énergie électromagnétique contenue dans la trame de l’Univers. Elle est présente dans l’espace et dans la matière.

L’énergie libre occupe tout le « vide » qui nous entoure. L’énergie libre représente un paradoxe pour la science contemporaine : ou il existe dans l’univers une force gravitationnelle supérieure aux masses répertoriées, ou il y a une énergie invisible libre qui subirait l’effet d’une pression que l’on pourrait appeler cosmique. La physique quantique tend aujourd’hui à démontrer que chaque mètre cube d’espace autour de nous contiendrait une quantité phénoménale de cette énergie. À ce jour, toutes les techniques qui nous ont été rapportées pour la capter font appel à un principe de déséquilibre temporaire de la structure des ondes électromagnétiques, causant ainsi une transmutation matière/énergie et/ou transfert énergie/énergie…

Les recherches révèlent que cette source d’énergie peut être partiellement convertie en énergie utilisable. Celle-ci serait illimitée et non polluante, et tout comme le vent et le soleil, son utilisation serait gratuite.

Imaginez-vous que cela existe depuis 20 ans: en avez-vous déjà entendu parler? Non, puisque au contraire tout est fait pour enterrer la question.

Il existe beaucoup d’inventeurs indépendants qui ont construit des machines à énergie libre et dont les résultats ont été publiés au grand jour et vérifiés

( à qui nous allons rendre hommage ci-dessous ),

mais comme la communauté scientifique ne comprend pas les principes théoriques sur lesquels reposent ces inventions, elle en ignore tout simplement l’existence. Ainsi, tout va bien.

Et le commun des mortels de se dire : si ça existait, on en aurait entendu parler. Posons alors la question : qui vous en aurait parlé ?

Alors voilà :

Les machines à énergie libre constituent certainement les preuves tangibles de l’existence d’une forme d’énergie totalement ignorée du monde des sciences. Ce sont des machines qui transforment une certaine forme d’énergie non répertoriée par la science moderne, en énergie mécanique bien tangible. Ces machines produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment. N’en déplaise à quelques physiciens, cela ne viole pas le sacro-saint principe de conservation de l’énergie car la machine ne crée pas quelque chose qui n’existait pas auparavant, mais elle transforme quelque chose que l’on ne sait pas détecter en quelque chose d’utilisable.

La physique quantique nous a montré que beaucoup de lois physiques qui semblent figées et inflexibles sont en fait violées. Par exemple on découvre que l’univers est constitué de plusieurs dimensions, les particules de matière existent simultanément à plusieurs endroits de l’univers et il est possible de téléporter de la matière à travers de la matière ou de l’information à travers l’univers instantanément…

Ainsi le vide de l’univers est rempli d’énergie quantique en des proportions astronomiques et toutes ces informations ne font que donner du crédit aux machines à énergie libre et leur existence réelle.

Si on arrive, en polarisant légèrement ce vide par des phénomènes encore mal expliqués mais basés sur l’électromagnétisme, à récupérer un peu de cette énergie, les machines qui en sont injectées fournissent plus d’énergie qu’elles n’en consomment, elles ne font que « pomper » l’énergie là où elle est …et c’est la nature, présente partout, qui alimente l’énergie du vide.

L’appareil de Tesla destiné à capter l’énergie radiante du milieu naturel est décrit dans les brevets US N°685.957 et 685.958.

http://www.onnouscachetout.com/themes/technologie/tesla2.php

Depuis l’époque de Nikola Tesla, le public a généralement eu des difficultés à accéder à l’information sur ces transformations d’énergie.

Mais petit à petit ces appareils qui utilisent cette matière pour l’énergie sont maintenant acceptés dans les demandes de brevet, et sont d’ailleurs loin d’être considérés comme impossibles à réaliser par les cartels de l’énergie qui prennent très au sérieux la difficile tâche de désinformer à ce propos…

Et ces découvertes ne peuvent se faire qu’avec un effondrement des lois de la physique telles que nous les connaissons depuis trois siècles.

La planète est dans une véritable impasse énergétique car les réserves de pétrole diminuent rapidement et nous allons tout droit vers des guerres du pétrole qui laisseront peu d’espoir à l’humanité compte tenu des milliers de têtes nucléaires qui seront inévitablement utilisées.

Nous n’avons pas d’autre espoir pour la survie de l’humanité que de développer de nouvelles technologies productrices d’énergie libre de façon à résoudre cette urgence énergétique, qui est aussi une urgence écologique, car la combustion des réserves fossiles de pétrole, charbon et de gaz, pollueront inexorablement la planète jusqu’à un point de non-retour.

Mais le scepticisme scientifique combiné à des plaintes pour harcèlement par les inventeurs, (corruption/rachat de brevets, menaces allant jusqu’à la disparition ou la mort d’inventeurs dans des circonstances troublantes…) rend très difficile que des dispositifs à énergie libre puissent retenir l’attention du grand public ou qu’ils soient évalués pour une production commerciale et de distribution. Pourtant une longue lignée d’inventeurs est apparue pour proposer de telles machines à rendement surunitaire, l’expression surunitaire est la traduction du terme anglais overunity. Le mot désigne un système dont le niveau d’énergie augmente, sans aucune source externe définie, une idée que la science rejette depuis plus d’un siècle au moins.

Les principales pierres d’achoppement ont été la pensée scientifique rigide concernant la violation des lois de conservation de l’énergie, et de puissants intérêts pétroliers de l’énergie opposés à ce que des machines à énergie libre soient sérieusement étudiées.

Malgré tout, une longue succession de ces moteurs à énergie libre ont été développés, et ces faits doivent être diffusés, en raison de leur importance et de leurs conséquences multiples.

Il s’agit en effet d’offrir à notre civilisation la possibilité d’utiliser une nouvelle source naturelle d’énergie inépuisable, et sans effets nuisible sur l’environnement :

Déjà dans les années 1830, Michel Faraday fit la démonstration que l’on pouvait générer une puissance électrique en faisant tourner un disque de cuivre adéquatement connecté dans un champ magnétique, sans qu’il n’y ait proportionnellement une puissance requise à l’axe du disque.

Mais d’où provient ce gain d’énergie ?

Hé bien c’est un nouveau chapitre de la physique qui s’est progressivement ouvert.

Mais la plupart de ces travaux n’ont pas pu être abordés comme ceux des chercheurs subventionnés par des organismes institutionnels, comme le CNRS, le CERN, etc…

Ces chercheurs là étant financés par des fonds publics, ont à rendre des comptes pour justifier de leurs ressources et des budgets alloués à leurs équipes chaque année. Mais les travaux entrepris sur l’énergie libre, la plupart du temps, n’ont à rendre de comptes à personne, les moyens expérimentaux et le coût des demandes de brevets sont souvent assumés par les chercheurs sans aucune intervention extérieure d’aucune sorte, la liberté est donc totale et les choix n’engagent qu’eux-mêmes.

Et cette liste des inventeurs de moteurs électromagnétique à énergie libre, gratuite et non polluante, est une liste qui paraît longue mais qui est pourtant présentée de façon très succinte ci-dessous:

Viktor Schauberger

Les procédés par lesquels la Nature produit de l’énergie sont silencieux, mais ont intrinsèquement un rendement beaucoup plus élevé que nos technologies mécanistes, comme Viktor Schauberger (né le 30 juin 1885 et décédé le 25 septembre 1958) devait le prouver avec ses machines à implosion, d’une puissance prodigieuse. Cette technologie n’émet pas de déchets, ne pollue pas, et ne provoque pas de réchauffement planétaire ou autres dégâts nuisibles aux fragiles écosystèmes terrestres. Il inventa maints générateurs qui fournissaient une puissance de sortie largement supérieure à celle qu’ils absorbaient (puissance d’entrée), des moyens de propulsion pour avions, sous-marins et voitures, différents appareils destinés aux habitations, produisant de l’énergie, du froid ou de la chaleur, et d’autres, remarquables, qui transformaient une eau polluée en eau de source de haute qualité. Hélas, les prototypes en état de marche furent détruits à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, et on ne dispose pas de tout leurs plans détaillés.

http://www.econologie.info/share/partager/Viktor_Schauberger_Living_Energies.pdf

William Baumgartner

du Nouveau Mexique a construit un générateur à implosion basé sur les travaux de Viktor Schauberger. Les premiers tests de sa turbine à eau montrèrent une surunité : plus d’énergie à la sortie qu’à l’entrée. Baumgartner pense que ce surplus d’énergie provient de l’énergie libre.

Leroy-Hatem

_En mai 1945, après 20 années de recherche, le chercheur et inventeur français Leroy-Hatem a découvert la dualité des énergies magnétiques, il a mis en pratique ses théories en élaborant des mécanismes qui fonctionnent selon les principes qu’il énonce :

– Galaxie magnétique

– Planétarium magnétique avec mouvement orbital

– Tracteur magnétique , etc…

Il est également à l’origine d’un système qui dénonce les erreurs de certains principes erronés (Newton, Bohr). Selon de trop nombreux scientifiques, la science est tellement parfaite que la remettre en cause en serait presque blasphématoire. La science ne devrait pourtant-t-elle pas être en perpétuelle évolution. Ne devrait-t-elle pas s’adapter aux faits et aux nouvelles découvertes ?

Walter Russell

Russell était un artiste, musicien, philosophe et auteur adulé. L’Académie des Sciences américaine le récompensa d’un doctorat honoris causa. Il avait découvert en 1927 des méthodes permettant de produire de l’hydrogène à bon marché. En 1990, Ron Kovac, chercheur en chimie, Toby Grotz, ingénieur en électricité, et Tim Binder, médecin naturopathe ont reproduit les découvertes de Walter Russell. Russell a aussi construit un appareil qu’il a nommé Générateur Optique à Dynamo-Russell, qui captait l’énergie libre. Toby Grotz a entrepris des recherches pour retrouver les plans originaux de cet appareil, et le 10 septembre 1961, cet appareil était opérationnel.

Tony Tyson

Directeur de la recherche en cosmologie sur la matière noire et l’énergie du vide (la matière noire constituant 90% de la masse de l’univers).

Dans le domaine de l’astrophysique, en cartographiant le ciel avec des télescopes, on s’est aperçu qu’à peine 1% de la masse céleste nous était visible, les 99% restants demeurant invisibles. C’est ce que les physiciens appellent la matière sombre. Si l’on enlève les corps denses (que l’on peut répertorier dans un espace donné) tels que les planètes, les astéroïdes et autres corps célestes visibles, on estime qu’il reste encore 90% de la matière dite sombre qui deviendrait identifiable uniquement par son effet sur la déviation de la lumière visible émise par le premier 1%, toujours vue avec le télescope. Cette masse de distribution non uniforme joue le rôle d’une lentille gravitationnelle, créant ainsi une vision astigmate du ciel étoilé. Aujourd’hui, grâce à un support informatique fort complexe, on peut rétablir les vraies positions des astres lumineux et en estimer assez exactement la valeur de la masse sombre dite exotique. Il n’y a aucun doute aujourd’hui, plus de 200 000 galaxies ont été étudiés par différents laboratoires d’astrophysiques à travers le monde et ils en tirent tous les mêmes conclusions :

· Matière sombre classique = 9 %

· Matière lumineuse = 1%

· Matière sombre exotique = 90% ou Énergie Libre.

Ken Shoulders

Le Dr Ken Shoulders a découvert dans les années 1980, « les amas de charge » ou charge clusters, ou Electrum Validum (qui signifie charge intense). En 1991, Shoulders a réussi a faire breveter sa découverte aux Etats-Unis en l’intitulant « Conversion de l’Energie en utilisant une Charge de Haute Densité ». C’est la première fois qu’un brevet dit que l’énergie de l’espace (énergie libre) peut être utilisée comme source d’énergie électrique utilisable.

Joseph Newman

Sa machine a un rendement de 800%. Il a fait vérifier son invention par le bureau des brevets américains, qui a conclu, après avoir envoyé une équipe d’ingénieurs bardés d’instruments de mesures, que sa machine fonctionne exactement comme il l’annoncé (c’est même cette équipe qui a calculé le rendement de 800%), sans aucune supercherie d’aucune sorte, ni source d’énergie cachée. Mais, étant donné qu’il n’existe pas de principes physiques reconnus selon lesquels on peut expliquer le fonctionnement de la machine, ce même bureau des brevets l’a informé qu’il ne pouvait donc pas délivrer de brevets. Point final : question réglée. Imaginez donc de quelle curiosité scientifique ils font donc preuve? Devant l’insistance de l’inventeur qui se bat depuis 18 ans pour faire reconnaître son invention, une commission d’étude composée de physiciens compétents s’est réunie en présence de Mr Newman, mandatée pat les organismes officiels pour désavouer son invention, mais c’est le contraire qui s’est passé. Les scientifiques étaient tellement intéressés par les résultats de Mr Newman ainsi que par son modèle théorique, que la petite réunion d’une heure qu’ils avaient prévue s’est vue durer de nombreuses heures, et beaucoup voulaient trouver des moyens pour creuser la question. Ces conclusions n’étant pas celles qui avaient été espérées par les instigateurs de la réunion, ils ont dé mandaté la commission et ont rédigé leur propre conclusion : sans intérêt. Il émigra au Japon pour continuer ses travaux.

http://www.josephnewman.com/

Bruce de Palma

Mr Bruce De Palma, un physicien a conçu une machine à énergie libre. Il s’est vu confisquer son invention par les autorités officielles parce qu’il s’en servait pour alimenter en énergie électrique toute sa maison gratuitement. Interdiction lui a été faite. Il a dû aller lui aussi travailler avec des Japonais, qui travaillent actuellement avec lui à perfectionner un défaut de surchauffe de son moteur à énergie libre, qui ne peut pas fonctionner de manière continue opérationnellement. De Palma s’était aperçu qu’un objet puisait de l’énergie dans l’espace en tournant. Après de nombreuses recherches, il finit par concevoir une machine appelée N-Machine, utilisant des aimants superpuissants pour obtenir de l’électricité. Des tests en 1980 ont montré que le générateur produisait plus d’énergie qu’il n’en consommait.

http://depalma.pair.com/

Thomas Bearden

Tom Bearden, ingénieur en physique nucléaire, lieutenant-colonel à la retraite de l’armée américaine, a à son actif plusieurs publications dans le domaine de l’énergie du point zéro, des potentiels scalaires, de phénomènes exotiques de l’électrodynamique. Il possède aussi plusieurs brevets de machines « over-unity »…

www.cheniere.org

Floyd Sweet

Il inventa un assemblage d’aimants et de Bobines de fils que Thomas Bearden appela Tube Triode Amplificateur du Vide (Vacuum Triode Amplifier = VTA). Cet appareil produisait plus d’énergie qu’il n’en consommait.

Wingate Lambertson

Le Dr Wingate Lambertson, ancien directeur de la Science et Technology Commission du Kentucky, après plus de vingt ans de recherches, est aujourd’hui sûr que l’énergie de l’espace peut être transformée en une source de courant fonctionnelle, grâce à un procédé qu’il a appelé le Monde en Neutrinos (World Into Neutrinos = WIN).

John Hutchinson

Ce scientifique autodidacte, pendant l’hiver qui précéda sa tournée au Japon de 1995, a construit un appareil fonctionnant à l’énergie de l’espace. Son convertisseur était basé sur le principe de résonance de Tesla. Hutchinson capta la même énergie pulsante et rythmée de Tesla en utilisant des cristaux de titanate de baryum. Plus tard, il créa le procédé appelé « Dirt Cheap » (utilisant comme composants de vulgaires pierres).

Bertil Werjefelt

Après s’être rendu compte que les générateurs classiques utilisant des aimants sont confrontés à un problème appelé résistance magnétique, ce conseiller en sécurité dans l’aviation, a amélioré le générateur classique en ajoutant un système tournant qui annule la résistance magnétique en la neutralisant avec les champs de force d’aimants additionnels. Il en résulte que le générateur donne plus de courant avec la même consommation d‘énergie. En 1995, lors d’une conférence, il expliqua que l’enseignement scientifique classique du magnétisme était incomplet depuis le début, et que, la communauté scientifique avait déclaré de manière précipitée qu’il était impossible d’utiliser le magnétisme comme source d’énergie.

Tony Cuthbert

Quelques inventions de Tony Cuthbert :

– boîte de vitesse et système de frein sans embrayage

– turbine : moteur hybride mi moteur mi turbine. Il permettait de propulser un paquebot avec un moteur de la taille d’une voiture Mini.

– séparateur magnétique : récupération de métaux par les aimants liquides.

– accélérateur de pluie.

– technologie de glace sous-marine.

– quelques mécanismes à énergie libre.

Le professeur Laughtar déclare : « un des problèmes de Tony est que certaines de ces inventions sont tellement révolutionnaires qu’elles menacent des technologies existantes. Là se trouve la difficulté lorsqu’il faut convaincre les industries dont il essaye de susciter l’intérêt.

Autres inventions :

*Les ferrofluides, utilisés avec un aimant, permettent :

– moyen de propulsion

– animer un coeur artificiel ou régénérer un coeur

– piste magnétique verticale (permettant de faire grimper un engin à la verticale)

* Moteur gravitationnel

– mécanisme qui capte l’énergie utilisable du champ gravitationnel terrestre

* Machine qui se déplace en plein air, sans propulsion apparente par fusée ni aucune poussée extérieure (contraire à la troisième loi de Newton).

www.cuthbert-physics.com

Erwin Laszlo

Scientifique et philosophe de réputation internationale, possède plusieurs doctorats en science de l’éther et des champs de l’énergie du vide.

Moray B. King

Ingénieur, un des pères fondateurs de la théorie de « l’énergie du point zéro ». Il a écrit plusieurs livres traitant de l’énergie de l’éther.

Harold Puthoff

Auteur de plusieurs ouvrages dont les fondements de l’électronique quantique, également directeur de l’institut des études avancées de Austin (Texas)

Peter Linderman

Reconnu comme un des experts mondiaux dans l’explication du phénomène de l’énergie radiante (une forme d’énergie du vide) telle que décrite par Nikola Tesla et employée par Edwin Gray dans son moteur électrique.

Thomas Francis Vallone

Titulaire de nombreuses maîtrises et doctorats en physique appliquée. A été président du reconnu « Integrity Research Institute » de Washington DC. Chercheur passionné, il a à son actif un nombre impressionnant d’articles et de livres touchant les nouvelles technologies.

Harold Aspden

Ancien directeur (retraité) de brevets pour IBM, a lui-même à son actif plusieurs brevets sur des machines pouvant être « over-unity ». Sur son site, il y a plusieurs publications expliquant la physique derrière certains de ces phénomènes :

www.aspden.org

Shiuji Inomata

Au japon, Shiuji Inomata, employé depuis trente cinq ans par le gouvernement du Japon, et travaillant aux Laboratoires Electrotechniques à Tsukuba (« La Cité de l’Espace » du Japon) a été autorisé par son gouvernement à créer une machine à énergie libre. Dernièrement, il fit une conférence pour les dirigeants du monde politique et industriel plus de six cents professionnels sont venus assister à son dernier séminaire. La Toshiba Corporation a débloqué deux millions de dollars pour le développement d’aimants supraconducteurs destinés à son nouveau générateur unipolaire.

Paramahamsa Tewari

En Inde, Paramahamsa Tewari, ingénieur directeur de projet dans la plus grande centrale nucléaire en construction, est autorisé lui aussi à concevoir sa machine à énergie libre.

R. Stirling

Le moteur inventé par ce pasteur écossais est très fiable, silencieux et d’un haut rendement. Entre autres utilisation, un sous-marin d’attaque suédois évolue grâce à ce mode de propulsion. Couplé à une parabole réfléchissante, le moteur Stirling permet de produire de l’électricité sans combustible.

John Bedini

Le moteur fonctionnant à l’énergie libre (énergie gratuite) de John Bedini existe depuis plus de quinze ans. Il fonctionne selon les principes de l’électromagnétisme découverts par Nikola Tesla avant 1900 au cours de ses essais à Colorado Springs.

http://www.syscoil.org/index.php?cmd=nav&cid=23

Johann Grander

Il a développé un moteur magnétique ne nécessitant ni batterie, ni connexion au réseau électrique. Le magnétisme naturel des aimants est intensifié au point que de l’énergie commence à couler…

Le NEOGEN

Le Neogen Dynamo Project est une « jolie » version du RV-MULLER GENERATOR inventé par Bill Muller et Hector D. Perez. Deux sociétés russes commercialisent des génératrices d’électricité qui violent les règles de la physique actuelle. Il ne s’agit pas ici de vagues prototypes aperçus sur un site web, mais bel et bien d’une technologie qu’il est possible d’acheter :

http://www.akoil.ru/en/

Le LUTEC 1000

le 8 septembre 2005 Lou Brits and John Christie de Cairns (Australie) ont mis au point un générateur électromagnétique,. Ils annoncent une entrée d’énergie pour un petit générateur de 4,25 watts, en sortie 15,4 watts, soit 362 % :

http://quanthomme.free.fr/nouvelles/Nouvelles23032001.htm

La technologie EBM

(Energy By Motion – Energie Par le Mouvement) est peut être un espoir mais elle reste toujours au stade expérimental. Le professeur Szabo développe au sein de la société canadienne Electro Erg Ltd et de sa filiale hongroise Gamma Manager, la technologie EBM qui est appliquée dans la commercialisation de générateurs auto-alimentés d’une énergie électromagnétique illimitée et 100% propre. Son inscription à l’ordre du jour du parlement de l’Ontario et sa certification par une dizaine de scientifiques et universitaires plaident en faveur de l’avènement d’un véritable générateur à énergie libre.

Le brevet international des russes Vladimir Roschin et Sergei Godin de l’Académie des Sciences de Moscou, rendu public le 26 mai 2006, apporte la démonstration scientifique qu’un système sur-unitaire est réalisable. Pour faire cela, ils se sont basés sur les travaux de John Searl, un scientifique britannique, qui dés 1968 mis au point un système capable de léviter. Ce brevet présente un système magnétique composé d’aimants de terres rares capables de convertir diverses formes d’énergie, dés lors qu’un certain régime de fonctionnement critique est atteint, l’installation expérimentale devient énergétiquement entièrement autonome.

Et plus récemment, un nouveau candidat au « Graal de l’énergie »,

La société STEORN

Elle offre une démonstration publique à la communauté scientifique, et au grand public, en révélant le nouveau moteur ORBO, à « rendement surunitaire » C‘est à Dublin depuis le mardi 15 Décembre 2009

http://www.steorn.com/

Tôt ou tard, la batterie qui alimente votre ordinateur ou votre téléphone cellulaire finit par se vider, comme n’importe quelle batterie. Mais cette compagnie irlandaise entend prouver qu’elle peut fabriquer une batterie qui ne se videra jamais.

. ETC…ETC…ETC…

La fin programmée d’un paradigme obsolète

Une révolution scientifique qui sera matérialisée tout d’abord par l’effondrement du paradigme de la conservation de l’énergie, base de la thermodynamique, de la mécanique, de la relativité et de la mécanique quantique…

Les VERTS et leur politique me font bien rire avec leurs Panneaux solaires, leurs éoliennes et leurs appels à payer une taxe Carbonne…

Si les verts le savent et ne font RIEN , c est une HONTE…HONTE à eux…..

Ils représenteraient parfaitement l’esprit de tromperie qui manipule et désinforme …

Pourquoi le sujet est-il ignoré ? car qui de nos jours a entendu parler de ces nombreux chercheurs et toutes leurs inventions ?

Qui a entendu parler de l’engouement des pays comme le Japon, l’Inde ou le Canada pour ces nouvelles technologies ?

Si nous écoutons la pensée officielle (relayée en masse dans les médias), quand on parle d’éolienne, de solaire, de géothermie, d’hydraulique et de biocarburants, nous avons presque fait le tour des solutions potentiellement existantes comme énergies alternatives. Et nous sommes obligés de nous rendre compte que ces solutions ont leur limite. Il sera difficile de remplacer le pétrole et le nucléaire avec elles.

Ce post est là pour montrer que les solutions mises en avant dans les médias ne sont pas les seules potentiellement existantes. Mais qu’il en existe beaucoup d’autres.

Le fait que personne ne parle d’une solution potentielle, cela signifie-t-il que cette solution n’existe pas ? Ou cela signifie-t-il que certains préfèreraient qu’elle n’existe pas ?

« le jour où l’homme mettra autant d’énergie à remettre en cause ses idées actuelles, qu’il en utilise pour remettre en cause les idées nouvelles; il commencera réellement à connaître le monde ».

Dans quelques années peut-être (cela dépend de la puissance des lobbys énergétiques pétroliers, nucléaires,… et de manière générale de tous ceux qu’une énergie à très faible coût empêcherait de s’enrichir, ainsi que de la très grande inertie des milieux scientifiques, due à leur orgueil et leur impossibilité d’admettre leur modestie face aux nombreuses inconnues de l’univers), des engins fonctionnant à l’aide de machines à énergie libre seront sur le marché, mais ce sera alors par la force des choses, et pas grâce à la bonne volonté.

« Il n’y a pas de crise de l’Energie, mais simplement une crise d’Ignorance » B.Fuller

La plupart ne connaissent pas le Dr. astrophysicien russe Nikolaï A. Kozyrev :

Astrophysicien de renom en Russie Dr Nikolaï A. Kozyrev a prouvé hors de tout doute que cette source d’énergie avait existée, et, par conséquent, il est devenu l’une des figures les plus controversées de l’histoire de la communauté scientifique russe. Les implications impressionnante de son travail, et de tous ceux qui l’ont suivi, ont été presque entièrement cachée par l’ex-Union soviétique, mais avec la chute du rideau de fer et l’avènement de l’Internet nous avons enfin accès à «Russia’s Best-Kept Secret », qui change complètement notre compréhension de l’Univers.

  • « Combien de temps (en partant de 1984) faudra-t-il attendre pour que la conversion de l’énergie du champ de gravité soit disponible à grande échelle ? « écrivait le Dr Nieper en donnant l’exemple suivant. » Le 17 décembre 1903, les frères Wright effectuaient à Kitty Hawk le premier vol réussi, enfin, presque le premier. Car Karl Jatho, né en 1873, fonctionnaire municipal originaire de Hanovre, qui n’avait pas été autorisé à faire connaître son » hobby « , l’aviation avait pourtant réussi, dès le 18 août 1903 le premier vol avec moteur…un bond de 18 mètres à 1 mètre du sol, pour 40 mètres pour les frères Wright…Jatho est mort dans l’oubli le 8 décembre 1933. Entre les premiers vols de Jatho et des frères Wright et le premier jet Heinkel en 1939, il s’est écoulé 36 ans, et 56 avant le 707. »

  • Mme le Dr Jacqueline Bousquet, Université Michel de Montaigne, Bordeaux écrit dans « Science dans la lumière » St-Michel Editions 1992 : » …les barrages sont disposés sur le chemin de certaines informations comme si un filtrage était effectué, ne laissant passer que ce qui est conforme aux théories du moment. Si nous comparions la société à un grand corps, analogue au corps humain, nous pourrions envisager quelque part un système immunitaire constitué d’individus non reconnaissables à première vue et dont la fonction serait d’empêcher que certaines découvertes viennent trop tôt, mettant ainsi en péril la survie du système sur lequel cette société est basée. Ceci serait valable si l’analogie pouvait être poussée jusqu’au bout et si, après une reconnaissance de l’étranger, suivait une tolérance afin d’essayer d’assimiler l’autre et de le faire sien. Ce n’est malheureusement pas le cas : le système fonctionne uniquement sur le rejet, se privant par là d’une quantité d’informations susceptibles de le faire évoluer. «

  • Wolf-Michael Catenhusen, président au Bundestag du groupe pour la recherche, et l’évaluation de l’avenir des technologies à Bonn dit : » …Ces dernières années, j’ai déjà été informé par différentes sources sur la théorie du VFE. Toutefois, cela ne me passionne pas. C’est pourquoi je n’ai pas l’intention de m’investir davantage dans ce domaine… »

A comparer avec ces propos de Wolfram Bahman, secrétaire de PACE : » De nombreux chercheurs n’ont pu imposer leurs découvertes face à la résistance des banques, des grandes industries, des militaires, et des services secrets. Le combat contre la pollution mondiale grâce à l’acquisition d’énergie nouvelle peut être gagné, mais on se pose toutefois la question : doit-il être gagné ? »

  • Herbert Pietschmann, professeur de physique théorique à l’Université de Vienne dit : » …je considère que l’inertie et la gravitation résultant des champs électromagnétiques, visions présentées par le Dr Puthoff, sont du charabia. Certains collègues qui ont fait de leur mieux pour obtenir un rendez-vous chez Methernita pour y analyser leur machine, m’ont dit qu’il fallait payer très cher pour pouvoir jeter un coup d’œil six mois plus tard. Si c’est vrai, il s’agit pour moi, d’une escroquerie. » Cette déclaration est vivement contredite par le Dr Nieper : » Faux, le convertisseur fonctionne sans l’ombre d’un doute, il lui a été aimablement et gratuitement présenté en 1983. «

  • Le 24/02/94, Pr Ernst U. von Weizsäcker de l’Institut Wuppertal pour l’Environnement, le Climat et l’Energie : » …Depuis plusieurs années, je suis de loin les informations sur le VFE. En tant qu’ancien biologiste dont la position se situe entre l’environnement et la politique, je ne suis pas en mesure de m’informer des comportements physiques véritables de ce type d’expériences et de ces affirmations comme on devrait pouvoir le faire à une telle place. Dès que les physiciens compétents et les électrotechniciens se seront mis d’accord sur le fait qu’il s’agit d’une technologie reproductible, je m’en occuperai de plus près. »

  • Le 13/12/96, le Pr Weizsäcker de l’Institut de Climatologie, de l’Environnement et de l’Energie du Wuppertal : » …je ne suis pas encore convaincu du bien fondé de l’énergie VFE. Quand la communauté scientifique se mettra d’accord, je serai prêt à m’informer de la portée politique de l’énergie . » (point de vue de la majorité des scientifiques qui a peu évolué depuis cette époque, NDLR).

Condamnations

Une cour de justice a du se prononcer au sujet d’une question scientifique, une première ?

L’affaire concernait Martin Fleischmann, Stanley Pons, Tullio Bressani, Giuliano Preparata, et Emilio Del Giudice contre le journal La Republicca s.p.a., Eugenio Scalfari et Giovanni Maria Pace. (voir dossier suivant sur la Fusion Froide).

En octobre 1991, la Republicca avait publié un article sous la plume de leur rédacteur scientifique Giovanni Maria Pace, qui avait fait la critique du livre » Faux Prophètes « , et avait principalement suggéré que la Fusion Froide était une fraude scientifique. Les noms de Fleischmann et Pons étaient mentionnés, ils étaient traités de » prêtres fornicateurs » (ce que Nature qualifie de langage coloré). Des lettres venant de Bressani (Turin), Preparata (Milan), et Del Giudice (Milan) ont été adressées au journal et publiées. Les cinq ont alors poursuivi en justice le journal, son rédacteur et le journaliste en demandant 8 milliards de lires de dommages (environ 5 millions de dollars).

La cour désigna le Pr. Giovanni Licheri de Cagliari pour évaluer les 105 pièces de preuves scientifiques présentées. Les cinq plaignants ont demandé au Prof. Daniele Gozzi (Rome) d’être leur conseiller. La Republicca, quant à elle, a choisi Douglas Morrison, du CERN, à Genève (voir Nature 363(1993)107).

Les deux parties fournirent ensuite des preuves écrites.

Décision du tribunal : la plainte de Fleischmann, Pons, Bressani, Preparata, et Del Giudice a été rejetée. La cour les a condamnés à payer les dépenses légales, environ 20.000 dollars…

Même si le tribunal a conclu que Fleischmann et Pons avaient présenté leurs résultats correctement car leur article avait été soumis à la publication le 13/03/1989, et avait été accepté le 22, avant la conférence de presse du 23, il a jugé que depuis 1991, les progrès avaient été minces et qu’il n’y avait pas de bonne théorie capable d’expliquer la Fusion Froide. Il y avait échec dans l’observation des produits de fusion (tritons, neutrons, protons, 3He, 4He et rayons gamma) qu’on était en droit d’attendre.

Le tribunal a dit que Fleischmann et Pons fournissaient des données différentes et contradictoires selon le moment, noté qu’ils avaient omis de citer les travaux du Pr Jones, critiqué leur façon de traiter avec la presse et de considérer les développements futurs, et a conclu qu’ils étaient loin de la réalité.

Pour le tribunal la plupart des scientifiques ayant abandonné la Fusion Froide, il a donc été jugé que les commentaires qu’avaient faits Giovanni Maria Pace dans l’exercice de sa profession étaient justifiés par les grandes discussions et contestations suscités par la Fusion Froide.

Ce jugement est à l’image de celui de l’American Physical Societyqui, sans prendre connaissance du dossier, a voté à main levée pour condamner toute expérience sur la Fusion Froide.

  • L’éminent professeur John Bockris, spécialiste en électrochimie, défenseur de la fusion froide et des transmutations à basse énergie fut, en 1993, accusé de fraude et contraint d’organiser ses conférences hors du campus de l’Université A&M au Texas à la suite d’une pétition de ses collègues. Il fut finalement « blanchi » par une commission d’experts.

Quelques exemples de censure, tracasseries et menaces

D’autres exemples seront évoqués plus loin dans les biographies de certains chercheurs.

– Julian Schwinger, un des pères de l’électrodynamique quantique, prix Nobel a démissionné de Physical Review Letters à la suite de leur refus de publier son article sur la Fusion Froide. Dans une lettre ouverte datée de 1991, Paul Brown écrivait :

– William Hyde récent détenteur de brevet a écrit cet appel Urgent :

– Il existe d’autres exemples de censure manifeste de la recherche d’avant-garde dansProject Censored à l’Université d’Etat de Californie. Ses étudiants publient un bulletin ainsi qu’une compilation annuelle des cas les plus représentatifs à ce sujet. Il y a aussi le livre de John Coleman paru en 1992 Coleman Conspirators’ Hierarchy: The Story of the Committee of 300, et Bankrupty 1995 (Figgie Jr. 1992) qui traitent des raisons qui sont derrière ces censures.

– Lors du Symposium sur la Technologie de l’Energie Non Conventionnelle le 23/09/1983 dont il a été le principal organisateur, Ken Mac Neil a commenté le texte de l’injonction de secret : Title 35, U.S. Code (1952) Sections 181-188, texte que de nombreux inventeurs ont reçu. Le texte complet peut être obtenu auprès de la Cornell Law Library.

Extrait du texte :

» Il est signifié au déposant de brevet nommé ci-dessus, à ses héritiers et tous ceux à qui il est transmis, et tous ses hommes de lois et agents ce qui suit :

Par la présente, notification vous est donnée qu’il a été trouvé dans votre application identifiée ci-dessus une matière dont la divulgation non autorisée serait préjudiciable à la sécurité nationale, et il vous est ordonné de ne publier ni divulguer en aucune manière l’invention ou toute matière s’y rapportant y compris des détails non publiés jusqu’à présent sur la dite application, et en aucune façon à toute personne n’ayant pas connaissance de l’invention avant la date de l’injonction, y compris tout employé des mandants, mais de garder le même secret excepté par consentement écrit obtenu préalablement du Commissaire aux Brevets, sinon elle tombera sous le coup de 35 USC (1952).

Toute autre application déjà enregistrée ou à venir contenant une quelconque partie significative de la matière de l’application identifiée ci-dessus tombe sous le coup de cette injonction. Si une autre application ne tombe pas sous le coup de l’injonction de secret, elle peut être portée à l’attention du Groupe de Sécurité, Licences et Examen, au Bureau des brevets.

Si, avant l’émission de l’injonction de secret, une quelconque partie significative de la matière soumise à examen a été révélée à qui que ce soit, les mandants informeront rapidement la personne de ce qu’elle encourt comme pénalités en cas de divulgation. Cependant si cette divulgation a lieu dans un pays étranger ou vers un ressortissant étranger aux USA, les mandants ne pourront pas informer la personne de l’injonction de secret. Au lieu de cela, ils fourniront rapidement au Commissaire des Brevets: date de la divulgation, nom et adresse du divulgateur, identification de la partie concernée et de toute autorisation par une agence gouvernementale d’exporter une telle partie. Si la matière soumise à examen est comprise dans une application de brevet étranger, ou un brevet, ceci doit être identifié… »

Selon l’information obtenue grâce au FOIA ,en 1991 le Pentagone a placé sous la censure 774 (290 en 1979) applications de brevet dont 506 d’entre elles l’étaient sur intervention de sociétés privées. »

– Extrait de l’article de Joseph Roberts de Colorado Springs paru dansExtraordinary Science du printemps 1993.

Il se pourrait aussi qu’il existe à cette question une réponse beaucoup plus occulte apportée par le témoignage de Al Bielek, impliqué dans l’Expérience de Philadelphie pendant la 2èmeguerre mondiale. Il déclare avoir vu dans les installations du sous-sol de l’Université de Californie à Berkeley, dès 1941, une machine à Energie Libre.

( Bielek a animé des ateliers à la Conférence sur la Science Extraordinaire de Juillet 1993 à Colorado Springs).

Si son récit est exact, pourquoi tant de temps écoulé depuis l’existence de cette technologie ? Pourquoi est-elle cachée ? Auprès de qui – et cette question est aussi fondamentale que mystérieuse – le gouvernement s’est – il, à l’origine, procuré cette technologie ? C’est seulement lorsque les citoyens américains, tenant tête à leur gouvernement, le confrontent à des questions capitales comme celle-ci ( et non des fantasmes) et le poussent à assumer ses responsabilités, que la vérité non censurée peut apparaître. C’est alors que nous pourrons prendre soin de la Terre et préserver l’espèce humaine.

(On trouve des éléments complémentaires sur ce sujet dans Philadelphia Experiment de Brad Steiger, NDLR).

– Une lettre ouverte de Bruce de Palma adressée le 7/9/95 à SEA/US

Plus récemment, lors d’une émission nocturne sur KPFK, (120000 watts NFM la plus puissante station du Mississippi, indépendante, non commerciale), sans avertissement, dès que j’ai été annoncé comme l’invité le plus controversé que Roy Truckman ait jamais eu, le courant fut coupé pendant trois heures. Enfin, cela peut être une coïncidence et je peux être paranoïaque. Mais en cas de panne d’émetteur, un service de maintenance est supposé exister, et justement, cette maintenance était prévue pour les jours suivants…

Toutes les affaires que j’ai essayé de bâtir pendant des années, même soigneusement documentées et mûrement réfléchies, et montées par des hommes de loi et des techniciens, ont fini en queue de poisson quelque part…Le temps passe et on n’obtient aucune réponse des agences gouvernementales censées agir.

Par exemple, la NASA a finalement été avertie par deux membres du congrès après mon passage dans une émission largement suivie dans la journée en Floride « For the People » de Chuck Harder. Ces deux membres ont demandé à la NASA de faire des recherches et ils se sont occupés de choses inutiles, ont fixé des dates puis les ont changées… Des gens de l’Air Force tenant à la plus grande discrétion sont venus me voir, pendant leur temps libre.

Au bout de quelque temps, vous êtes pénétré du message qui vous montre que vous travaillez dans un environnement très étrange, où la plupart des gens autour de vous croient à ce qui est bien, ou mal, à la raison, à la Constitution et aux hommes de loi, et à toute cette philosophie à laquelle nous nous raccrochons. Mais en réalité il existe un tas d’hommes de loi corrompus de mèche avec des hommes d’affaires et des politiciens corrompus qui feront n’importe quoi pour maintenir leur contrôle sur les ressources établies et se garantir toutes sortes de revenus car ils sont assis sur tout, et c’est comme ça, on doit payer pour ceci pour cela, morceau par morceau, tous les gallons, tous les kilowatts heure d’électricité. Pour eux il est impensable que l’on puisse avoir chez soi une source d’énergie indépendante. Si on prête attention à cette sorte de technologie, elle est immédiatement classée top secret, appliquée aux armes dont les plus modernes utilisent d’énormes quantités d’électricité, par exemple, les rayons de la mort Laser, les systèmes de propulsion de bateaux, les systèmes d’énergie de la guerre des étoiles, les systèmes d’énergie de la station Mars, etc.

C’est ainsi que, d’Australie, je vois l’Amérique comme un endroit où la Science est sous une chape (de plomb). Cela a commencé à la fin des années 50, quand la censure et le principe du top secret se sont instaurés. Il y avait alors des couches et des couches de classification et probablement seulement certains comités pouvant accéder à la classification « à lire seulement » etc.

Il devient très clair que la Science qui prospère sur le libre échange des idées est complètement stoppée si la communication ne lui est plus permise. Comme si cela ne suffisait pas, nous vivons sur une planète qui doit résoudre les problèmes de surpopulation et de manque de nourriture pour lesquels toute réponse technique serait la bienvenue…

C’est pourquoi, j’ai quitté l’Amérique, car elle a, selon moi, passé le point de non retour. Ici, en Australie, les gens sont plus ou moins d’accord sur le retard de trente ans qu’ils ont par rapport aux Américains, mais cela signifie qu’ils ont encore une chance de se ressaisir s’ils poursuivent une politique énergétique indépendante.

Ce que je suggère tient en ceci, : nous possédons des réseaux d’énergie globale, des copies de tous les articles sur l’Energie Libre circulent sur la planète. Cette conscience évite toutes les Universités et les monolithes placés sur la voie du progrès…il suffit d’un ordinateur et d’un modem. Sur le sujet de l’Energie Libre les Australiens mettent sur pied un système d’accès à un ordinateur de réseau où l’on aura accès à tous les articles.

…Je tiens à dire pour finir ce propos que l’Energie Libre existe, qu’elle mérite sa place dans la science et je ne mets pas seulement en avant la seule N-Machine. Certes, c’est un des appareils qui a montré une sur – unité mais elle n’est pas la seule machine dans ce domaine, ni le fin du fin. Elle convient davantage aux villes, avions, bateaux qu’aux maisons ou automobiles. Il y a des versions plus petites, sur différents principes qui conviennent mieux pour ces usages.

En attendant, je suggère que la Terre puisse adopter une économie basée sur l’hydrogène produit par une N-Machine, très efficace dans l’électrolyse de l’eau à bas voltages et ampérage élevé. L’hydrogène ainsi produit coûte de trois à cinq fois moins qu’actuellement. Des générateurs pourraient charger des réservoirs hydrides comme ceux du système mis au point par le Dr Gerald Schafflander qui avait construit une voiture à hydrogène. Son idée était de produire l’hydrogène à partir de cellules solaires dans un environnement désertique sans nuages. Ce système très pratique, permettrait d’arrêter complètement de brûler des carburants fossiles et de produire brouillard et pluies acides. Il serait bon de déterrer le brevet de Schafflander, voir même si lui-même n’est encore dans la prison où l’a mis le SEC, pour les mêmes raisons futiles qui ont tracassé Brown et Hyde… »

Interventions musclées

En 1991, lors d’un congrès à Boston, Paul La Violette, Dr en Physique du Vermont a fait rire son auditoire en incitant les membres de la police politique – spéciale énergie libre – assurément présents dans l’assistance à se manifester. Mais personne n’a bien sûr répondu à sa demande ! » Si une loi existe contre ces recherches, il faudrait au moins en informer les chercheurs » a-t-il dit un peu comme Ken Mac Neil l’avait fait en Georgie en 1994.

Et pourtant…

  • En 1985, Dennis Lee (voir BWT) a introduit sur le marché une super pompe à chaleur dans son état natal de Washington. Elle permettait d’économiser 70 à 80 % sur les coûts de chauffage et d’eau chaude. Les entreprises mécontentes de cette concurrence ont incité le bureau de l’attorney à lui faire un procès. Ensuite sa fabrique a été mise à sac presque chaque nuit. On lui a volé des papiers qui se sont retrouvés dans le bureau de l’attorney. Les médias et ses actionnaires ont été incités à le chasser. Malgré tous les obstacles, un procès ridicule qui exigeait de sa société qu’elle fasse ce qu’elle faisait déjà, la création délibérée de problèmes financiers, la compagnie poursuivit son chemin et partit à Boston où elle s’associa à une autre.

C’est là que Lee découvrit comment faire de l’électricité gratuite en utilisant la super pompe à chaleur. Ses travaux étaient soutenus par trois scientifiques aux références impressionnantes, un professeur du M.I.T., un ex-scientifique du DoD, et un ex-superviseur de chez Boeing, ingénieur électricien doté de 40 ans d’expérience.

Lee écrivit au DoE, aux membres du congrès, aux médias, sans réponse, sinon quelques unes pour dire » tenez-nous au courant » et une autre agressive. Il écrivit aussi au Président Carter, qui encourageait pourtant la recherche de sources d’énergies renouvelables.

A Boston, lors d’une démonstration fameuse, il fit la Déclaration d’Indépendance Energétique, dans la ville même où deux siècles auparavant avait germé la Déclaration d’Indépendance de l’Amérique. Il décida de développer lui-même un marché. Un des scientifiques qui le soutenait ayant insisté pour qu’il le rejoigne en Californie, il partit s’installer à Ventura et installa un laboratoire dirigé par ce même scientifique. Dans l’équipe se trouvaient aussi le « père » du Boeing 747″, le concepteur de la coque des sous-marins modernes offerte à la Navy, un ancien chef de la recherche à Batelle, le concepteur de systèmes de poursuites pour la NASA, et un expert sur les moteurs à combustion interne. Ils ont mis au point dans leur atelier, un générateur, le LTPC (Low Temperature Phase Change), le moteur à chaleur Fischer (dont il sera question dans les prochains dossiers), un réacteur bicoannulaire adiabatique capable de brûler du charbon avec un rendement à 90 % et le Hot Box Thermal Storage Unit.

Lee, pourtant au courant de ce qu’avait vécu d’autres inventeurs, a pensé que des démonstrations soutenues par le public seraient une bonne protection. Il a offert à certains inventeurs la possibilité de voir développer et commercialiser leurs inventions. Il pensait aussi qu’une fabrication décentralisée serait préférable. C’est pourquoi il a vendu à un réseau de personnes impliquées dans la distribution et la fabrication des produits, des informations concernant la pompe à chaleur.

Le 12/01/88, Lee avait fait des démonstrations devant 350 personnes en exposant ses idées et sa technologie. Deux jours après, sans avertissement, 13 hommes armés et munis de gilets pare-balles firent irruption dans l’installation de recherche et emportèrent tous les prototypes. Ils prirent des photos de tous les employés, confisquèrent des papiers confidentiels relatifs à des inventions confiées par des inventeurs étrangers à l’entreprise. Cinq cent pages ont été volées, ce qu’ont nié les fonctionnaires malgré des preuves photographiques.

Un procès a été intenté à Lee pour fraude du plan de commercialisation en vigueur en Californie, le SAMP (Seller’s Assisted Marketing Plan)

Pendant six mois, Lee a poursuivi son travail, mais il a été arrêté par des agents de Ventura en juin 1988, lors d’une rencontre avec une personne de son réseau. On lui avait trouvé plus de trente chefs d’accusation dont celui d’avoir fait neuf victimes. Alors que dans un tel cas, une caution de 5000 dollars est demandée, Lee s’est vu exiger un million de dollars. L’avertissement était clair pour ceux qui travaillaient avec lui.

Dans cette affaire, de nombreux juges ou autorités ont signé des ordres difficiles à justifier. Celui qui l’avait arrêté a reçu une promotion et fut chargé de la prison où Lee est resté dix mois interné en attendant le jugement. Pendant ce temps, sa société a été détruite par un groupe d’hommes apparemment commandités par le bureau du shérif. Le personnel de la prison a tout tenté pour l’empêcher de préparer son procès. Les scientifiques qui dirigeaient les recherches ont pris peur et quitté la région. Les vendeurs se sont vus menacés de 60 ans de prison sur la base de violation du SAMP. Lors d’une audition, il a été révélé, parmi d’autres faits que les agents de Ventura n’avaient pas seulement fait cette persécution discriminatoire, mais avaient manqué à leur devoir en ne préservant pas les témoignages matériels et avaient effrayé les témoins et menti aux « victimes » pour créer une affaire contre Lee. La compagnie d’assurance a changé par trois fois ses règles relatives à l’importante caution.

Un an après, les scientifiques ayant surmonté leur peur ont finalement témoigné que les technologies annoncées par Lee faisaient ce qu’elles annonçaient. Muni d’un solide dossier, Lee intenta une action en justice en cour fédérale contre les fonctionnaires de Ventura, mais aucune audition n’a suivi. Toutes ses tentatives vis à vis de la justice ont été rejetées. Sa famille qui vit dans le New Jersey poursuit son œuvre s’engageant à ne tirer les chèques qu’en cas de satisfaction. Lee, condamné à payer 750.000 dollars pour avoir été soupçonné d’une fraude de 20.000 dollars a enfin vu cette somme réduite à zéro par le juge de la haute cour Robert Soarès qui a déclaré que Dennis Lee n’était pas un danger pour la société, mais que le danger économique lui, était bien réel.

Nota : 15/10/2001 : Paul Pantoneest en train de dénoncerle contrat établi entre sa société et celle de Dennis Lee (qui a de nombreux détracteurs aux USA) ,car il a les preuves du fait que les termes de l’accord ne sont pas respectés.

Un exemple de détracteur

  • On trouve dans les propres pages Internet de BWT (ce qui démontre l’honnêteté de Lee) , les propos de son détracteur Eric Krieg. Ce dernier examine les propositions stupéfiantes de Dennis Lee pour une meilleure technologie mondiale dans sa « Déclaration d’indépendance énergétique ». Ayant déjà vu des propositions similaires et gardant des doutes, il dit néanmoins qu’il lui souhaite de réussir.

Il dit par exemple : « Le 23/09/96, avec trois amis, je me suis rendu au Philly Corestates Center pour écouter Lee. D’après mon enquête, il a dépensé quelque $100.000 pour monter cette manifestation. Son style m’a intrigué : cela m’a fait penser à un démarcheur à domicile, à un catcheur professionnel, à Jim Bakker et Uri Geller… » Il recommande d’user de scepticisme pour examiner les 16 points énumérés par Lee.

« Dennis devrait être ouvert à mon offre d’essayer personnellement ses appareils en présence de représentants des principaux journaux…J’encourage toute personne, face à ses affirmations à garder avant tout l’esprit critique. Les scientifiques qui ont assisté à son show n’ont vu aucune preuve extraordinaire mais sont ouverts à toute preuve. » L’illusionniste Randi, lui, a promis de verser un million de dollars en échange d’une simple preuve du fonctionnement de la machine de Lee.

Selon Krieg, Lee vendrait certains appareils $10.000 et accepterait les dons mais sans garantie de retour d’informations autres que celles données lors des démonstrations.

  • Evan Soule qui a fait devant 9000 personnes et avec l’inventeur une présentation du générateur de Newman au Superdôme à New Orléans a dit que Lee désirait combiner sa technologie avec celle de Newman. Mais il n’y a pas eu de suite car Newman et Soule ont ensuite eu connaissance des actions en justice menées contre Lee.

  • Les Japonais fabriqueraient en masse des appareils à sur-unité qui apparaîtront sur des voitures électriques japonaises que les Américains refusent d’importer tout comme celles au gaz fabriquées au Japon (Honda) et qui ont une autonomie extrêmement élevée.

  • En 1995, Mickey Kantor, avait bénéficié de l’aide de la NSA lors de discussions très serrées avec Tokyo sur les quotas d’importations de voitures.

  • Faut-il voir dans certains accords entre constructeurs automobiles comme celui, récent de Renault avec Nissan, une possibilité d’avoir, pour les français, un veto sur les importations japonaises ? Ou bien s’agit-il au contraire d’une volonté de contrôler la distribution de voitures électriques munies de moteurs à sur-unité qui sont sur le point d’arriver, irrémédiablement, sur le marché ?

L’ accord franco-japonais présenté au conseil d’administration de Renault mais déjà tout décidé par les Ministres français de l’Industrie et des Finances (et qui provoquera certainement des licenciements dans les deux pays, dont ceux de cadres japonais notamment) est d’autant plus curieux que Renault a apporté fin mars 1999, moyennant un emprunt de 20 milliards, 35 % de participation à Nissan pourtant endettée à hauteur de 216 milliards.

Crédits réduits

  • Les partisans de la Fusion chaude, ont commis une fondamentale erreur de jugement. Comme ils sont absolument compétents dans la physique des plasmas gazeux, où peut et doit se produire la fusion d’éléments légers, ils ont attendu de toute fusion dans une pile électrochimique, sur ou près de la surface d’un réseau métallique, qu’elle soit similaire à une fusion dans un plasma de gaz.

C’est en condamnant la fusion froide que ces scientifiques pourraient sérieusement être dans l’erreur, et certains la font ! Et pour l’aggraver, quelques scientifiques, comme on les appelle, orientent leurs compétences vers du » lobbying » politique, et pire. Dans leurs tentatives peu judicieuses d’empêcher l’erreur d’arriver subrepticement dans les majestueuses salles du gouvernement, ces lobbyistes se sont servis de leurs compétences, pour empêcher au gouvernement (par le DoE) d’accorder des fonds à la recherche sur la Fusion Froide ce que déplore Edmund Storms, de Los Alamos. Ils ont condamné officiellement des scientifiques qui ont réussi, ils ont volontairement tenus éloignés de l’évolution dans ce domaine les meilleurs chercheurs, ils ont écrit et financé des livres tels » La mauvaise science « , » Trop chaud pour être manipulé « , et le » Fiasco scientifique du siècle « . Ils ont été nombreux à dénoncer les conférences sur la Fusion Froide comme étant la balle résiduelle d’après la moisson, sans aucun grain.

Le plus grand crime perpétré contre les inventeurs, les ingénieurs, les scientifiques travaillant sur la Fusion Froide, a été de pousser à la priver de ses droits.

« Quelque difficultés qu’il y ait à découvrir des vérités nouvelles, Il s’en trouve encore de plus grandes à les faire reconnaître »
Lamarck

LES ESPOIRS DANS LA RECHERCHE SUR L’ENERGIE DU VIDE

Faire face à la demande croissante d’électricité

  • Dans la prochaine décennie, pour satisfaire à la demande énergétique du monde entier, il faudrait 20.000 mégawatts. Comment produire de l’électricité pour une demande aussi grandissante ?…Pas avec les sources habituelles, ni les énergies renouvelables, trop chères, bien que réalisables.

Heureusement, trois technologies alternatives existent, avec COP de 4 à 8 comme l’a écrit Hal Fox dansNew Energy Newsen janvier 96 (elles seront décrites dans les prochains dossiers). Leur développement simultané dans la même décennie est un des exemples les plus intéressants de synchronisme dans l’histoire de la science. Et ces développements se sont faits partout indépendamment : 200 laboratoires dans 30 pays ont inventé 8 méthodes efficaces, 3000 articles sur ces 3 technologies sont réunis au Centre d’Information sur la Fusion à Salt Lake City, articles dont le point commun est d’être toutes les trois inexpliquées par les modèles scientifiques admis habituellement.

Première critique et réfutation des technologies HDCC (High Density Charge Cluster) et SMSM (Super Magnet Super Motors) : c’est contre la loi de conservation de l’énergie ! Mais ce n’est pas la loi qui est violée, c’est le concept sous jacent généralement accepté d’un éther vide. Si l’on accepte le concept d’un éther énergétique, on voit alors le HDCC et le SMSM comme des transformateurs d’énergie, qui sont, eux, des concepts tout à fait acceptables.

Il nous faut simplement réactualiser les idées des années 1800 et du début 1900, et il ne restera alors plus rien pour perturber nos chers modèles scientifiques.

1. Batterie Patterson PPC (Patterson Power Cell), à eau légère, électrolyte lithium, et catalyseur nickel-palladium. On estime à 3 à 5 trillions de dollars par an le marché de la PPC. Selon Eugène Mallove certaines grandes firmes sont prêtes à faire le saut dans la recherche sur la Fusion Froide.

2. La technologie des amas à charge de haute densité HDCC, développée dans les années 80, est devenue accessible au public lors de la sortie du brevet n° 5.018.180, en 1991. C’est à la connaissance de Fox le premier brevet, où on explique comment l’appareil trouve sa source d’énergie dans le ZPE ou une des sources d’énergie du futur, dont la caractéristique est d’être essentiellement illimitée. (Les brevets concernant la technologie de charge condensée ont été enregistrés à l’étranger sans que personne n’essaie de les bloquer.)

3- Des supermoteurs à superaimants capables de fournir plus du triple de puissance de sortie que celle d’entrée. Le dernier en date, celui de Takahashi, le SMSM, a été remis à des scientifiques et des ingénieurs expérimentés du Royaume Uni, pour une vérification indépendante. Le moteur, monté sur un véhicule électrique qui selon Fox, sera le principal moyen de transport du XXI ème siècle est capable de donner sa pleine puissance en côte, ou de recharger ses batteries lorsque la demande est moindre, sur du plat.

Le SMSM a été monté sur un scooter Honda et présenté en 1994 à des représentants de NISSAN, GEC-Marconi et Philips.

Comment de nouvelles technologies pénètrent-elles dans nos sociétés ?

  • Le téléphone a mis cent ans pour être installé dans un foyer sur deux dans les pays développés; l’ordinateur personnel a fait cela en 15 à 20 ans. Dans les deux cas, ces technologies ont du créer leurs propres marchés, faute de demande préexistante. Dans le cas de l’énergie, la demande est déjà présente, et en passe d’augmenter. Ce qui fait que, face à une demande croissante et une offre en baisse (par épuisement progressif des ressources), les coûts vont grimper sauf si le coût de l’énergie provenant de nouvelles sources est inférieur à celui des énergies traditionnelles.

  • Les pétroliers doivent-ils s’inquiéter? Absolument pas ! Le baril de pétrole valant $20 en 1993 en vaut 60 pour la chimie, et pas un seul des appareils à Energie Libre ne pourra remplacer le pétrole pour les produits chimiques. C’est ce que de « gros bonnets du pétrole » ont dit à Hal Puthoff car « ils constatent que le pétrole se raréfie rapidement. En l’utilisant pour l’industrie du plastique, pharmaceutique ou pour le Nylon, ils reconnaissent en tirer d’énormes profits. Utiliser actuellement essence ou gasoil revient à chauffer sa maison avec des Van Gogh et des Picasso. Les pétroliers aimeraient prolonger la durée de vie de leurs ressources pour gagner ainsi plus d’argent. La première chose qu’ils feraient serait d’acheter ces appareils à Energie Libre, peu coûteuse, pour avoir des raffineries plus efficaces. «

  • En Janvier 1981, l’Arabie Saoudite avait investi $100 millions à Stock Exchange de Tokyo. La banque centrale Saoudienne avait déjà établi un contact avec un agent de change Japonais pour exécuter une opération de bourse sur 3 à 6 mois. Les investissements Saoudiens se sont limités d’abord à un petit nombre d’entreprises de technologie de pointe. Si vous avez envie de suivre les Saoudiens achetez des actions Hitachi. C’est le Siemens Japonais qui profitera du développement soudain d’une nouvelle technologie. Les Saoudiens ont également d’autres intérêts chez Canon et Nippon Electric. Au Japon, il est courant de diffuser largement l’information pour améliorer les financements et attirer des techniciens de pointe. En 1981 déjà, le public japonais connaissait bien l’existence de la conversion de l’Energie Tachyon.

Pendant la période de transition où les nouveaux appareils commenceront à restreindre l’usage des combustibles fossiles, pétrole et gaz contribueront à alimenter les transports. Seules les industries charbonnières et nucléaires sont concernées par l’impact final des appareils à Energie Libre. Cependant le nucléaire appartient à des compagnies telles General Electric et Westinghouse aux USA qui peuvent passer avec profit de leur industrie radioactive polluante à une autre, propre et plus avantageuse. En effet, sous l’effet conjugué de l’enrichissement incessant du domaine des recherches sur de nouvelles énergies et de l’augmentation croissante des besoins en énergie non polluante, la demande de l’énergie Libre deviendra irrésistible. Les opportunités de produire et / ou commercialiser ces nouveaux systèmes seront immenses pour les industries de l’énergie.

Ce bouleversement économique et social inévitable entraîne des avis pas toujours optimistes. Mais toutes les réflexions à ce sujet sont utiles et légitimes…La période de transition peut être comparée aux sacrifices faits lors de tout début d’entreprise…Hal Fox pense que les consommateurs pourront bénéficier d’une énergie coûtant de trois à dix fois moins cher qu’aujourd’hui…La transition impliquera de nouvelles lois, des taxes plus élevées sur les anciennes technologies énergétiques dont les installations seront progressivement éliminées.

  • Selon un rapport publié pour les gardes côtes US : » La route vers 2012 : un regard vers les vingt années à venir », John L. Peterson, membre de l’institut Arlington annonçait que les énergies fossiles seraient devenues obsolètes d’ici 20 ans, et que les appareils utilisant le ZPE les auraient remplacés, non sans turbulences et désespoirs pour de nombreuses personnes.

Chacun sait bien ce que les taxes sur les carburants rapportent aux états. Les habitants des USA soit 5 % de la population terrestre consomment à eux seuls 25 % de l’énergie produite sur terre. Le coût global de l’énergie était donné pour 1992 à 22, 25 milliards de dollars. On comprend bien ce qui se passerait pour les Etats si les gens consommaient 20 % de carburant en moins.

Une projection vers le futur avec de nouveaux systèmes énergétiques.

D’après un article deFusion Factsen 1996

  • Tout comme la » prolifération » des micro-ordinateurs a remplacé de nombreux ordinateurs centraux industriels, on suppose (comme l’a fait Moray B. King) que les technologies à nouvelle énergie seront dirigées vers le consommateur et que l’on pourra installer un appareil dans chaque foyer, bureau, usine. Les plans sont ainsi simplifiés puisqu’il n’y a pas à prendre en considération les dépenses relatives aux infrastructures d’installation et de distribution d’énergie.

On prend pour hypothèse que

– la production d’énergie nouvelle, non polluante doit fournir 20.000 mégawatts pendant les dix prochaines années.

– il faut $1 d’infrastructure de fabrication pour produire chaque $10 de valeur de produits à énergie nouvelle par an sur 10 ans

– un appareil propre produisant une énergie gratuite en fonctionnement revient à $500 à la fabrication

– l’on dispose, en 1996 pour commencer de $100 millions et que les années suivantes, on puisse fabriquer et vendre des systèmes à énergie nouvelle en faisant 20 % de bénéfices réinvestis pour augmenter la production de l’année suivante

La question est : jusqu’où peut-on utiliser un investissement de $100 millions de 1996 pour fournir 20.000 mégawatts pendant 10 ans ?

On suppose que les divers gouvernements autoriseront les organisations pionnières à conserver les 20 % de bénéfices nets pour réinvestir et construire des usines en l’espace d’un an. Il faudrait alors 12 ans pour produire 16.000MW. Par conséquent, en 13 ans, le monde pourrait profiter d’une augmentation considérable d’énergie nouvelle, abondante, non radioactive, non polluante.

Le coût total des installations de fabrication avoisinerait les $4.000.000.000.000 ce qui représente approximativement le seul coût annuel de toute l’énergie mondiale de nos jours.

Ce colossal effort de production augmenterait le niveau de vie énergétique de nombreuses populations du monde.

Le marché est ouvert

  • Peter Lindemann du Nouveau Mexique, inventeur et auteur dit qu’il faut bien que les gens parlent de cette révolution sociale et politique qui va toucher notre société dans un délai probablement inférieur à dix ans. Il est ridicule de penser que l’arrivée de l’Energie Libre mettrait tout le monde au chômage alors qu’il y aura énormément à faire. Les emplois ainsi créés fourniraient largement de quoi vivre. Pour lui, médias et » élites » au pouvoir seront confrontés à de grandes difficultés lorsque les gens s’apercevront que l’on aurait pu se passer de toutes les nuisances dues à nos carburants actuels.

  • H.D. Froning Jr de Mc Donnell Douglas Space Systems dit que l’on travaille déjà, en Californie sur l’utilisation des technologies à énergie nouvelle dans l’exploration spatiale.

  • Les Japonais importent 90 % de leur énergie. On ne pourra pas empêcher qu’un système à Energie Libre efficace et potentiellement commercialisable qu’ils adopteraient et soutiendraient, arrive sur le marché. Selon Mark Goldes, il n’existe pas de gorille assez énorme pour stopper une telle commercialisation… Pour le Dr Nieper , le gorille, aux USA, c’est l’immense pouvoir de la bureaucratie des industries ou de l’Etat qui se manifeste dans la conspiration contre les inventeurs (dont certains avaient des appareils inadaptés). Cette conspiration n’est plus aussi forte que par le passé pense-t-il et il vaut mieux qu’ils s’unissent pour développer les inventions qui fonctionnent.

Cette idée de conspiration organisée ( menaces et manœuvres visant à censurer les inventions portant sur l’Energie Libre) n’est pas partagée par Toby Grotz et John Davidson qui penchent, eux, pour une inertie subconsciente de l’opinion générale. C’est aussi l’avis de Jeane Manning, bien qu’elle ne doute pas des témoignages qu’elle a recueillis auprès de chercheurs et qui font état de menaces et voies de fait sur eux-mêmes, leur famille et leurs appareils.

  • Le passage à l’énergie nouvelle ressemble à celui réalisé entre le cheval et l’automobile, la radio et la télévision, et il ne peut être stoppé. Toutefois, il y a une différence : à l’avènement de l’automobile, un moyen de transport et de travail moins performant en rapidité mais non polluant est tombé en désuétude, alors que l’énergie nouvelle apportera performances et propreté. L’humanité n’a pas à trembler de peur à cette perspective puisqu’elle a tout à y gagner.

Et en France ?

  • Le gouvernement français a un plan d’action en faveur des demandes de brevets. Toutes les PME sont concernées. En Europe, à peine la moitié des demandes de brevets émanent d’Européens, le reste venant du Japon qui s’adjuge 91 % de son marché ou des Etats-Unis, 55 % du sien. En France, les dépôts en baisse constante depuis 1990 ont augmenté de plus de 3 %. La préparation du brevet et son coût, pour une durée de vingt ans de 35.000 F (seulement français) à 800.000 F (mondial), la protection inefficace sont causes de cette désaffection. De gros efforts vont être faits, l’INPI (Institut National de la Protection Industrielle) va inciter par « une bourse de l’innovation » les nombreux inventeurs français à déposer, mais sans abaisser les taxes qui représentent le quart du coût global du brevet. (La Montagne du 22.01.98)

  • Pour la première fois, l’Energie Libre a eu une audience publique, à défaut d’être officielle, c’était à Cavaillon en Janvier 1999, voir notre rubrique LES NOUVELLES en page d’accueil.

  • En France, la vente de véhicules électriques est en chute libre (300 véhicules en 8 mois en 1997, contre 1000 l’année précédente), notamment en raison de leur faible autonomie mais aussi du peu d’intérêt des concessionnaires pour commercialiser des voitures qui ne génèrent pas un service après-vente. Réalité « handicapante » :

Pour Renault : le manque de bornes de recharges et parking avec prises.

Chez Peugeot, les sociétés et collectivités ne renouvellent pas leur parc, trop récent, et le marché est quasi inexistant, artisanal. Même EDF a interrompu ses commandes…

Pour le Groupe Interministériel concerné, on explique la chute des ventes par un manque d’informations sur les exonérations fiscales de taxes pour les sociétés, la gratuité du stationnement, et la mise à disposition de bornes de recharge. La voiture électrique apparaît comme le véhicule le plus adéquat en ville, mais trop chère et trop peu autonome. Pour Renault et Peugeot, son développement reste lié aux progrès technologiques sur l’autonomie des batteries et ils pensent que le véritable marché se fera encore attendre, à moins d’une volonté des pouvoirs publics. (La Montagne 18/09/97)

  • Quant au solaire, les efforts de promotion sont surtout accomplis par des industries privées (et les écologistes) même si le marché existe. L’énergie éolienne est » récupérée » par les services d’Etat sous forme de champs d’appareils (sous lesquels le bétail peut se nourrir, ce qui est tout de même mieux que les centrales nucléaires). Il est à remarquer que les écologistes, américains en particulier dont Jeane Manning décrit fort bien la position de refus de l’Energie Libre sous prétexte de risques de gaspillage, oublient et / ou refusent de s’intéresser à d’autres méthodes de production d’énergie telles que celles évoquées dans nos dossiers.

Pour le Solaire et l’Eolien, sujets non développés dans nos dossiers, il existe de bonnes documentations.

1997 : Création d’un fonds de financement aux USA

  • Ce queInfinite Energyappelait de ses vœux est aujourd’hui réalisé : un investisseur sérieux, ancien directeur d’une grande société américaine, mais qui désire rester anonyme, a promis de lancer un financement pour la Fusion Froide et les technologies relatives à la nouvelle énergie. Avec 1 million de dollars au début, 5 ensuite, il a été suivi par plusieurs autres investisseurs privés pour fonder légalement ce financement dont l’objectif final est d’arriver à 10 millions.

C’est le Dr Daniel Cavicchio de Greenwich Venture Partners, qui réside à Greenwich, dans le Connecticut, qui va diriger ce Fond d’investissement pour les NET.

Super-Power Inc. qui concernera les appareils à sur unité, la transmutation, la neutralisation des déchets radioactifs sera aidée dans sa tâche par un certain nombre de scientifiques et ingénieurs dont ceux de Cold Fusion Technology.Incde New Hampshire.

M. Cavicchio est diplômé en mathématiques, en physique, en sciences de la communication et informatique. Il a fait partie de très nombreuses et importantes firmes dont Aerospace Corporation AT&T, WesternElectric qui est devenue ensuite Lucent Technologies, General Electrics, CBS, Corning Glass, Hooker Chemicals and Plastics, filiale d’Occidental Petroleum.

En 1978, il est devenu directeur commercial de American Can Company, dans le secteur de l’emballage. Depuis 1984, avec ses autres partenaires de Greenwich Venture Partners, il s’occupe de racheter et reconvertir des sociétés comme, en 1986 Commonwealth Sprague Capacitor.Inc qui a vu alors ses ventes doubler et de nouveaux contrats conclus avec l’Inde et le Brésil.

En 1993, ce fut le tour de Spectra Optics Inc., société d’électronique travaillant pour la défense qui a vu ses ventes tripler et est maintenant bien placée pour réaliser une croissance rapide dans la détection d’armes chimiques, le contrôle de l’environnement et les applications de la détection de drogues.

Un mémorandum est disponible : J. Cavicchio Jr, Greenwich Venture Partners, Inc, 8 Sound Shore Drive, Suite 100, Greenwich CT 06830. Tél : 203-629-4447. Fax : 203-629-4848

  • Un groupe financier Brésilien, Follmann & Sons Ltd. dont les activités se situent dans le marché des pièces pour instruments de musique a décidé d’investir dans la production en série d’appareils qui semblent financièrement prometteurs dans le domaine de l’Energie Libre, l’antigravitation. Son but annoncé est de mettre à la disposition de groupes (petits et moyens) de personnes possédant une démarche alternative dans un premier temps au niveau de la production d’énergie et des transports afin de leur donner une indépendance par rapport aux méga intérêts… »Nous vous prions et serons reconnaissants de voir publier dans votre magazine (Nexus en 1998) notre lettre de manière à ce que nous puissions offrir un soutien financier aux chercheurs qui ont un appareil donnant des résultats positifs ou des capacités en ce sens. Nous prendrions également en charge la production industrielle. »

Adresse : Rua 3 n° 570 Jardim Henrique Martins CEP 07600000, Mairiporã, São Paulo, Brésil.

http://divinecosmos.com/index.php?option=com_content&task=view&id=95&Itemid=36

livres :http://quanthomme.free.fr/energielibre/evolution/PageDVS_3.htm

– Energie libre et technologies, Jeane Manning , Editions Louise Courteau.

– Coucou c’est Tesla, l’énergie libre, Collectif d’auteurs, Editions Félix

– Et voir le post : « De l’energie au spirituel«

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2016/04/11/33651788.html

Commenter cet article

À propos

Nous sommes des êtres qui entretiennent le royaume terrien en attendant les plans du grand architecte...