Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous sommes des êtres qui entretiennent le royaume terrien en attendant les plans du grand architecte...

17 Jan

Et si nous avions tous le droit à un revenu de base

Publié par Chevalier de lumière  - Catégories :  #Nesara, #revenue, #Information, #argent

Par Thomas Guénolé
Politologue

LE PLUS. Et si nous avions tous le droit à un revenu de base, sans condition d’accès ni dossier à remplir ? Une idée révolutionnaire qui permettrait aux citoyens de ne plus avoir à s’enrichir pour vivre. Grâce à ce don de l’Etat, dont le montant reste encore à fixer, la course à l’argent deviendrait non plus une nécessité, mais un choix, se réjouit Thomas Guénolé. Explications.

Édité par Barbara Krief Auteur parrainé par Mélissa Bounoua

RECEVOIR LES ALERTES

Avis d’impôt sur le revenu et feuille de salaire, illustration (G.MICHEL/SIPA)

Le revenu de base est une idée à la fois simple, pacifique, et foncièrement révolutionnaire. Cela revient à changer de société, en bien, sans la bouleverser brutalement ni tirer un seul coup de feu.

3 façons de mettre en place le revenu universel

Le concept est simple. C’est un revenu. Tout le monde y a droit dans le pays, sans exception. Il n’y a rigoureusement aucune condition d’obtention : si vous vivez sur le territoire, vous y avez droit. Et si vous avez d’autres revenus, par exemple un salaire, vous conservez tout de même ce revenu de base offert par l’Etat.

Cette proposition est tout sauf farfelue. Plusieurs prix Nobel d’économie l’ont défendue sous une forme ou sous une autre : par exemple Friedrich Hayek, Maurice Allais, ou encore James Tobin. Des intellectuels reconnus la défendent à l’heure actuelle : par exemple le philosophe Philippe Van Parijs, professeur à Oxford.

En France, l’idée a en outre été portée par des personnalités politiques ayant exercé des responsabilités gouvernementales majeures : par exemple Dominique de Villepin, ancien Premier ministre, ou Arnaud Montebourg, ancien Ministre de l’économie.

En fonction du porteur de la proposition qui s’exprime, le revenu mensuel brut de base peut aller de 400 euros par mois à 850 pour les plus généreux. Quant à son financement, quelle que soit la créativité des partisans de l’idée, l’on revient toujours à 3 grandes options possibles :

1. La planche à billets, notamment proposée par l’économiste britannique Anatole Kaletsky. Son argument central est que cela revient à utiliser la création monétaire non pas au profit du système bancaire, mais directement au profit de tous les consommateurs, ce qui serait plus efficace pour relancer la consommation.

2. Un impôt de redistribution est la piste proposée, notamment, par le think tank irlandais « Social Justice Ireland« .

3. Lorsque le pays dispose d’un bien commun qui génère des profits, il est également possible de financer le revenu de base grâce à cette rente. C’est le système qu’a mis en place l’Alaska sur sa rente pétrolière. C’est également ce que proposait feu l’ambassadeur des Nations Unies en Irak Sergo Vieira De Mello pour pacifier le pays, en offrant à tous un revenu de base sur rente pétrolière.

Courir après l’argent deviendrait un choix

En supposant logiquement qu’il se substituerait aux aides sociales sous les conditions qui existent actuellement, les conséquences en France de l’apparition d’un revenu de base seraient colossales. Elles ont été bien résumées par le Mouvement français pour un revenu de base :

– la subsistance garantie pour tout le monde, en particulier les pauvres, les artistes, les indépendants, les associatifs et les jeunes qui démarrent ;

– la disparition du problème de sous-réclamation du RSA, puisque nul dossier ne serait à constituer (alors qu’aujourd’hui un tiers des ménages qui y ont droit ne le revendiquent pas pour cause de complexité des démarches) ;

– le montant étant identique pour tous sans condition, la fin du problème de trop-perçu des aides sociales actuelles ;

– la fin des fraudes et des triches d’allocataires, le revenu étant inconditionnel ;

– la fin de l’effet de désincitation au travail des aides sociales (les « trappes à chômage »), puisque nul ne perdrait son revenu de base en trouvant un emploi ;

– une énorme simplification du système français d’aides sociales, en l’absence de tout dossier à remplir et de tout contrôle d’usager à effectuer.

Surtout, plus fondamentalement, instaurer le revenu de base offert à tous sans condition opérerait sur le pays un profond changement de société. En effet, courir après l’argent deviendrait un choix et non plus une question de survie.

Non, on ne s’arrêtera pas tous de travailler

Il faut songer qu’une portion significative de la population, avec ce système, choisirait de se contenter du revenu de base pour faire des choses gratuites à forte utilité sociale : du bénévolat, des activités artistiques, etc.

Pour autant, il est inutile de craindre, comme c’est souvent le cas lorsque l’on entend parler pour la première fois de cette idée, que « tout le monde s’arrêterait de travailler ».

En Alaska, le revenu de base existe depuis 1976 et n’a pas entraîné la disparition du travail (ni même une baisse brutale du taux d’activité). Au Canada, le Programme Mincome a servi à tester le revenu de base entre 1970 à 1974.L’évaluation scientifique réalisée a posteriori a abouti à des conclusions enthousiasmantes : aucune baisse brutale du taux d’activité, ainsi qu’une baisse significative de la délinquance et des hospitalisations.

Indubitablement, instaurer le revenu de base universel en France suppose un saut mental dans nos représentations collectives du rapport au travail et à l’épanouissement individuel. En revanche, il n’existe ni difficulté technique ni impossibilité de financement pour s’opposer à sa mise en place.

Commenter cet article

À propos

Nous sommes des êtres qui entretiennent le royaume terrien en attendant les plans du grand architecte...